Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Forum catholiques-musulmans : déclaration finale
UE : désaveu de la présidence française

Crise financière : attention aux simplifications hâtives

Lu sur IBPRoma :

"il faut craindre la pensée unique et populiste qui consiste à simplifier le débat, chercher un responsable (les banques) et la cause en apparence évidente (le manque de régulation) pour ensuite émettre des solutions hâtives dont le résultat sera plus pénalisant qu‘efficace. Sans ignorer la nécessité de mieux réguler le secteur financier, il convient de nuancer les choses.

Dans cette crise d’une ampleur inégalée depuis la fin des années 20, il semble de bon ton de relever un manque de régulation du système financier. Pourtant, le système financier n’a jamais été aussi régulé. Les exigences réglementaires se succèdent à un rythme effréné : de Bâle I (réglementation relative à l’exigence de fonds propres des banques édicté par la Banque des Règlements Internationaux situé dans la même ville), on est passé à Bâle II et sans prendre de risques, il est permis d’affirmer que Bâle III sera pour demain même si l’appellation changera très probablement car le I et le II ont montré leurs limites! L’inflation des textes en la matière prend des proportions inimaginables au point que plus de 70.000 pages de nouvelles réglementations américaines ont été ajoutées depuis la loi Sarbanes Oxley de 2002 ! Les agences fédérales chargées de réguler le secteur financier emploient plus de 12.000 personnes ! Toute cette régulation aux Etats Unis n’a cependant pas permis d’éviter la crise financière actuelle dont l’origine réside dans l’explosion d’une bulle immobilière résultant elle même d’un endettement excessif des ménages américains encouragé par des agences gouvernementales comme Fannie Mae et Freddie Mac. Pourtant, les hommes politiques de tous pays confondus aiment affirmer avec force et vigueur qu’il faut réguler encore plus le système financier. La vérité n’est probablement pas aussi simple. Le parallélisme avec la politique de sécurité routière qui consiste à imposer une vitesse maximale à chaque tronçon de route est un parfait exemple de la tendance actuelle. Encadré à tout instant par des règles strictes, le conducteur se déresponsabilise et tend à perdre de vue les règles élémentaires de sécurité. [...]

Après la multiplication des prêts hypothécaires, les banques américaines y ont vu une seconde source de profit considérable en procédant à la titrisation de leurs prêts (regrouper les prêts hypothécaires subprime dans un produit financier afin d’être revendu à d’autres banques souvent étrangères, appâtées par des taux supérieurs au marché). Cupidité de tous à tous les niveaux : le Gouvernement via l’accélération de l’économie et donc de ses recettes fiscales, les banques au travers d’une forte croissance de leur activité (la titrisation permet d’augmenter le volume des crédits sans devoir augmenter les fonds propres), les investisseurs institutionnels qui ont acquis les produits issus de la titrisation à return élevé et enfin l’épargnant final qui toujours désireux d’obtenir un taux d’intérêt supérieur au marché a investi dans des produits structurés (reprenant en sous-jacent les fameux produits en question) avec les dégâts que l’on connait. [...] 

Les fortes dépréciations [que les banques] doivent acter diminuent leurs fonds propres devenus soudainement insuffisants ce qui les obligent à faire appel à l’Etat, prêteur en dernier ressort mais également grand régulateur « infaillible »…

MJ 

Commentaires

Gérard Hirel

Métissage contre nature
Flash OBR n° 478/08 du 6 novembre 2008 à 08h59

Mondialistes et altermondialistes

(....) Et pourtant il y a un dénominateur commun à ces deux catégories on ne peut plus éloignées par leur mode de vie, leurs aspirations, leurs fortunes et leurs comportements c’est l’absence de barrières morales qu’elles soient religieuses ou laïques issues de religions. Ce qui ne les empêche pas de parler sans vergogne au nom de valeurs et de principes moraux.
Ils sont amputés de cette capacité de résistance et de persévérance que confère à l’homme ses croyances et sa grandeur.(....)

Site http://reseau.jord.free.fr - Rubrique Imposture des Pouvoirs - Delenda Cathago - “Pour qui sonne le glas?”

Pascal G.


