Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



L'UE s'inquiète de la radicalisation des musulmans d'Europe
Neuvaine pour le Pape, du 14 au 22 février

Nouveau souci au FN

La Cour d'appel de Versailles a condamné le Front national à rembourser plus de 6,3 millions d'euros de dettes, majorées de près de 600.000 euros d'intérêts, au député européen Fernand Le Rachinel. Cet imprimeur avait assigné le FN en redressement judiciaire afin d'obtenir le remboursement des créances liées aux élections législatives de mai 2007.

Entre décembre 2006 et mai 2007, l'imprimeur avait consenti quatre prêts d'un montant total de 7,9 millions d'euros. Suite aux mauvais résultats des élections législatives de 2007, le parti s'est retrouvé dans une situation financière délicate. En désaccord avec la direction du parti, M. Le Rachinel a fait appel à la justice pour recouvrer ses fonds.

En première instance, le tribunal de grande instance de Nanterre avait ordonné la nomination d'un expert qui devait donner son avis sur les prix pratiqués par la société Ulfima Communication contrôlée par M. Le Rachinel lors de prestations pour les candidats du FN, estimer la valeur réelle de ces prestations et évaluer une éventuelle surfacturation dont l'accusait le parti. L'imprimeur avait fait appel de ce jugement.

MJ

Commentaires

piero

Les hyènes et les chacals attaquent les bêtes en état de faiblesse.

Monrose

Au lieu de s'appuyer sur sa base, sur ses militants désintéressés, de s'implanter à partir des élections locales qui n'étaient pas sa "tasse de thé", Le Pen a préféré s'entourer d'une camarilla de flagorneurs qui le lachent à présent. Et il l'a bien mérité. Etonnnant comme ce tribun cultivé aux idées fulgurantes a eu tout faux dans sa stratégie ! Ses rapports avec l'argent dont il a du cruellement manquer dans sa jeunesse, explique peut-être son comportement catastrophique pour la cause nationale.

BELIN Y.

Le Cdt A.L., premier Maire de France à avoir adhéré au Front National à sa création, figurant sur la liste des Européennes de 1984, s'était vu, en 1985, devoir s'acquitter personnellement de la somme de 250 000 F, suite à une législative où il avait défendu les couleurs du Front.
...Ce qui n'avait pas empêché le F.N., l'année suivante, de le passer en Conseil de discipline et de le limoger.

Rien n'est nouveau sous le soleil du Front.

Edouard

@ Pascal G.
Maintenant la balle est au centre à propos du financement de la campagne des européennes.
D'un côté un FN endetté qui doit 7 millions d'euros à Le Rachinel.
De l'autre la formation de Carl Lang à laquelle Le Rachinel va sans doute prêter...

@ spécialiste du droit
Le Rachinel peut-il obliger par voie de justice le FN à vendre en dessous de sa valeur le Paquebot pour récupérer son argent ?

pascal G.

@ Y BELIN

Votre anecdote mérite des précisions. Si tous les militants candidats aux législatives avaient du régler 250 000 F de 1985, personne n'aurait accepté d'être candidat, et bien peu auraient pu l'être, c'est une évidence. Ayant été plusieurs fois candidat aux législatives, sous l'étiquette PFN dans les années 70, puis plus tard sous l'étiquette FN, je me demande comment on pouvait dépenser 250 000 F de 1985 pour une législative, et devoir payer : ni le PFN ni le FN n'ont jamais exigé de telles sommes, au plus qq dizaines de milliers de F., et encore était-ce pour les régionales, lorsqu'on était candidat en position possiblement éligible.
Est-ce que cette personne n'avait pas dépensé hors du budget qui lui avait été garanti par le FN ? Jean-Pierre REVEAU a toujours fait établir des maxima de campagne, que chacun était libre de dépasser, à ses frais.
Quant à l'exclusion de ce monsieur, il serait utile de préciser quelle en fut le motif exact.

Olivier M

Je précise que l'annonce de la condamnation du Front dans l'affaire Le Rachinel est une référence à un jugement en appel, qui n'est pas suspensif; et justement le FN se purvoit en cassation.
En outre, le Front a bataillé dur mais réussi à obtenir des crédits pour financer la campagne des Européennes et continuer à rembouser ses 300 candidats qui avaient fait moins de 5% aux législatives de 2007.
Une difficulté de plus de surmontée donc.
Mais soyons clairs: rien n'est innocent et il est évident que le pouvoir Sarko-mondialiste, au plus bas dans les sondages actuels, devinne la défection des électeurs frontistes qui s'étaient bien naïvement portés sur Sarko en 2007...et pourraient bien changer leur fusil d'épaule en 2009.
On en voit les signes partout.
Et le Front reprend du poil de la bête, vous pouvez me croire!

BELIN Y.

à Pascal G. :

Les 250 000 F ont été effectivement payés POUR DEUX têtes de liste (la 2ème ayant refusé de régler sa part excipant qu'"on" lui avait promis qu'il dépasserait la barre des 5%). Il n'y a donc pas eu de dépassement. Et le Cdt L. a tout pris sur lui dans un profond dévouement envers JMLP.

C'est donc à l'absence de reconnaissance depuis toujours du FN que mon commentaire faisait allusion.

Le limogeage est intervenu suite à un déplacement du Cdt L. à Montretout pour inviter JMLP à la méfiance envers le RPR de l'époque, conseils audacieux qui lui ont valu d'être soupçonné très vite de trahison... !

