Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Christian Vanneste et la famille
Expulsions

Commentaires

Sebaneau

L'échec final des calomnies du KGB ?

http://fr.mailarchive.ca/soc.religion/2007-06/5248.html
Dans un article paru dans la revue télématique américaine “National Review Online”, l’ancien Général des Services secrets roumains, Ion Mihai Pacepa, accuse l’écrivain allemand Rolf Hochhuth d’avoir basé les calomnies contre Pie XII dans son ouvrage Le Vicaire sur du matériel manipulé par le KGB. Dans l’œuvre théâtrale "Der Stellvertreter" ("Le Vicaire"), représentée pour la première fois le 20 février 1963 par Erwin Piscator au théâtre am Kurfürstendamm et qui fut ensuite objet du film du metteur en scène Costa Gavras, Hochhuth accusa le Pape de s’être tu face au massacre de millions de juifs.

L’ex-espion roumain, réfugié en Occident en 1978, et qui, aujourd’hui, vit aux Etats-Unis, raconte avoir participé personnellement à cette campagne de désinformation, qui aurait été approuvée par Khrouchtchev en personne dans le but de discréditer moralement le Pape et l’Eglise catholique. L’article de l’ex-officier des Services secrets roumains a été résumé par le journaliste Werner Kaltefleiter sur le site http://www.korazym.org.

En février 1960, l’ancien Chef d’Etat et du Parti communiste soviétique, Nikita Khrouchtchev, approuve le «plan super secret» en vue d’une campagne de désinformation de grande ampleur ayant pour but de saper l’autorité morale du Vatican en Europe occidentale.

Selon ce que raconte Pacepa, jusque-là, la lutte du KGB contre son « ennemi mortel », l’Eglise catholique, avait été conduite à l’intérieur du bloc oriental où ses représentants, les évêques et les prêtres catholiques en général, étaient arrêtés en tant qu’espions. Désormais, la lutte contre l’Eglise devait être portée en Occident, jusqu’à l’intérieur du Vatican. Les catholiques eux-mêmes devaient discréditer la Curie romaine en tant que prétendu « bastion du nazisme » avec la collaboration d’informateurs complaisants, peut-être d’agents des Services secrets déguisés en prêtres. L’objectif principal de l’attaque choisi par le KGB était le Pape Pie XII, Eugenio Pacelli. Le Pape devait être représenté comme « l’incarnation du mal », un antisémite qui aurait encouragé l’Holocauste d’Hitler. Dans la mesure où Pie XII était mort en 1958, on pouvait aller de l’avant sans préoccupations, en application du principe selon lequel « les morts ne peuvent pas se défendre ».

Pour commencer, le KGB avait besoin de documents originaux provenant des Archives secrètes du Vatican. Le contenu de ces documents devait, par la suite, être modifié par les experts de la direction Dezinformatsiya de manière tellement imperceptible que les modifications ne puissent faire douter de leur authenticité. Il s’agissait d’un instrument utilisé et apprécié par tous les Services secrets, connu sous le nom de « propagande noire », un système de « différenciation » pour se servir des forces opposées dans le camp adverse en les mettant les unes contre les autres. Le nom de code de l’opération était Seat-12. La fonction de « déviateur », comme il se définit lui-même, revint au Général des Services secrets roumains Pacepa. Selon ce qu’il avait affirmé, il était directement impliqué dans les efforts programmés par le Kremlin afin de discréditer le Vatican et Pie XII.

Pourquoi les Roumains ? C’est de nouveau Pacepa qui fournit la clef du mystère. Le KGB n’avait pas accès aux Archives du Vatican et, de ce fait, les Services soviétiques, connus pour sous-traiter les opérations à l’étranger de préférence par les « organes frères », se tournèrent vers leurs « camarades » de Bucarest. La mission fut confiée au Service d’information extérieur roumain, le DIE, créé en 1949 par le Général Aleksandr Sakharovski et initialement dirigé par lui. La première étape de l’action consista en la récupération des documents en vue de laquelle Pacepa aurait été autorisé par le Général Sakharovski à sonder le terrain au Vatican.
La Roumanie s’était en effet déclarée disposée à reprendre les relations diplomatiques avec le Saint-Siège, interrompues en 1951. En guise de contrepartie, dans la perspective de l’envoi d’un représentant pontifical à Bucarest, il fut exigé d’accéder aux Archives secrètes du Vatican en présentant la demande comme nécessaire afin de retrouver le matériel historique permettant d’aider le gouvernement roumain à expliquer à l’opinion publique la reprise des rapports avec le Vatican.|

Le Général Pacepa décrit une rencontre avec un « membre influent du corps diplomatique » dans un hôtel de Genève non précisé. Il s’agissait de Mgr Agostino Casaroli, par la suite diplomate de pointe de l’Ostpolitik vaticane sous le pontificat de Paul VI. Par une bienheureuse coïncidence, Casaroli avait débuté sa carrière aux Archives de la Secrétairerie d’Etat avant d’entrer dans la diplomatie en 1950. Casaroli, qui fut nommé en 1979 à la tête de la Secrétairerie d’Etat, aurait, à ce qu’en dit Pacepa, rendu possible l’ouverture des portes des Archives secrètes du Vatican. Il est plus probable qu’il se réfère seulement à une partie des Archives vaticanes et, en particulier, aux Archives de la Secrétairerie d’Etat. En tout état de cause, très rapidement, « trois jeunes officiers sous couverture », travestis en prêtres roumains, commencèrent à chercher parmi les documents pontificaux en espérant trouver quelque document précieux en vue de la campagne diffamatoire programmée par les Soviétiques.

