Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Téléthon : dénoncer les transgressions morales
Luxembourg : Juncker veut faire un coup d'Etat

Travail dominical : témoignages de salariés "volontaires"

Trouvées dans Libération :

"A l’embauche, on vous rappelle que le magasin est ouvert du lundi au dimanche et, logiquement, on vous demande si vous êtes prêt à travailler le week-end. Dire non compromet vos chances. Une fois qu’on est salarié, difficile de revenir en arrière. Par rapport à la hiérarchie, mais aussi aux collègues… Je suis responsable de service : quand j’ai besoin de cinq personnes pour un dimanche et que je n’ai pas assez de volontaires, je suis bien obligée de convaincre… Il faut bien que mon service tourne. [...] C’est triste : les gars n’ont pas envie de venir bosser, mais ils n’ont pas le choix."

"Le dimanche, c’est pas mon choix, à la base. J’avais donné l’emploi du temps de mes cours, mais les autres jours étaient pris par les salariés. Je n’ai aucune matinée pour dormir"

"Je travaille du lundi au samedi, de 6 h15 à midi et demi environ. Payée le Smic. Alors, quand le patron me demande de venir le dimanche, je voudrais refuser : je suis mère de famille, si en plus, ils me prennent la journée qui me reste… Payée double ou pas payée double, ce n’est pas le problème. Je ne vois pas l’intérêt d’être en congé quand mes enfants sont à l’école. Le problème, c’est que les dernières fois, je n’ai pas eu le choix : nous ne sommes que deux à mon poste et quand il ouvre, le magasin ne peut pas faire sans nous. Le patron dit : "Vous venez et puis c’est tout." Comment peut-on dire non à un patron ?"

MJ

Commentaires

trahoir

Après 14 ans de socialisme et presque autant de chiracisme (j'intègre les cohabitations mutuelles) voilà qu'en France il y a des gens qui : "travaillent du lundi au samedi, de 6 h15 à midi et demi environ" et devraient en plus travailler le dimanche. Ce n'est pas la gauche dont les deux dernières égéries sont des filles à papa énarques n'ayant JAMAIS envoyé le moindre CV ou connu une fin de mois difficile (avec famille à charge) qui va s'ocupper de ces gens, qui ont peut être un jour, en plus, voté pour Jean Marie. A la rigueur la gauche s'occupe des revendications de fonctionnaires oui, mais de prolétaires, faut pas exagérer ! Quand à la droite, on comprend mieux ce que veut dire le P de UMP, soit disant "Populaire" : une arnaque !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.