Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Loi sur le "faux-parent" : un évêque appelle à la mobilisation
Sur France Info, on ne boit pas de vin

Un évêque brésilien ne transige pas avec l'assassinat

S L'archevêque de Recife (nord-est du Brésil) a excommunié la mère d'une enfant de 9 ans ayant avorté de jumeaux à la suite d'un viol, ainsi que toute l'équipe médicale. Mgr José Cardoso Sobrinho a rappelé :

"La loi de Dieu est au-dessus de n'importe quelle loi humaine. Alors, quand une loi promulguée par des législateurs humains est contraire à la loi de Dieu, cette loi n'a aucune valeur".

Mgr Sobrinho menace d'attaquer la mère en justice pour homicide. La grossesse, de 15 semaines, de la fillette a été découverte il y a quelques jours quand elle a commencé à ressentir des douleurs et a été conduite à l'hôpital par sa mère qui n'était au courant de rien. La police a découvert que le beau-père [non rien... NDMJ] de l'enfant abusait d'elle depuis qu'elle avait 6 ans, ainsi que de sa soeur aînée de 14 ans, handicapée de surcroît. Le beau-père, 23 ans, a avoué les délits.

L'avortement est toujours interdit au Brésil, sauf en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère. Le ministère de la Santé tente actuellement de dépénaliser l'avortement mais il se heurte à la réaction de l'Eglise.

Michel Janva

Commentaires

Agnès

Et qu'a dit cet évêque pour cette enfant (à 9 ans, on est encore une enfant, non ?), régulièrement violée depuis l'âge de 6 ans ? J'espère que le beau-père est lui aussi excommunié.

rheracles

Ca c'est la laïcité comme on l'aime !!
Limpide et percutant, on dirait du St Pie X.

Okapi T.

Enceinte à 9 ans, n'y a t'il pas de danger pour la santé de l'enfant ? (Je parle de la mère... *soupir*)

Je pense que la question n'a pas été éludée mais cela mérite qu'on se penche sur la question dans cet imbroglio.

Quant à cette fillette qui aura subi si jeune tant de violences (avortement compris, naturellement), espérons que la loi des Hommes saura la protéger dorénavant.

broke

Hum, les risques encourus par la mère des jumeaux (une fillette de neuf ans quand même !) semblent justifier l'avortement pour raison médicale. Ce n'est peut-être pas sur un cas comme celui-là que doit se focaliser l'Eglise.

[L'avortement reste un crime et ne résout pas le problème. Il risque même de l'aggraver, la fillette subissant un nouveau traumatisme. MJ]

Berg

Du point de vue canonique :
-la fillette n'encoure pas l'excommunication latae sententiae, car cette peine requiert que l'on ait 16 ans accompli.
-le médecin qui a procuré l'avortement encourt l'excommunication latae sententiae.
-la mère, le beau-père : il faut voir le cas d'espèce.

A cette lumière, l'évêque a probablement dû :
-déclarer l'excommunication latae sententiae du médecin (et de l'équipe médicale)
-excommunier ferendae sententiae la mère.

[La dépêche indique bien que l'évêque n'a pas excommunié la fillette de 9 ans qui a avorté, mais la mère de celle-ci car elle a emmené sa fille à l'hôpital. L'équipe médicale est également excommuniée. MJ]

SEGALEN

MJ, je ne sais si vous êtes une femme. Moi, je suis père de nombreux enfants et grand-père de nombreux petits-enfants. Je ne vous souhaite pas de connaître le viol. Le Christ s'est retrouvé seul face à la femme adultère! Il ne l'a pas excommuniée...

[Rien ne justifie l'avortement, même le viol. On ne guérit pas le mal par un autre mal. Et ce n'est pas la fillette qui a été excommuniée, mais ceux qui l'ont forcée à avorter.
MJ]

Mariemarie

Dans le cas d'une grossesse extra utérine, même si le foetus est encore vivant, on procède à un avortement car :
-le foetus est voué à une mort certaine
-la mère aussi
Et personne ne se retrouve excommunié.

