Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



L'imposture des "archives secrètes du Vatican"
L'ouverture sans fin

Entre l'enfant et l'argent, les femmes choisissent l'enfant

De Gabrielle Cluzel dans Monde & Vie :

"Dans son discours du 13 février dernier, Nicolas Sarkozy a évoqué «un immense gâchis». Faisait-il allusion au procès Kerviel ? Au scandale Madoff? Al’affaire Natixis, peut-être? Vous n’y êtes pas. En cette période de crise qui révèle cruellement à la face du monde les plus sulfureuses turpitudes financières, Sarkozy n’a trouvé personne d’autre à fustiger que… les mères de famille. Celles qui ont fait le choix d’arrêter de travailler pendant trois ans pour élever leur bébé. Renoncer à faire du cash pour regarder grandir son tout-petit, c’est très mal. Pour punir les coupables, Sarkozy a chargé le député UMP des Alpes-Maritimes Michèle Tabarot [...] de mettre sur pied un projet de réforme au très criminel congé parental. [...] 

T L’idée maîtresse de son rapport ? Réduire de toute urgence ce congé. Le réduire à un an tout en le rendant plus juteux. D’aucuns s’étonnent: Mais cela n’a rien de nouveau ! Voilà deux ans, l’Allocation parentale d’éducation (servie par la CAF) a déjà été réformée pour permettre aux jeunes mères qui le souhaitaient de prendre un congé parental tout à la fois plus court et mieux rémunéré. L’APE s’était muée en deux nouvelles allocations laissées au libre choix des mamans : le CLCA (3 ans de congé, l’équivalent de l’ancienne APE), et le COLCA (seulement un an de congé, mais assorti d’une plus forte allocation). Las. C’était oublier que les jeunes femmes sont de petites choses évaporées. Ces dindes ont continué à opter en masse pour le congé parental de 3 ans, nullement appâtées par les avantages financiers de l’autre terme de l’alternative.

Heureusement, Nicolas Sarkozy – qui sait ce qui est bon pour elles –, veille. Et se fait fort de les remettre fissa dans le droit chemin… en leur ôtant la liberté de choisir. Simple et efficace. Ce qui est nouveau, donc, c’est le caractère obligatoire de ce nouveau dispositif. Le congé parental de 3 ans n’existera plus, ramené pour toutes à 1 an. Il ne sera plus forfaitaire, mais indexé sur le salaire servi à la jeune femme avant son congé maternité. Sur les blogs féminins, dans les courriers des lecteurs de la presse quotidienne, le mécontentement gronde. Marre d’être prises pour des tartes incapables de prendre en main leur destin. [...] L’abandon du caractère forfaitaire de l’allocation souligne bien, du reste, son caractère indemnitaire et non plus salarial (un cadre élèverait-il mieux son bébé qu’un employé pour se voir servir un salaire parental plus élevé ?). Le Mouvement mondial des mères et l’Union des familles en Europe l’ont bien compris, qui ont organisé le 8 mars, journée de la femme, une manifestation des familles devant le Panthéon pour protester contre cette remise en cause d’un des bien rares “acquis sociaux” de la mère au foyer."

Plutôt que le cardinal André Vingt-Trois, c'est Nicolas Sarkozy qui aurait du être élu macho de l'année.

Michel Janva

Commentaires

GJ

Encore une atteinte de l'Etat à la subsidiarité des familles!
A quand une autorisation administrative à la procréation planifiée (l'AAPP ou l'A2P2 au choix) pour décider du moment de la naissance d'un enfant dans un couple.
On arrivera comme en Chine à ne pouvoir enfanter qu'une seule fois...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.