Ceci est du passé, mais les causes produisant toujours les mêmes effets, 25 ans après, qu'y a-t-il de changé ? N'avons-nous pas été bernés par un homme que le succès de 1984 a changé en profondeur ?

louis

Mon grain de sel rejoint certains commentaires critiques sur JMLP et son FN.Certes, la politique en république est difficile et pleine de pièges, trahisons, ambitions etc.Nous avons eu, d'un côté un homme valable affrontant la gauche et la fause droite, courageux voire téméraire dans ses propos, lyrique dans ses discours mais ça s'est transformé en une sorte de "clan familial" avec des intérêts financiers, les militants ont été manipulés et même méprisés, car ce qui aurait pû être un véritable font-mouvement populaire au socle enraciné et défensif est en train de finir en groupuscule sectaire, on assiste à de sordides règlements de compte, tout se délite sous les effets conjugués des coups adverses et de l'auto-démolition ! J'aimerais me tromper et j'ai écouté LE PEN père lundi dernier sur Radio courtoisie, mais il n'a pas convaincu : non, le FN ne se redresse pas, oui, il a tout à craindre pour les prochaines élections, oui, ses anciens serviteurs s'ont ulcérés et vont maintenant le combattre. Et nous, et la France dans tout ça ? Quel horrible gâchis !

jano

Je suis de l'avis de Louis, c'est un véritable gâchis à tous les niveaux. Pertes de valeurs humaines mais aussi énorme perte financière. 7 millions d'euros = 45 millions de francs et pour frapper les esprits: 4,5 milliards d'anciens francs! pour 500 députés.Je trouve cela aberrant.
Ni la France, ni le FN ne seront sauver.

Olivier M

Nous continuerons le combat du FN, quoiqu'il en coûte. Nous n'avons de toutes façons pas le choix: nos enfants valent tous les sacrifices.

Nuitre

Le symbole est de taille : L 'ancien mari de Marine Le Pen
Eric Iorio a démissionné du Fn pour rejoindre Carl Lang,
Candidat de la droite nationale contre Mme Le Pen

JB

En condamnant la direction actuelle du Front National à rembourser les prêts que lui avaient consentis Fernand Le Rachinel, la Cour d'Appel de Versailles a condamné un mauvais payeur, mais a aussi rendu justice à un militant patriotique exemplaire.

L'ATTITUDE SUICIDAIRE DE LA DIRECTION DU FRONT NATIONAL

En 2006, aucun banquier ne voulant prêter au Front National les sommes nécessaires au financement des campagnes présidentielle et législatives de 2007, Fernand Le Rachinel s'est endetté de 7 millions d'euros, hypothéquant ses biens personnels, pour prêter cet argent à Jean-Marie Le Pen et au Front National.

Loin de lui en avoir la moindre reconnaissance, la direction du Front National a, d'une part, refusé d'honorer sa dette, de l'autre, insulté l'homme qui l'avait aidée.

Au lendemain des élections législatives, le Front National avait les moyens d'honorer sa signature. Au mois de juillet 2007 le siège de Saint-Cloud aurait pu être vendu à plus de 17 millions d'euros. La direction du Front National a cependant refusé les offres d'achat qui lui étaient faites. C'est seulement en 2008, l'année de la crise financière, que la direction du Front National a accepté la mise en vente de son siège, perdant ainsi plus de 6 millions d'euros, (le montant de sa dette).

De même, la direction du Front National a rejeté toutes les solutions proposées par la Société générale et par son trésorier et acceptées par Fernand Le Rachinel pour étaler le remboursement de sa dette. En fait, elle poursuivaient un seul objectif : ne pas rembourser Fernand le Rachinel pour acculer à la ruine un adversaire politique.

FERNAND LE RACHINEL, UN MILITANT PATRIOTIQUE EXEMPLAIRE QUI A RISQUE SA FORTUNE POUR LE FRONT NATIONAL

Ce n'est pas la première fois que Fernand Le Rachinel risque sa fortune pour le Front National. Il l'a déjà fait à deux reprises. En 1984, en avançant les fonds nécessaires au financement de la campagne, sans être en position éligible, il a permis au Front National de réaliser sa percée aux élections européennes, (11 % et dix députés). A l'époque, le FN qui était encore un parti marginal, était loin d'être assuré d'obtenir 5 % des voix, (le seuil à partir duquel les frais de campagne étaient remboursés).

Dans l'hiver 1999, Fernand Le Rachinel a permis au Front National, dont les comptes étaient alors bloqués, de payer ses charges et son personnel, de mener la campagne des élections européennes. Là aussi, il prenait un risque financier considérable.

Cette fortune mise au service de la Cause nationale ne provient pas d'un héritage ou d'un legs. Fernand Le Rachinel n'est pas un héritier, mais un homme du peuple qui s'est élevé à la force du poignet. Apprenti à l'âge de quatorze ans, devenu maître-imprimeur, distingué comme "Meilleur Ouvrier de France", il fait partie de ces millions de Français qui prennent le risque de se mettre à leur compte.

Conseiller général de la Manche élu en 1979, il a rejoint l'année suivante le Front National, quand celui-ci était un parti sans élu, sans argent et guère plus d'électeurs (moins de 1 %).

L'arrêt de la Cour d'Appel de Versailles rend donc justice à un patriote et à un honnête homme. Elle doit aussi constituer une jurisprudence à l'égard des mauvais payeurs qui, en refusant d'honorer leur signature, ruinent chaque année des milliers d'entrepreneurs, d'artisans, de commerçants, mettant au chômage leurs salariés.

Orm

je me suis fait exclure du Front alors que je n'y était plus adhérents depuis l'époque Mégret....quand j'ai reçus ce courrier, j'étai, pardonner moi l'expression, péter de rire !

S'ils tiennent leurs registres de comptes comme ceux de leurs adhérents, cela explique beaucoup de chose, hormis la bêtise et l'incompétence légendaire de Le Pen et son staf !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.