"Ne perdons pas la simplicité de la vérité"
Le Crif veut faire la police sur internet

Le Pacs a légalisé la répudiation

De Jean-Michel Beaussant dans l'Homme nouveau :

P "[D]ix ans après son vote, le Pacte civil de solidarité (Pacs) est passé dans les moeurs républicaines, comme la pilule et l’IVG ! Il y en a vingt fois plus depuis 1999 : 102 148 en 2007 (avec 13 330 dissolutions dont 1 780 pour cause de mariage !) contre 273 669 mariages (134 477 divorces). Avec 92 % d’« hétéros » qui se pacsent pour 8 % d’homos (ces derniers étaient 42 % en 1999 pour 58 % hétéros), le Pacs a eu un double effet : devenir un « sous-mariage » pour tous en vue du « mariage » homosexuel. [...]

La vérité est que le Pacs s’est substitué au « statut » de concubin [...]. Le Pacs peut se rompre d’un trait de plume, d’une simple lettre adressée au tribunal d’instance par les deux partenaires ou même par un seul, «parfois sans que l’autre ne soit prévenu», confie un greffier. C’est la libre répudiation, sans besoin de procédures et d’avocats comme dans le divorce, aucune pension alimentaire n’étant notamment prévue…"

MJ

Commentaires

Gérard

Ce greffier dit n'importe quoi ! Le PACS n'est pas un mariage, ce qui serait une dérive inquiétante : il est normal qu'il puisse se rompre comme un contrat puisqu'il s'agit d'un contrat. En revanche, légalement, il est impossible de rompre unilatéralement un contrat, ontologiquement, avec les indemnités éventuelles que peut réclamer une partie qui s'estimerait lésée.
Imaginer une pension alimentaire en cas de rupture de PACS est un contresens car ce serait réellement assimiler ce contrat à un mariage...
Attention à ne pas tout mélanger et à finalement, dans la confusion, faire soi-même l'erreur dans laquelle certains voudraient nous amener qui est de traiter un simple contrat civil comme un véritable mariage !

sixtine

Personnellement -mais ça n'engage que moi- je crains que Le mariage civil ne soit, à terme, remplacé par le PACS.
Ce dernier correspond bien à notre époque de "zapping". Rapide, facile, pas cher, pouvant se rompre facilement, créant très peu d'obligations...la PACS a tout pour plaire à nos contemporains.
Et chacun peut enchaîner, les uns derrière les autres, des PACS... même avec quelqu'un du même sexe. Tout ça sur le mode libertarien.
Le pire est encore à venir...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.