Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



L'infantilisation : une atteinte à la liberté et la responsabilité
Suisse : SOS Racisme ne reçoit plus de subvention

Régionalisation : la langue espagnole menacée

Parlée par 400 à 600 millions de personnes à travers le monde, la langue espagnole serait-elle menacée sur ses propres terres par la montée des langues régionales ? C'est ce que soutiennent d'éminents intellectuels qui signent un manifeste. Contre les panneaux d'orientation en basque sans traduction, l'éducation en catalan qui fait presque l'impasse sur l'espagnol, un projet de "police" pour faire respecter la langue régionale aux Baléares, des écrivains et des universitaires ont décidé de donner de la voix pour défendre leur langue.

"Depuis quelques années, il y a des raisons croissantes de se préoccuper dans notre pays de la situation institutionnelle de la langue castillane".

Ce "manifeste pour la langue commune" a rapidement pris la forme d'une pétition pour soutenir le "castillan" face au catalan, basque et galicien qui font de plus en plus figures de langues officielles exclusives dans leurs régions. L'initiative relayée par le journal El Mundo a recueilli l'adhésion de 135.000 personnes. Ils réclament une affirmation plus claire de la primauté du castillan sur le catalan, le basque et le galicien qui ont le statut de "langues co-officielles" dans leurs régions, en établissant un droit pour tous à étudier en espagnol et en interdisant les panneaux et documents officiels écrits dans les seules langues régionales.

Michel Janva

Commentaires

Xavier Daimerain

Saluons le retour des peuples à leur identité charnelle, à leurs traditions, à la pratique multiséculaire de langues qui sont les leurs et que des pouvoirs centralisateurs, jacobins et révolutionnaires ont tenté de faire disparaître !
Mais les "éminents intellectuels" pré-cités garants d'une soi-disant identité espagnole, n'arrivent pas à la cheville des extrémistes laïcards de la République françaaaaiiiiiiise, et autres sectateurs du jacobinisme bien de chez nous qui interdisent encore la prtaique de nos langues sauf celles aux accents exotiques !!!

Le Marseillais

AH! Si on pouvait entendre le Provencal et le Breton !!!

pique-à-sots

Il s'agit là encore de raisonnement de "shadoks" ,je ne vois pas en quoi le fait de parler castillan ou français en sus d'une langue régionale peut être considéré comme une atteinte à l'identité d'un peuple! une langue connue d'un grand nombre est un vehicule appréciable au moment ou notre planète retrécie!
par contre ce qui ressort de tout ceci c'est le desir d'appartenance à une région, à une nation et contredit les tenants du multiculturel à tout va .

Yannick H

La situation dans laquelle se trouve l'Espagne, quant à sa langue officielle le Castillan, n'a rien d'extraordinaire ou de surprenant. C'est le résultat d'une "trop" grande tolérance et de liberté à l'égard de ses régions. J'ai vécu en Espagne et, en France, j'ai été frontalier des Basques et des Catalans (gens fort sympathiques au demeurant). Lorsque vous vous déplacez dans ces deux dernières régions et en Catalogne notamment, ils ne s'adressent à vous qu'en catalan. Je ne sais si c'est toujours le cas, mais lors de la création des "Mossos d'Esquadra" (police catalane), savoir parler le catalan était obligatoire. Ce qui excluait de fait tous les autres Espagnols qui n'avaient eu aucune raison d'apprendre cette langue. Il en a été de même pour la Ertzainza (la police basque). Mais on ne récolte que ce que l'on sème. Et cette situation se présentera à nous dans peu de temps. La France n'a-t-elle pas dans sa Constitution d'aujourd'hui la reconnaissance officielle des langues régionales ? Dans très peu de temps nos indépendantistes et autres régionalistes vont s'engouffrer dans cette brêche officielle, n'en doutons pas. Mais tout cela procède, grâce à la complicité de nos zélites à la désintégration nécessaire de nos Etats pour mieux fabriquer cette Europe dont les peuples ne veulent pas. Il sera plus facile de diriger 250 régions (je ne connais pas le chiffre exact) que 27 pays dont des gros morceaux comme la France, L'Allemagne, l'Angleterre .... Un pays n'est grand que lorsqu'il y a unité de territoire, de langue et si possible de religion (ou de religions voisines cultivant les mêmes valeurs, c'est à dire toutes sauf l'islam). Diviser pour règner (c'est bien connu et efficace). Certains n'ont vraiment rien compris à rien... Que pourra réclamer telle ou telle région lorsqu'elle ne sera plus .... rien ? On voit déjà ce que cela donne pour notre pays lorsqu'il veut aider les pêcheurs, les routiers, les restaurateurs ...

