Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Benoît XVI à Paris : programme complet
Obama et Biden se défilent sur l'avortement

Couac

François Fillon a sèchement rappelé à l'ordre son ministre de la Défense Hervé Morin pour ses réserves concernant le fichier de renseignement policier Edvige :

"Ce n'est pas une caserne, un gouvernement, mais enfin là en l'occurrence, il ne faut pas se laisser aller à de jugements inspirés par une vision très légère des choses. Il y a des réalités dans notre pays qui sont des réalités fortes en matière de sécurité".

Samedi, le ministre de la Défense avait été le premier membre de l'exécutif à s'interroger :

"Est-il utile pour assurer la sécurité de nos compatriotes, de centraliser des informations relatives aux personnes physiques ayant seulement sollicité un mandat politique ou syndical ? Est-ce bien nécessaire de ficher les personnes jouant selon les termes même du décret un rôle institutionnel économique social ou religieux significatif? N'y a-t-il pas là un curieux mélange des genres?"

Michel Janva

Commentaires

Francoisdesaintjean

La reponse de Lahire est pertinente. Comme tout instrument de pouvoir, tout depend de l'utilisation qui en est faite par ses detenteurs, comme de tant d'autres outils. Outil suplementaire d'efficacite redoutable, la est est l'inquietude. Qui y aura acces et quelles seront les limites du fichage? Tout cela laisse beaucoup de place a l'arbitraire. Dans une monarchie catholique, je ne m'en inquieterai pas trop, mais dans une republique laique pour ne pas dire anti-catholique, il y a plus a craindre qu'a y gagner sur le long terme.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.