On peut aussi rajouter que cette course folle a été lancée par l'abandon de l'étalon or pour les monnaies dans les années 20 et 30 ( en Allemagne cela donna l'hyper inflation et l'effondrement de Weimer), puis les accords de BRETOON-WOODS de 1944 qui ont fait du dollar adossé théoriquement à l'or, la monnaie étalon des autres monnaies.
Le problème, c'est que personne n'a jamais pu contrôler le dollar, surtout quand après la dette publique consécutive à la guerre du Vietnam, les USA ont décroché le dollar de l'or dans les années 70 en abandonnant Breton-Woods, et en ont fabriqué de manière exponentielle, pour financer leurs déficits. Les pays européens ont agi de même en créant de la monnaie au travers des banques, alors qu'ils auraient pu reprendre l'or comme étalon de mesure de leurs monnaies. L'Euro lui-même demeure une construction artificielle, dont la contrepartie n'est que la signature des Etats, alors qu'ils lui ont délégué leur monopole monétaire, et que contrairement au dollar, monnaie de la première puissance mondiale, l'Euro repose sur une zone économique qui n'a pas les moyens politiques et militaires pour défendre ses intérêts.
Dans tout cela, on voit la main du pouvoir tout puissant des Etats, qui se sont arrogés le monopole monétaire. C'est là la réalisation concrète des Lumières qui fait du Contrat Social tenu par l'Etat la source du droit et de la morale. Les peuples riches et industrialisés ont cru que la monnaie n'est pas un bien commun qui doit demeurer en rapport avec l'ensemble de l'économie, et donc, sous le contrôle des agents économiques.
Les politiques des états riches et démocratiques ont vendu cette illusion du bonheur collectif au travers d'une croissance devenue un droit : par l'économie contrôlée étatiquement et par la redistribution de la monnaie, les sociétés pourront reculer les limites de la satiété, sans avoir de règles morales, y compris sur la finalité de l'économie. Les hommes de l'Etat, les castes politique et administratives avaient trouvé dans le socialiste KEYNES les arguments pour justifier leur prise en main de la société. Ce fut une forme de hold hup démocratique, une forme de révolution d'octobre en douceur. Il n'est pas normal de faire de l'Etat une sorte de déité qui serait l'incarnation de l'équilibre des sociétés, et utilisant la monnaie pour se sauver de ses erreurs politiques ou conceptuelles, au détriment de la société. C'était là une forme de socialisme soft, qui vient de connaître un coup d'arrêt, sans que l'on sache s'il sera consolidé par plus de régulation, par des institutions socialistes mondialistes ou au contraire s'il reculera pour redonner aux agents économiques eux-mêmes le contrôle de leurs environnement financier.

La Doctrine Sociale de l'Eglise, et les penseurs catholiques avaient déjà édicté ce principe de subsidiarité dès le XIX ème: l'Etat n'est pas la source de la responsabilité globale sans que cela ne se fasse au détriment des citoyens et des corps intermédiaires. Nous y sommes.
Mais il serait très dangereux que plus de régulation encore ne s'ajoute à celle qui a conduit les Etats à échouer. Si les Etats se désengageaient, l'épargne pourrait à terme, au prix d'une crise économique relativement courte, aider les banques à se recapitaliser : alors que les Etats vont creuser du déficit et de la dette publique par l'impôt de demain et donc l'émission d'encore plus de monnaie, relançant la spirale infernale. Et prolongeant ainsi la crise dans la durée.
Après 1929, cette politique fut celle de Roosevelt dont le New Deal fut un échec, masqué par l'entrée en guerre des USA et leur domination sur le monde industrialisé démocratique. Etonnamment, les hommes de L'Etat vont refaire la même erreur. Espérons que la guerre ne sera pas la seule porte de sortie.

Vu de Marcq

".....encouragé par des agences gouvernementales comme Fannie Mae et Freddie Mac....." Elles ne seraient sous tutelle de l'Etat que depuis quelques mois seulement.....

Bertrand Verny

C'est vrai que la finance est de plus en plus règlementée. Dans l'application mais pas au niveau des principes de fonctionnement. Comme pour la santé. ou les manipulations génétiques et l'irrespect de la vie. La vie d'un BB est très règlementé aujourd'hui. Avant et après la naissance. Mais toutes ces contraintes interviennent après que l'irréparable soit permis, pour ne pas dire encouragé. Pour la finance il en est de même.

La simplification n'est pas où le pense l'auteur de votre post. On ne peut pas parler de contrôle et de régulation, quand il y a 600 000 milliards de $ de produits dérivés en circulation !(source : BRI,"la banque des banques centrales" ). Quand les EU ont la dette, 250% du pib au total (ménages, Etat, entreprises et les différents états) !
Comment parler de réglementation, quand pendant des années la spéculation a utilisé le carry trade, yen-dollar australien ?

Sans doute, et pour ne citer qu’eux, Stiglitz, et Allais qui sont prix Nobel d'économie qui ont dénoncé chacun à leur manière la dérégulation, la folie de la libéralisation financière sont victimes de la pensée unique et sont populistes !

NB : le lien pour voir le montant des dérivés ne passe !

gigi

Tout cela sans compter le petit problème des retraites. Il va falloir verser des retraites pendant 20 à 25 ans à des personnes n'ayant cotisé que 40 ans!
Et il faut ajouter aux retraites les frais médicaux et les frais de dépendance.
Le tout avec une baisse des cotisations dûe à la crise économique.
En quelle année y aura-t-il un cotisant pour un retraité, 2020?
Espérons que quelqu'un de puissant pourvoira à tout cela, et en attendant fermons les yeux bien fort...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.