Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Averroès, la fin d'un mythe
Philippe Schmitt président du Comité d’Orientation de l’Institut pour la Justice

Le pesticide anti-enfant

L'Alliance pour les Droits de la Vie envisage de publier à la rentrée prochaine un livre noir sur la pilule abortive, à partir de témoignages de femmes :

  • On ne m’avait pas dit que je me sentirais mal
  • Je me suis retrouvée toute seule, découvrant avec frayeur ces saignements et la perte de mon bébé. Il était trop tard pour revenir en arrière…
  • J’ai demandé à mon copain d’être là car c’est lui qui voulait que j’avorte, pas moi. Il a passé sa soirée devant la télévision après s’être acheté des pizzas. Pendant que moi je pleurais dans mon coin puis seule dans les toilettes… C’était l’horreur absolue ! Je n’arrive pas à m’en remettre
  • J’ai cru que ce serait plus simple… : ni vu ni connu, pas besoin d’aller à l’hôpital. C’est allé très vite. Après le rendez-vous chez le médecin, je me suis retrouvée seule chez moi à attendre : c’est là que j’ai réalisé ce que j’étais en train de faire, moi qui avais toujours rêvé d’être maman. Trop tard… Et puis ce fut le cauchemar, l’hémorragie qui ne s’arrêtait pas, je souffrais. Il a fallu que j’aille en catastrophe à l’hôpital où j’ai subi un curetage…

Plus rentable et plus discret que l’élimination directe en clinique, l’IVG médicamenteuse est un empoisonnement mortel de l’enfant à naître par la mifégine : le «pesticide anti-enfant» ! Crime presque parfait : acte d’infanticide subreptice pour le médecin qui délivre la pilule et la mère qui l’avale. Un crime que l’on voudrait faire commettre à la mère presque à son insu (selon le propre du poison). Il suffit de lui faire prendre trois comprimés pour un médicament anodin. Crime presque parfait cependant, car, malgré les efforts diaboliquement persévérants du Planning Familial, la nature revient toujours au galop : celle de mères enfin conscientes, qui se réveillent trop tard, confiant leur souffrance et qu’il faut aider à ne pas se laisser écraser par ce tragique syndrome post-avortement.

Michel Janva (via l'HN)

Commentaires

Poivre

Rappellons que sur le site de l'ADV on peut commander un kit de cartes à envoyer à ses députés et sénateurs. Avec le kit, selon votre région, on vous indiquera les noms des députés en question etc... pour ma part j'en ai commandé 5 (soit une cinquentaine de cartes) et j'en ai donné 4 kits à mes amis. Continuez ! objectif 400 000 cartes.

Xtof

@Poivre :
L'objectif de 400000 est dépassé. nous en sommes à presque 500000. ça bouge à l'Assemblée et au Sénat. Pourvu que la réalité suive !

free

"J’ai demandé à mon copain d’être là car c’est lui qui voulait que j’avorte, pas moi. Il a passé sa soirée devant la télévision après s’être acheté des pizzas. Pendant que moi je pleurais dans mon coin puis seule dans les toilettes…"
Voilà où en est cette jeunesse gavée de programmes pervers (genre "l'ile de la tentation" ou "plus belle le vie")et de "rave-parties".

anonyme

Ce ne serait pas du déjà vu, ça, un livre blanc (noir!) sur l'avortement ? Il me semble que le Collectif 30 ans ça suffit a sorti le Livre Blanc de l'avortement, extrêmement précis et détaillé, il n'y a pas si longtemps que cela ...

Jean Theis

Ce livre noir me parait très intelligent et pertinent.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.