Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



La "nuit des écoles" ou l'occupation de locaux scolaires
"Manger ou conduire il faut choisir"

"Une urgence vitale : Relancer la politique familiale"

Sur un site à découvrir, une tribune intéressante et à contre-courant des idéologies ambiantes :

"La famille demeure la cellule de base de la société, mais sa structure et ses objectifs connaissent de profonds bouleversements : familles décomposées et recomposées, pratique et statut juridique du mariage et du "pacs", baisse de la fécondité et vieillissement de la population, autant de facteurs qui interrogent le sociologue, l’économiste, le philosophe, le moraliste et, bien sûr, le religieux. Mais en quoi concerne-t-il le politique ?

En réalité, ce sont trois ordres de questions qui se posent. D’abord, le politique est-il fondé à s’occuper de la famille ? Quel peut être alors le contenu d’une politique familiale ? Enfin, que faire, comment agir pour l’avenir ?

Que la famille relève largement de la sphère privée est, à mes yeux, une évidence. Rien ne doit être retiré aux conjoints et aux parents de ce qui constitue leur responsabilité propre : l’Etat n’a pas à prendre en charge notre bonheur. Mais l’application du principe de subsidiarité doit se faire avec discernement. La fonction de l’Etat est d’assurer la possibilité du bonheur ou, très concrètement, du bien-être des personnes et des collectivités (...)

Je suis convaincu que nous devons, sans plus attendre et avec détermination, renforcer durablement les piliers affaiblis des politiques familiales traditionnelles : allocations familiales, quotient familial, ainsi que les instruments annexes tels que les réductions dans les transports publics. Ce qui implique d’abord qu’on les réhabilite dans leur rôle d’incitation au développement de la famille dans toutes les catégories de population.

Mais il faut aller plus loin, en créant un pilier supplémentaire : il est urgent de mettre en place un dispositif efficace d’aide aux femmes qui souhaitent à la fois travailler et élever leurs enfants. Des propositions en ce sens existent : elles vont dans le sens d’une meilleure conciliation entre une activité extérieure et la charge des enfants, notamment par la création d’assistantes familiales ; elles envisagent aussi une juste rémunération pour la mère de famille qui se consacre à ses enfants".

Lahire

Commentaires

BOGOMIR

A propos de famille: Je viens d'entendre sur France Info que beaucoup de polonais ont placé leurs enfants (140,000!) dans des orphelinats pour aller travailler en Europe de l'ouest!

On dit que gouverner c'est prévoir, mais il semble que pour certains il était plus urgent d'élargir sans songer aux conséquences.

Josée

Avant tout il faut d'abord re-définir ce qu'est une famille (cellule basique de notre société) :
un père, une mère et des enfants... Regroupons-nous pour la défendre et opposer un front commun à ceux qui veulent la détruire.
Appliquons le principe de subsidarité : ce que nous pouvons faire pour la famille, faisons-le.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.