Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Bonne nouvelle au Liban
César et Dieu : vivre sa foi, en politique, sans compromis

Vague de conversions au Kosovo

D'Alain Sanders dans Présent d'aujourd'hui :

"Quand on évoque les Kosovars – et les Albanais d’ailleurs –, on appuie lourdement, pour mieux les fustiger, sur le fait qu’ils sont majoritairement « musulmans ». En oubliant de rappeler qu’un nombre important d’entre eux sont catholiques [...]. Mais il faut aussi rappeler que les Albanais (et les Bosniaques) étaient, à l‘époque de la conquête ottomane au XVe siècle, tous chrétiens. Nombre se convertirent à l’islam pour sauver leur vie ou pour des raisons bassement affairistes. [...]

Ce qu’il y a de nouveau, aujourd’hui, c’est que l’on assiste au Kosovo à une véritable vague de conversions au catholicisme. Il y a quelques semaines, 32 personnes d’une même famille, les Sopri à Llapushnik, sont ainsi revenus à la foi originelle de leurs ancêtres. Llapushnik est un petit village du nord-est du Kosovo. L’un des membres de cette famille, Ismet Sopri, estime que quelque 3 000 personnes sont prêtes à se convertir au catholicisme dans la région. La semaine dernière, six autres personnes d’une même famille se sont converties à Prishtina après une année de préparation au baptême. Et l’on évoque de plus en plus le projet de bâtir une cathédrale au cœur même de Prishtina.

Le père Lush Gjergj, biographe de mère Teresa (qui était une catholique albanaise) et figure charismatique du catholicisme en Albanie, explique ce « retour » au catholicisme par un souci profond des Kosovars et des Albanais de retrouver leurs racines européennes et catholiques :

Tous ces gens qui se convertissent étaient bien souvent des crypto-chrétiens, mais ils ne pouvaient pas le révéler parce qu’ils n‘étaient pas libres. Ils ont tous chez eux des traces de leur christianisme d’antan, un cierge, une prière, un crucifix hérités de leurs ancêtres. Ils se souviennent des pèlerinages à l‘église de Letnica pour l’Assomption, le 15 août. Ils sont désormais en phase avec leur histoire."

MJ