Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Le diocèse de Lyon lance sa Web TV
Irlande : le non n'a pas provoqué la fin du monde

Rome propose un discernement dans la formation des prêtres

Ce matin, a été présenté le document de la Congrégation pour l'éducation catholique intitulé: "Orientations pour l'utilisation de la psychologie dans l'admission et la formation des candidats au sacerdoce". Le Cardinal Zenon Grocholewski, Préfet du dicastère, a dit que le document expose le contexte socio-culturel qui influence plus ou moins la mentalité des candidats, laquelle

"entretient parfois des blessures et des difficultés en mesure de peser négativement sur leur capacité à poursuivre la formation vers le sacerdoce... Ces problèmes se présentent généralement à l'entrée au séminaire mais parfois se manifestent juste avant l'ordination... Ce climat ambiant induit la nécessité d'offrir une sérieuse formation mentale au futur prêtre".

Le document souligne le rôle fondamental des formateurs et, par conséquent, la nécessité de leur préparation pédagogique en matière vocationnelle. Or dans la formation on ne saurait séparer la part spirituelle et le rôle du père spirituel, qui ne peut être en aucun cas être remplacé par une quelconque forme d'assistance psychologique. Par elle même la vie spirituelle favorise les vertus humaines s'il n'existe pas de blocages psychologiques.

"le recours à des experts en psychologie doit être limité à certains cas, dépistés au moyen d'un diagnostic et traitables par une éventuelle thérapie, en l'occurrence un appui psychologique au développement des qualités exigées pour exercer le ministère sacerdotal. On pourra donc y recourir dans les cas graves et exceptionnellement... L'aide de la psychologie prendra place dans le cadre général de formation afin de ne pas mettre en péril la valeur primordiale de l'accompagnement spirituel... Par conséquent, les éventuels psychologues devront être intégrés dans l'équipe de formation".

Le Cardinal Grocholewski a conclu en rappelant le canon 1052 du CIC, cité trois fois dans les "Orientations", qui oblige l'évêque à avoir une certitude morale absolue sur la préparation du candidat, fondée sur des données positives, et qui en cas de doute l'oblige à ne pas procéder.

Michel Janva

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.