Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Débat sur l'avortement au Brésil : nouvelle affaire
Les réclamations auprès de la HALDE

Statut du "faux-parent" : l'avis défavorable des juristes

P Nadine Morano prétexte, pour défendre son projet de loi, l'augmentation du nombre de familles recomposées. Me Hélène Poivey-Leclercq (photo), avocate spécialiste du droit de la famille et auteur d'un rapport sur cet avant-projet de loi, remarque :

"Si ce projet de loi s'adresse à eux en théorie, dans la réalité ce sont les derniers à en manifester le besoin car, juridiquement, ils bénéficient déjà d'un dispositif de délégation d'autorité parentale à travers la loi de 2002."

Les familles recomposées n'ont pas besoin qu'on réglemente le droit des tiers. Pas plus pour les actes importants de la vie (inscription dans une école, opération médicale, religion…) que pour les actes usuels de la vie courante. Dominique Salvary, vice-présidente déléguée aux affaires familiales du TGI de Paris, souligne :

"Dès lors que l'on crée des droits concurrents, on engendre du contentieux. On a déjà du mal, dans bien des séparations, à maintenir l'exercice de la coparentalité biologique, imaginez quand on multiplie les autorités en y ajoutant un ou deux beaux-parents !"

Me Hélène Poivey-Leclercq estime que l'enfant

"va une fois de plus être l'objet de toutes les prérogatives, égoïsmes et vanités. En plus des parents et des grands-parents, les pièces rapportées vont pouvoir exiger des droits de visite, au nom du maintien des liens qui est prévu par cette loi en cas de re-séparation. Faire subir à l'enfant les avatars amoureux de ses parents est inacceptable".

Michel Janva

Commentaires

Christophoros

Morano est peut-être en train de nous faire un syndrome "je veux laisser mon nom à un projet de loi" et ce à tout prix, au mépris de tout, quitte à être absurde.
C'est une méthode de promotion individuelle bien connue, laisser son nom à une loi est en pratique très porteur, ça fait "grand".

Mais voilà.

Jusqu'à présent, Morano ne s'est exclusivement illustrée que dans des déclarations ou des projets nuls visant clairement la destruction des familles de Françe.
Or, madame Morano est notoirement une créature politique particulièrement médiocre, toute considération morale mise à part.
Et la médiocrité d'un adversaire est souvent une bonne chose, sauf qu'ici, ce n'est administrativement pas un adversaire: Ce personnage médiocre et puéril est en charge des affaires familiales (donc des notres...).
Maurice Druon a un mot très dur pour ce genre de personnes:
«Les tragédies de l’Histoire révèlent les grands hommes ; mais ce sont les médiocres qui provoquent les tragédies.»

Morano DEMISSION
Qui pense-t-elle représenter?
Elle méprise la famille, et j'espère que nous sommes nombreux à lui retourner son mépris.

PS: lorsque vous souhaitez que les "scrutateurs" automatiques Elyséens déclenchent et enregistrent des commentaires , sur un blog très regardé, pour les faire connaître au patron, logez un maximum de nom propres gouvernementaux relatifs au thème traité. Il y a actuellement une chasse aux outrages qui est en train de tourner à la chasse au dahut c'est grotesque.
En termes militaires, on baptise cela le leurrage par séduction centroïde. (c'est joli non?)
Donc Morano, Morano, Morano.
Cordialement
C+

claire

Si les spécialistes de l'enfance (agents sociaux, psy de toute sorte, pédiatres, nounous, enseignants...)voulaient bien monter au créneau pour dire déjà tout le mal qu'ils pensent en privé des familles recomposées, et de leurs grandes inquiétudes quand à l'avenir des gosses de notre pays, on aurait un de soutien de poids...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.