Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



La sécularisation dénature l'Eglise
Mauvaise nouvelle aux élections

Crise en Serbie, entre Kosovo et UE

Le Premier ministre serbe, Vojislav Kostunica, a dissous le gouvernement et a appelé à des législatives anticipées, refusant de gérer le pays avec des partenaires pro-européens après l'indépendance du Kosovo.

"Le gouvernement serbe n'a plus de politique unifiée sur une importante question liée à l'avenir du pays : le Kosovo. Un tel gouvernement ne peut plus fonctionner. C'est la fin du gouvernement, nous devons rendre le mandat au peuple. Le gouvernement serbe traverse une grave crise car la volonté de décider que la Serbie en tant qu'Etat ne peut devenir membre de l'UE que dans son intégralité, c'est-à-dire avec le Kosovo, n'existe pas".

Après la proclamation d'indépendance du Kosovo, l'orientation politique de M. Kostunica, chef du Parti démocratique de Serbie (DSS), est devenue incompatible avec la tendance pro-européenne du président Boris Tadic, même si comme tous les dirigeants serbes, le chef de l'Etat est lui aussi opposé à l'indépendance du Kosovo. Alors que M. Tadic souhaite accélérer l'intégration de son pays à l'Union européenne, M. Kostunica estime que la Serbie ne peut accepter aucun accord avec Bruxelles sans le Kosovo en tant que partie intégrante. M. Kostunica a été mis en minorité par le rejet d'une résolution prévoyant de geler tout rapprochement avec l'UE en raison de l'indépendance du Kosovo.

Michel Janva

Commentaires

Papon

Quel dommage que nous ne puissions lui proposer un poste equivalent en France !

Olivier

Excellent.
Cela permettra à nos amis patriotes du SRS, alliés avec le DSS de Kostunica, de prendre réellement le pouvoir en Serbie.
L'élection à un cheveu du pro-UE Tadic en février contre le patriote Nikolic avait surtout été due au fait que la proclamation de l'indépendance kosovare avait été repoussée à après les présidentielle, afin de ne pas favoriser le patriote radical Nikolic.
Cette fois, c'est un triomphe qui attend les Patriotes serbes. Et ce ne sera que justice.
Cette fois,

Claurila

Les soi-disant "patriotes" de Serbie n'ont plus pour ennemis que les Serbes normaux, qui ne cherchent pas --ou plus-- à voler les terres de leurs voisins.
Et leur idéal c'est la Biélorussie.
Ca ne marchera pas : il y a trop de Serbes normaux.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.