Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Boycott des JO : un cas de conscience personnel
La carte Famille Nombreuse est maintenue

Nouveau pas vers l'eugénisme

Mise en place à l'initiative de l'Agence de la biomédecine et de l'Institut national du cancer, la mission dirigée par le Dr Dominique Stoppa-Lyonnet a publié mercredi son rapport sur les champs d'utilisation du diagnostic ou dépistage préimplantatoire (DPI). Le DPI est une sélection embryonnaire qui se fonde sur l'analyse de certains éléments du patrimoine génétique d'embryons conçus in vitro. Seuls les embryons non porteurs de l'anomalie génétique recherchée sont réimplantés dans l'utérus de la mère. Le recours au DPI est possible pour dépister uniquement des pathologies "d'une particulière gravité" et "incurables au moment du diagnostic".

La question auquel était chargé de répondre ce rapport était de savoir s'il est possible d'étendre l'utilisation du DPI à des prédispositions (comme les cancers du côlon, du sein ou de l'ovaire), c'est-à-dire des pathologies dont il est probable qu'elles surviennent un jour. D'après les auteurs de ce rapport,

"aucune modification de la loi de bioéthique n'est nécessaire pour que cette pratique puisse continuer, dès lors qu'une série de précautions techniques seront prises par les équipes spécialisées et que les couples concernés seront informés et associés à la décision".

L'Agence de la biomédecine a exprimé un "avis favorable".

Michel Janva

Commentaires

senex

En application du principe de précaution,on devrait prévenir les gens que la vie est une "sorte de maladie sexuellement transmissible, toujours mortelle".Question de dignité et de transparence. Docteur Knock-Ubu.

Simon

Cela est tout à fait logique, dès lors qu'on part du principe que "la vie commence après l'implantation de l'embryon". Une fois que ce principe est posé, il n'y a ici aucun problème moral, la dignité de l'être humain ne s'appliquant pas, vu que ce n'est pas un être humain, et de ce point de vue, il n'y a eu qu'une maladie évitée.

Seulement, ce principe est faux.

Barbara

J'aime bien la formule de Senex. Sinon, avec le DPA, va-t-on aussi supprimer les enfants aux yeux bleus ? Après tout, il paraît que les yeux bleus sont plus sensibles aux UV et induisent donc un risque accru de cécité dans la vieillesse.

Barbara

Continuant ma réflexion guidée par les propos de Senex : est-il légitime pour la bienpensance actuelle de faire des enfants ? Reconnaissons qu'ils devront souffrir - ça commence jeune, pensons aux poussées dentaires - et finalement mourir. Donc en les condamnant à vivre, on les condamne à souffrir et à mourir... Ce monde est vraiment tombé sur la tête.

Pois Chiche

J'abonde dans le sens de tous les commentaires.

Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi les auteurs de tous ces rapports mirifiqes ainsi que leurs militants, pourquoi donc se font-ils soigner, ont éventuellement des enfants, ne se sont pas encore suicidés ou entre-euthanasiés ? Ne serait-ce pas logique ?

Comment peuvent-ils professer leurs idées et continuer à vivre ?? Seraient-ils devenus immortels ? Un peu plus tôt, un peu plus tard...En tout cas, un peu plus tôt ils éviteraient au moins de vieillir.

La Fontaine écrivait : plutôt souffrir que mourir, c'est la devise de l'homme. De nos jours la devise de l'Agence est "plutôt mourir que souffrir" - enfin pour les autres. Tout cela est quand même très concret pour autrui, mais seulement hypothétique pour eux-mêmes.

Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais.

Sinon, nous en serions débarrassés !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.