[Non : il n'y a pas avortement car il n'y a pas intervention directe sur le foetus pour le tuer. La mort du foetus peut être la conséquence d'une intervention chirurgicale. Ce qui est tout différent. MJ]

Dans le cas de cette enfant, je crois que la grossesse ne serait pas allée à son terme. Les organes génitaux d'une petite fille ne sont pas prévus pour cela... et elle y aurait laissé la vie... Ne se trouve-t-on pas dans un cas similaire aux grossesses extra utérines???
Peut-être l'Eglise demandait-elle que l'on accompagne cette grossesse au maximum et qu'on laisse la nature y mettre un terme elle même tout en sauvant la petite... C'est peut-être là que les médecins et la mère ont mal agi... Je ne peux penser que l'évêque ait pris une décision hâtive doctrinale sans avoir tous les tenants et aboutissants!

free

Abusée depuis qu'elle a 6 ans ; enceinte à 9 ans ... Cela me fait penser à quelque chose. Mais chut !!!! Le Mrap et les lobbies "anti-racisme" surveillent.

Remaury Thibault

Si la santé de la fillette est gravement menacé, il peut s'agir d'un acte à double effet. Sauver un jeune fille de la mort ce qui conduit à oter la vie des jumeaux. Certes, il y a un mal qui est commis mais il n'est pas visé ni comme moyen ni comme fin.Donc moralement non-condamnable.
Tout cela peu paraître bien technique mais montre que si l'on suit St Thomas, l'évêque ne devrait pas condamner cet acte.
voilà mon opinion.
Cependant cela n'engage pas l'infaïbilité de l'Eglise.
Mieux vaut ne pas trop commenter et prier pour toute ces personnes. Quel drame.

[A ceci près que le but a été clairement de tuer les bébés. MJ]

Eric

Cher ami, vous avez annoncé " Un évêque brésilien ne transige pas avec l'assassinat" et vous avez été parmi les premières sources à signaler cette excommunication. Vous pouvez en être félicité. Cette excommunication qui aurait eu lieu positivement le 05 mars 2009 (d'après le Monde, MSN et Wikipédia). Dans votre article vous ne mentionnez qu’une « menace d'attaque de la mère en justice pour homicide ». Votre texte renvoie à deux sources : 1°) http://www.arquidioceseolindarecife.org.br/et 2°) http://www.la-croix.com/afp.static/pages/090305152458.as2wzh65.htm.
La première première source ne fait aucune allusion à cette excommunication et la seconde (La Croix) n'est plus consultable.
Pouvez-vous me dire QUELLE EST LA SOURCE INITIALE de cette information affirmant qu'il y a eu positivement une déclaration d’excommunication le 05 mars 2009. EST-CE L'AF ? comme semble l’indiquer le seconde source et à quelle date est située cette excommunication dans cette source (l'IVG est du 04 mars 2009). Pouvez-vous me communiquer l’origine ou les références de cette source si vous en disposez. Il me semble au contraire que les faits soient les suivants : un rappel au Canon de Mgr Sobrinho Cardoso n’excluant pas spécifiquement la mère qui aurait eu lieu soit lors du débat au Tribunal où Mgr Sobrinho Cardoso est intervenu pour bloquer la procédure d’IVG ou lors d’une déclaration au siège de l’archidiocèse (Cfr / Padre Edson Rodigues et les déclarations de l'archi diocèse lui-même), une notification de l’archidiocèse du 10 mars 2009 http://www.arquidioceseolindarecife.org.br/notaoficial2.htm n’excluant pas la mère de cette excommunication latea sentantiae et la déclaration de la CNBB du Brésil précisant que Mgr Sobrinho Cardoso “n’a excommunié personne” et spécifiant que la mère n’a pas été excommuniée (sorte de levée d’une excommunication virtuelle quand même difficile à comprendre pour les gens situés hors de l'Eglise), Mgr Sobrinho Cardoso n’ayant fait aucune déclaration positive sur ce sujet entre le 03 et le 12 mars 2009. Merci de me répondre et de communiquer la source initiale de cette désinformation.

[Comme indiqué dans les posts suivants, cette déclaration de l'évêque a effectivement eu lieu AVANT les avortements. La source -qui ne répond plus- en est l'AFP.
Vous trouverez les décryptages, manipulations médiatiques et du lobby pro-mort, déclarations postérieures de l'évêque de Recife ici :
http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/culture_de_mort_avortement/

MJ]

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.