Au cours de la période 1960-1962, selon le récit de Pacepa, les Services secrets roumains (DIE) procurèrent des centaines de documents « qui, en quelque façon, se référaient à Pie XII », photographiés en secret aux Archives et dans la bibliothèque pontificale. Le matériel fut immédiatement envoyé au KGB.
En 1963, arriva le moment décisif. Le Général soviétique Ivan Agayants, « une légende vivante en matière de désinformation », se rendit à Bucarest afin de remercier « les camarades » pour l’aide apportée. L’action Seat-12 avait permis la création d’une pièce de théâtre plutôt efficace pour attaquer le Pape. Selon Pacepa, Agajanz aurait cité par ailleurs le projet et l’auteur de l’œuvre : "Le Vicaire" de Rolf Hochhuth. Une affirmation qu’Hochhuth aurait toujours démentie avec force, renvoyant, en matière de sources d’informations, à ses contacts au Vatican, connus à Rome au cours du séjour qu’il y effectua dans le cadre de ses recherches.

Comme l’explique aujourd’hui Pacepa, les officiers du DIE infiltrés rencontrèrent des obstacles insurmontables dans leur tentative de pénétration des Archives secrètes du Vatican, même s’ils furent présentés sous un « déguisement » pratiquement hermétique, à savoir celui de prêtres. Pacepa lui-même, dans son rôle d’émissaire accrédité par son Chef d’Etat, au cours des visites au Vatican, n’aurait jamais réussi à trouver un évêque disposé à parler en vue d’un échange confidentiel d’informations.

Comment finirent les plans de Moscou destinés à dénigrer le Pape ?

Pacepa rappelle que le chef du Kremlin, Youri Andropov, changea d’idée au début des années 1970. En effet, à cette époque, avaient émergé un certain nombre d’informations selon lesquelles Hitler, loin d’être lié à Pie XII par des rapports d’amitié, avait projeté un attentat afin de supprimer le Souverain Pontife.
Pacepa fait référence à des événements qui appartiennent désormais au domaine public. Peu de temps avant qu’Andropov ne prenne son poste de Chef du KGB, un Général des SS, Karl Wolff – qui auparavant avait servi en Italie et avait été l’aide de camp personnel de Himmler – avait été relâché et avait révélé qu’en 1943, Hitler l’avait chargé d’enlever Pie XII au Vatican. Le Führer, selon ce récit, aurait accusé
le Pape d’avoir contribué à déposer Mussolini. Cet enlèvement aurait dû avoir lieu immédiatement mais Wolff avait demandé au moins six semaines de délai réussissant, en fin de compte, à convaincre Hitler de renoncer à son plan, en lui montrant les effets négatifs importants que l’opération aurait provoqués.

Selon Werner Kaltfleiter,

« on peut être d’accord au moins sur un point avec l’auteur de l’article paru dans la “National Review”, à savoir que l’on ne peut que souhaiter que le Président Vladimir Putin soit disposé à ouvrir les archives de l’ex-Comité pour la Sécurité d’Etat et à rendre public les documents afin que le monde entier puisse se rendre compte de la manière dont les communistes ont dénigré l’un des Souverains Pontifes les plus importants du siècle dernier. Toutefois, il faut ajouter qu’il reste à vérifier si et dans quelle mesure l’ancien officier du KGB Putin accueillera cette requête ».|

Pour sa part, le RP Peter Gumpel, rapporteur de la Cause de Béatification de Pie XII, a déclaré :

« Au Vatican, on sait depuis longtemps que la Russie bolchevique était à l’origine de cette campagne de dénigrement vis-à-vis de Pie XII. Cela s’est trouvé confirmé par le fait que, dans les pays occupés par les communistes après la Seconde Guerre mondiale, Le Vicaire de Hochhuth fut représenté de manière obligatoire au moins une fois par an dans toutes les grandes villes ».

« Si sont pris en considération les quotidiens et les revues communistes tels que “l’Unità” en Italie et “L’Humanité” en France – a poursuivi le RP Gumpel – il est facile de constater la forte propagande à laquelle ils se livrèrent et continuent de se livrer actuellement en faveur de l’œuvre de Hochhuth. Donc, de ce point de vue, il n’existe pas de doute s’agissant de l’influence communiste ».

« En somme – a affirmé le père jésuite – je ne peux pas soutenir que Hochhuth ait été un agent des russes mais que son œuvre ait été fortement influencée par cette idéologie, cela me paraît évident ».

A ce propos, le RP Pierre Blet, historien fort connu, lui aussi membre de la Compagnie de Jésus, a affirmé que

« le drame de Hochhuth ne fait pas partie de l’historiographie et c’est comme s’il n’existait pas. S’il a fait tant de bruit c’est parce qu’il s’agissait d’un artifice construit par Moscou afin de mener une campagne contre Pie XII et de le discréditer »

trahoir

Est ce que les choses changent de plus en plus vite ou est ce qu'on "médiatise" des choses sur lesquelles "on" aurait fait silence auparavant ?
En tout cas il va falloir prévenir BHL qui a publié l'horrible livre "L'intelligence française" qui est une véritable attaque de l'identité française avec pour prétexte les "périodes les plus noires de notre histoire".

free

Quel hommage sera t'il rendu pour le cinquantième anniversaire de la mort du Pape outragé ?

Exupéry

Merci à Sabaneau. Voila de l'information très utile!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.