Barret

Si la langue espagnole est menacée par la montée des langues régionales, combien la langue française l'est-elle plus par l'invasion exponentielle des anglicismes de tous poils...Il suffit d'ouvrir les yeux! C'est ahurissant ! Plus rien ne peut s'écrire ou se dire sans l'introduction d'un anglicisme. Et nous avons, paraît-il, un ministère de la Francophonie... La langue française, toujours langue officielle des "Jeux Olympiques" a été détrônée par l'Anglais et il ne se prononce plus un discours dans le monde qui ne soit pas en Anglais.
Cherchez la faille ...

Bernie

Mon père parlait patois avec ses potes et sa tante quand on allait en vacances dans son pays natal (en dordogne). Je n'y comprenais rien mais cela ne me gênait pas parcequ'il parlait normalement français avec nous. On peut parler "régional" avec les gens du pays ; mais le problème c'est quand cela devient un combat politique. Là, C'est assez débile. Il faut se comprendre et communiquer avec les autres, pas les rejeter.

Xavier Daimerain

@ Yannick H,

"Interdit de parler flamand et de jeter des cailloux"... C'est ce qui reste écrit sur un vieux mur d'une école du Westhoek, près de Hazebrouck, en Flandre "française".
La république jacobine française et son prédécesseur absolutiste règne de Louis XIV, ont traqué, banni et persécuté tout ce qui fait mon identité de flamand !
Et aujourd'hui, seules quelques dizaines de milliers de personnes parlent encore la langue de mes ancêtres !
C'est une forfaiture, un scandale, un crime et je me réjouis que partout en Europe les peuples redécouvrent leur identité, qui passe, ne vous en déplaise, par leur langue.
La France n'a rien compris ! En tous cas elle n'a pas compris, comme le préconisait Maurras par exemple, qu'elle a tout à gagner à rendre les gens fiers de ce qu'ils sont, c'est à dire, fiers de leur famille, de leur foi, de leur région, de leur pays et aussi de leur civilisation européenne !

T. Gwilhmod

Dieu parle toutes les langues ; elles font partie de la beauté de la création , tel un arbre aux milliers de feuilles. Et il paraît qu'il en meurt tellement que dans 100 ans ils n'en restera que 3000 sur 6000 actuellement, et ensuite, ce sera un arbre avec une seule branche et une seule feuille : il sera bien moche.
L' Etat Nation ce n'est pas la volonté de Dieu. L'histoire de Babel nous dit que pour que l'homme reste à sa place une structure unifiée n'est pas bonne.
On sait -mais on nous le cache- que tous les petits pays réussissent mieux que les grands pays. Le danemark, le Pays bas, le luxembourg, l'Irlande etc etc réussisent proportionnellement mieux que les gros pays tels la France. Et si la réussite économique espagnole n'était justement pas due en partie par une structure de dévolution régionale assez poussée ???
Et la DSE ne prévoit-elle pas le principe de subsidiarité ?
Bref, quand on est chrétien et français, on devrait savoir que c'est BON de parler breton, basque, corse, occitan, catalan, flaman, alsacien... et j'ajoute que la France qui ne veut pas de ses langues originelles (car le Breton existait bien avant le Français et était écrit ...)ce n'est pas une France chrétienne. Une France chrétienne serait une France qui ne se construirait pas en sacrifiant les identités régionales, en suçant le sang des régions pour enrichir Paris (premier en Europe pour le PIB/habitant ; mais France 12 ième en europe pour le PIB/habt, cherchez l'erreur)

Ici en Bretagne, terre de prêtres s'il en était quand il y avait encore une très forte différence avec Paris on parlait breton. Aujourd'hui la langue bretonne est un moyen pour rejeter le modèle de société proposé par la société française, basée sur un matérialisme pratique éhonté et un nihilisme affligeant.

La seule issue à tout ceci est de reconnaitre serienement les identité linguisitques et cultutellles de France, celles qui y ont TOUJOURS EXISTE, renoncer à les sacrifier sur l'autel de la république égalitariste, dévoluer comme en Espagne aux régions la gestion de leurs langues propres, sources très efficace d'un meilleur développement économique et culturel : et si la France est réformable ce dont je doute, on assistera à une synergie du fait d'une richesse culturelle.
Jésus parlait 4 langues :
- Marie et Joseph lui parlaient le patois Araméen ;
- Hébreu, langue du Temple
- Grec langue du commerce (anglais actuel=
- Latin, langue de l'occupant.

Et il parlait à Dieu en Aramméen

Alors ???

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.