Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



La carte Famille Nombreuse ne sera plus
Caprices du climat : les leçons de l'Histoire

Pour en finir avec Mai 68 : réhabiliter la famille

Un dossier de Valeurs Actuelles veut en finir avec Mai 68. Extrait de ce qu'en dit Jean Sévillia :

"On passe d’une société, qui est une société de privation, d’effort, d’héroïsme, guerrière, à une société de plaisir, de consommation, d’abondance. Cette grande révolution qui, pour moi, est une révolution philosophique, c’est l’individualisme : l’individu devient la mesure de toute chose. Et tout le monde est très content ! Les femmes peuvent prendre la pilule, les enfants se débarrassent de papa. Tout le monde dit : « C’est merveilleux, cette grande liberté ! » Oui, mais il y a des conséquences anthropologiques qui se développent sur le long terme. Une société ne peut fonctionner que si les hommes qui la composent partagent des valeurs communes. Dès lors que l’on donne à l’individu la liberté de construire lui-même ses propres valeurs, il n’y a plus de langage commun, plus de normes communes, plus de normalité. Et la société devient soit une société de la jungle, une société très concurrentielle, qui se régule par la violence, par l’argent ou, au contraire, par le pouvoir excessif de l’État. Pour moi, c’est ça la grande révolution de Mai 68. Et c’est pourquoi j’affirme qu’il faut liquider Mai 68, dont nous ne sommes toujours pas sortis.

Pour en revenir à la famille, on voit bien que tout le monde veut la liberté sexuelle, la liberté d’aimer qui il veut, mais personne ne veut en payer le prix. Or le système a éclaté. Madame Évelyne Sullerot le souligne très bien dans ses livres : on est passé de la famille au couple mais le couple, par définition, est fragile. C’est une union révocable entre deux individus, et cette fragilité a des conséquences sur les enfants dont personne ne veut parler… [...]

Cet individualisme a une autre conséquence : l’idée que la famille est au service de la société est en train de disparaître. Si l’on dit aux gens que leur comportement privé est en contradiction avec l’intérêt général, ils sont interloqués. Le lien social est en train de se dissoudre. Beaucoup ne comprennent pas que la stabilité de la famille est importante pour la société. Jusqu’au gouvernement : les hésitations actuelles sur la politique familiale sont sur ce point très révélatrices de cette perte du sens commun."

Michel Janva

Commentaires

XDaimerain

A noter, en lien parfait avec le sujet, le colloque organisé par Renaissance Catholique :

Pour en finir avec mai 68 !
dimanche 18 mai, à 14 h 15 à Paris

Les éditeurs, publicistes, les autorités morales auto-proclamées fourbissent leurs plumes et leurs armes. Le quarantième anniversaire de la Révolution de mai 68 sera célébré avec force colloques, publications, témoignages... comme un élément majeur marquant l’entrée dans la modernité d’une France encore paysanne, conservatrice, réactionnaire, majoritairement de race blanche et de religion catholique.

Tout cela appartient à l’histoire et nous semble relever d’un autre monde : qu’y a-t-il de commun entre Nicolas Sarkozy et le général de Gaulle, entre « tante Yvonne » et Carla ?

La France de 2008 est, dans ses principes et ses valeurs, fille de mai 68. C’est donc à un retour aux sources que nous vous convions, loin de la pensée unique et du politiquement correct.

Interventions prévues sont :

.La Révolution des moeurs de mai 68, par Philippe Maxence
.Mai 58 - mai 68, les fruits amers d’une trahison, par Jacques Trémolet de Villers
.Mai 68. Crise de civilisation, par Bruno Gollnisch
.Nicolas Sarkozy a-t-il rompu avec mai 68 ? par Jean-Pierre Maugendre

Grande librairie. Dédicaces des écrivains présents.

ASIEM 6 rue Albert de Lapparent Paris 7e
M° Ségur, St-François-Xavier, Sèvres-Lecourbe.

Renseignements : 01 46 62 97 04

http://www.renaissancecatholique.org/Pour-en-finir-avec-mai-68.html

tonio

Jean Sévillia donnait ce soir son libre journal sur le sujet (voir les prochaines rediffusions), avec le concours du grand Antoine Assaf (excusez l'adulation d'un de ses ex-élèves, à défaut de disciple) qui a produit deux très belles envolées oratoires et philosophiques, lesquelles faisaient la particularité de son enseignement et ne sont pas pour rien à la qualité d'icelui.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.