Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Les parachutes dorés des commissaires européens
«Une vraie engueulade»

Quota ou pas?

Lu ici

" face à une longue liste de seize infractions, des chiffres sont annoncés. Le service devra établir, 35 TA (timbres amendes) pour non-respect de feux rouges, 110 TA pour défaut de contrôle technique, 66 TA pour non-port de la ceinture de sécurité… La note ne dit pas pourquoi le responsable de la brigade place ainsi la barre à 66 et pourquoi pas à 67. C'est d'ailleurs bien ce qui inquiète les syndicats de police qui ont déjà dénoncé de telles pratiques.

Ainsi, il y a deux ans, une note similaire avait été rendue publique à Dunkerque, comme le rappelle Nicolas Comte, secrétaire général du syndicat général police-Force ouvrière (SGP-FO). «C'est la religion du chiffre à tout prix. On est dans une escalade constante. Même si dans une ville, l'accidentologie baisse, les services devront obtenir des résultats plus élevés que l'an passé», explique ce dernier. Cette politique des quotas a naturellement pour conséquence, selon les syndicats, de verbaliser des automobilistes qui n'auraient jamais dû être inquiétés. «Le ministère de l'Intérieur se voile la face et nie l'existence de telles pratiques», déplore Nicolas Comte".

La politique des quotas ne serait pas une surprise et s'inscrirait dans la logique qui veut que tout agent économique doit être source de revenu. Un moyen pour les fonctionnaires de le devenir aussi.

Lahire

Commentaires

Berg

Surtout, c'est la perversion totale du système policier ! Plus il y a d'infractions, plus les policiers sont contents et félicités !!!

Bientôt, on récompensera les policiers sur le nombre de crimes ou de viols commis et constatés !

On est chez les fous.

VD

Bien d'accord !

Christophoros

Bon sang, quelle étonnante naïveté.
La France a élu un brillant marchand de carpettes comme Président, pour la seule et unique volonté désepérée d'échapper à une dangereuse paranoïaque cyclothimique.
Nous avons donc un commercial, qui d'un côté donne des objectifs de vente à ses ministres VRP et qui de l'autre fait simplement de la publicité permanente.
L'unique résultat demandé: le succès électoral.
Le reste PERSONNE n'en a rien à F...Et ils ne savent rien faire d'autre.

La grille de compréhension est limpide.
Il faut avoir entendu un chef de service se faire pourrir par un cabinet ministériel...
Les ministres, les préfets, les chefs de service marchent exclusivement au fouet, au chantage au poste et au bannissement.
Il n'y a plus aucune morale dès que l'on grimpe au dessus du chef de service.
Dans des armées, à plus modeste échelon, un chef se comportant ainsi se verrait rapidement dégagé de toute forme de responsabilité définitivement.
La grosse difficulté, c'est qu'aujourd'hui, la classe politique française la plus crédible est issue d'un milieu totalement artificiel, asceptisé et climatisé.
C'est un germe historique terriblement pathogène que l'on a tort d'ignorer.
C+

Anne Honyme

Je suis fonctionnaire de Bercy. Nous avons exactement les mêmes ordres en matière de contrôle fiscal : tel chiffre de redressements, tel montant de pénalités, tel pourcentage de pénalités de mauvaise foi, tel nombre de poursuites correctionnelles.
Ce qui est très grave, c'est que ce n'est pas une nouveauté : ces méthodes ont cours depuis l'aarivée de la gauche en 1981. Et les chefs de service sont récompensés de la manière que vous expliquez : primes, (en liquide parfois) éloignements, promotions, décorations...
Je serais contente que cela se sache.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.