Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Marseillaise sifflée : réaction de Bernard Antony
Ceux qui ont sifflé la Marseillaise au Stade de France se sentent-ils français ?

L'Italie : un pays de barbares ?

Le célèbre écrivain italien Claudio Magris a réclamé jeudi des excuses au président Nicolas Sarkozy qui a "insulté" l'Italie en la faisant passer pour "un pays de barbares" avec son refus d'extrader l'ex-terroriste des Brigades rouges Marina Petrella en raison de sa santé.

Dans une lettre ouverte adressée à Silvio Berlusconi et publiée à la Une du Corriere della Sera sous le titre: "Nous ne sommes pas un pays de barbares", il déclare :

"Je n'ai pas voté pour vous, ni pour votre parti mais vous avez été élu démocratiquement pour diriger le pays et protéger le bien et l'honneur de l'Italie. En conséquence, je vous demande d'exiger du président Sarkozy des excuses formelles pour la gifle et l'offense qu'il a infligées à l'Italie avec les motivations avancées pour refuser l'extradition de Marina Petrella, terroriste condamnée en Italie pour homicides et en cavale à l'étranger, en France (...) Le président Sarkozy a implicitement proclamé que l'Italie n'est pas un pays de droit mais un pays barbare où l'on ne respecte pas les droits humains essentiels, où l'on ne soigne pas les détenus malades, où on les torture peut être comme à Guantanamo (...) C'est une insulte à notre pays et donc à celui qui le gouverne."

Philippe Carhon

Commentaires

Mr Sarkosy n'avait pas à protèger une terroriste nous n'avons donc plus aucun honneur pour les familles des victimes et comme d'habitude uniquement pour les coupables dans nos prisons dorèes ou ils sont bichonnès surtout pour les gauchos.

Journé Nicolas

Cet écrivain a raison! Sarkozy est d'une prétention qui va faire passer Napoléon pour un timide, et quelqu'un de bien élevé!!

Marie

Bien d'accord avec cet ecrivain italien au sujet de Nicolas Sarkozy.
Les gouvernements francais ont pour coutume depuis des decennies de proteger les criminels, specialement terroristes, islamistes, socialos-communistes, en l'honneur du respect des droits de l'homme.

Eufemia Budicin

Claudio Magris, qui a été senateur pour l'Ulivo (gauche de Prodi et excommunistes) n'a pas protesté à l'époque de Mitterand. Salutations.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.