Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Les 30 ans du premier "bébé éprouvette"
Alzheimer spirituel et Parkinson ecclésial

Feu traité de Lisbonne : 3 fois non!

Après l'Irlande,

"Moi, j'ai confirmé ma position que ce traité n'existe pas sans l'Irlande mais que la Pologne ne veut pas être un obstacle".

"Je considère le traité de Lisbonne comme une erreur, une chose mauvaise pour l'Europe (...) Nous n'avons pas tenté de nous persuader l'un l'autre. Nous avons nos claires opinions que l'on ne peut pas changer (...)
En ce qui concerne la ratification, je pense qu'aucun de nous n'est obligé d'agir maintenant de manière radicale. A mon avis, sans un changement du résultat irlandais, il est vain d'en parler (...)
Nous avons tous pleuré quand nous avons perdu au cours des deux dernières minutes notre match contre la Turquie au championnat d'Europe de football, mais nul n'a songé que deux heures plus tard un jury pourrait décider que c'était mal joué et qu'un autre résultat serait valable. Et je pense que les règles sont valables dans le football aussi bien que dans les référendums internationaux".

Lahire

Commentaires

Jan-Pawel

Certains sectateurs du "oui" devraient apprendre à être plus "sport".

Xtophe

En réalité, ce n'est pas 3 fois NON, mais 5 fois NON du fait des référendums organisés en France et aux Pays Bas en 2005.

D'ailleurs, lui qui veut faire revoter les Irlandais ; pourquoi Sarközy ne propose-t-il pas aux Espagnols qui avaient voté OUI il y a trois ans de revoter à nouveau ? Les sondages en Espagne révèlent que si un référendum sur le traité de Lisbonne était organisé, le peuple espagnol le refuserait massivement. Preuve s'il en est que l'Europe supranationale et mondialiste se fera contre les peuples.

Et après le Figaro et les petits bourgeois UMP bien-pensants vous nous dire que les 3 millions d'Irlandais bloquent les 400 millions d'Européens... Bah voyons, comme si les 400 millions d'Européens étaient unanimement en faveur de cette Europe apatride, bureaucratique et autocratique animée par la finance internationale à la botte des Etats Unis d'Amérique.

Si on procédait au référendum dans tous les pays de l'UE, on observerait sans nul doute une victoire écrasante du NON : au Royaume Uni, aux Pays Bas, en France, en Irlande, en Italie, en Pologne, en République Tchèque, en Grèce...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.