Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Scission au PS ?
La fidélité : une affaire génétique ou de volonté ?

Le délire du droit "à" l'enfant

Alors que le débat sur les mères porteuses fait rage, aujourd’hui à Paris, une femme de 59 ans attend des triplés. Ce type de grossesses hors norme surgit partout dans le monde : de plus en plus de femmes veulent repousser les limites de la science et cherchent à avoir un enfant sur le tard. Elles ont plus de 40 ans, frôlent la cinquantaine, certaines ont même largement dépassé l’âge de la ménopause. Grâce à un don d’ovocytes de femmes beaucoup plus jeunes qu’elles, et après une fécondation in vitro, elles peuvent mener leur grossesse à terme. Non sans risques. A Angers (Maine-et-Loire), une maman de 46 ans, qui a accouché en juin de triplés, est dans un coma profond et laisse un père seul avec trois enfants.

François Thepot, directeur médical de l’Agence de biomédecine, précise pourtant :

"Le Code de santé publique dit que toutes les techniques d’AMP (assistance médicale à la procréation) sont ouvertes aux femmes en âge de procréer. Mais comme l’âge limite est très variable d’une femme à l’autre, l’appréciation est laissée au corps médical."

Les Françaises qui veulent cet enfant à tout prix vont dans des cliniques privées à l’étranger. Il leur en coûte entre 3000€ et 6000€.

D'un côté on avorte à tout va (220 000 avortements en France), de l'autre on veut un enfant pour son petit ego, quand on veut. C'est du délire.

Michel Janva

Commentaires

Boris

Le problème des triplés est autre !

De plus en plus de femmes prennent la pilule, vous savez le petit truc "un bébé quand je veux".
Sauf que la pilule ne fonctionne que dans l'autre sens : "pas de bébé quand je n'en veux pas", mais pour quand on en veut un, cela ne marche plus !

Ensuite cette cochonceté de pilule composée exclusivement d'hormones artificielles, il faut bien que le corps de la femme s'en débarrasse. Si cette action est très naturelle au WC, le traitement d'un poison tant contre nature lui pose plus de problème : aucun traitement n'est apporté à ces hormones artificielles.

C'est pourquoi nous avons vu se développer un taux de stérilité masculine et féminine en occident.

Pour palier à cette infertilité, la science (encore elle) utilisée à mauvaise escient propose des palliatifs appelés PMA.

Il en résulte ces phénomènes de triplés et plus qui sont absolument pas de conception naturelle.


Encore une fois, nous sommes obligés de pointer du doigt la pilule et la mentalité qui va avec : pas besoin de la nature, l'homme peut se débrouiller seul sans la création.

Quel sophisme monstrueux se cache derrière cela : croyant maitriser la nature humaine, l'homme ne fait que ré-inventer l'eau chaude, mais en moins perfectionné.
Là où Dieu a créé des cycles féminins avec 2 périodes strictement infécondes et 1 période féconde, l'homme a créé des périodes presque infécondes ou presque fécondes.
Au lieu de s'arrêter au fonctionnement hormonal, il eu mieux valu regarder le cycle entier comme l'ont fait les Drs Billings.

mme

Et l'adoption ?
Ne serait-ce pas moins coûteux ?
Et le trou de la Sécu avec tous ces soins, qui paie ?
Et ces petits "embryons" qui attendent la mort ou la vie dans leur "prison concentrationnaire"(Pr Lejeune) qui y pense ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.