Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Odieux : un prêtre arrêté à l'université Notre-Dame
Les lycéens soumis à la perversité sexuelle par l'UE

"La violence est sanctifiée par la mythologie de gauche"

La violence ne s'étend pas qu'à la Sorbonne. Lu ici (merci à PG) :
"Voilà plus de huit semaines qu’étudiants et enseignants de la Sorbonne sont interdits de travailler. Des piquets de bloqueurs empêchent l’accès aux salles et aux amphis. Ceux qui voudraient enseigner, ceux qui voudraient étudier, assistent impuissants et atterrés à la déchéance d’une université qui leur était chère. Ils cherchent à comprendre  comment on en est arrivé là.

Nous sommes en pleine crise économique, et sans doute à la veille de désastres plus grands encore. Nous entrons dans un temps qui sera celui des démagogues. Dans des circonstances aussi périlleuses, il était du devoir des enseignants  d’aider leurs étudiants à se construire intellectuellement et moralement, afin de les équiper pour les épreuves futures. Au lieu de cela, nous les voyons en grand nombre donner l’exemple de la dérive idéologique la plus extrême, nous les voyons persuader les étudiants de sacrifier un semestre d’études, de dissiper leur temps dans des AG volubiles et stériles. Ces militants qui reprochent constamment au gouvernement son autisme semblent vivre dans un monde protégé totalement déconnecté des dures réalités d’aujourd’hui.

Mais le plus étonnant n’est pas là. Ce qui surprend plus que tout, c’est la passivité de ceux qui ne participent pas à l’entraînement idéologique des fanatiques, c’est le consentement à subir des humiliations, à s’abaisser, à se soumettre. Des groupes de gardes rouges ne se gênent pas pour apostropher les professeurs, pour fouiller leurs cartables (n’iraient-ils pas enseigner en cachette ?), pour les insulter. Et les enseignants encaissent ces procédés sans broncher, sans se rebeller, sans oser protester.

Comment expliquer cette acceptation résignée de la violence, ces abdications devant des violations flagrantes du droit ? Comment comprendre cette propension à justifier l’inadmissible ? La raison tient à mon sens à la vieille tradition jacobine enracinée en France. Un comportement de gangster, comme la séquestration des patrons, les coupures sauvages de gaz ou le blocage des universités, bénéficie toujours d’une grande complaisance dans les media et dans l’opinion pourvu qu’il se camoufle derrière une rhétorique de lutte des classes et de revendication. La violence est sanctifiée par la mythologie de gauche. Ceux qui éprouvent des réticences intimes devant l’usage de la force justifié par l’idéologie se sentent vaguement coupables. Ils critiquent les formes prises par la lutte, sans s’opposer à son principe. Ce qui manque en France, c’est la claire conscience du droit. Or sans cette claire conscience il ne peut y avoir ni courage ni résistance. La Sorbonne est en train de mourir de ce mal français".

Commentaires

jp

Lorsque le Premier Ministre propose d'organiser des examens en dehors des facs occupées, ça prouve à quel point le pouvoir capitule!!Et ce, devant quelques petites dizaines de pseudo étudiants ...

L. Chéron

C'est la logique du 14 Juillet. La France est un pays où on a érigé un jour d'émeute (et de pillage, et de meurtre : Launay, Foulon, Berthier de Sauvigny) en fête nationale. On a les conséquences.

francoisdesaintjean

Cette tradition a été renforcée par une grande partie du Clergé de notre temps qui, sous couvert d'amour et de charité, ne s'inscrit pas contre la confusion (dont elle est responsable) entre sainteté et charité d'une part, et passivité, faiblesse, et même lâcheté d'autre part. Ste Jeanne d'Arc, St Charlemagne, St Fris etc. se sont battus physiquement quand l'enjeu du salut des âmes est en cause.

Une partie du Clergé manque a son devoir d'éclaircir cette confusion moderne par crainte de ne pas paraitre délivrer un message d'amour (bien vague) et qui n'engage ni son auteur, ni ses auditeurs, que justifie un consensualisme mou, trompeur et mortifère, qui est précisément la cause de la vacuité des paroisse.

Le contenu moderne des prêches peut-etre résumé ainsi: aimez-vous, soyez-ouvert aux autres, convertissez-votre coeur, pénétrez-vous de l'amour de Dieu, et bonne semaine.

senex

Il n'y a hélas! rien à attendre d'une "élite"nourrie depuis l'enfance des "journaux officiels"de la République et de son Université que sont Le Monde Libération et Charlie Hebdo et des élucubrations des philosophes nihilistes et "déconstructeurs"!C'est le sida intellectuel qui endort et paralyse.Le vaccin : la prière et l'étude de Saint Thomas d'Aquin . Tout le reste nous sera donné par surcroit.Tout est à reconstruire.Au boulot...!

francoisdesaintjean

On a repandu le message que la charite est de ne rien faire meme quand le droit, la justice, la verite est bafouee, je ne suis pas d'accord.

Avec ce type de message, il ne fallait pas se defendre contre les nazis, il ne fallait pas arreter les musulmans a Poitiers en 732 (avec toutes les consequences attachees), etc.

Il faut bien admettre que l'utilisation de la force (violence) est malheureusement justifiee dans nombre de cas (Ste Jeanne d'Arc, Saint Charlemagne, etc.).

A cause du refus de la violence, l'avortement est toujours la: 1 milliard de morts a ce jour. Une guerre contre les avorteurs aurait-elle fait pareil ou plus?

La question est de savoir si la violence est la seule reponse autrement dit si elle est juste, pas de savoir si elle est de gauche ou de droite.

Dans le cas evoque ci-dessus, la violence de gauche est injustifiable car elle n'est pas une reponse appropriee, proportionnee et qu'elle est injuste.

Clément

En effet, il est temps de se battre ou de se taire!

Voir un pays et un peuple se rendre sans combattre et même diaboliser ceux qui auraient le front de vouloir le faire est indigne.

Jeannot

Et bien?
Aux armes citoyens?

Vince

@Jeannot: au détail près que si vous les prennez, la "justice" de ce pays sera d'une des plus sévère à votre égard. Par contre, les autres...
Qui est prèt à aller distribuer légitimement des paing si c'est pour aller en cabane?

mariege

quand JR Pitte(précédent président de Paris IV) a été battu aux élections, alors qu'il avait soutenu les anti-bloqueurs lors des blocages antiCPE qui en a parlé ? qui s'en est ému ? personne
Pas de "stopblocage " ou autre cette fois ci : nous n'avons en effet que ce que nous méritons ;ancienne étudiante de PIV il y a quelques décennies j'en suis malade,aterrée, comment "vendre" ensuite l'université aux parents de terminales ?
Il ne reste plus aux étudiants que la solution de porter plainte auprès du tribunal administratif :peut-être que là l'opinions bougera ?et nos politiques qui au lieu de s'occuper du sexe des anges fairaient mieux de voir la rélité en face !

pm

Comment expliquer que 20% des étudiants bloquent les 80% qui veulent travailler ?

Que les "80%" demandent à Astérix un peu de potion magique et tout sera résolu non ? Il suffit de savoir ce que l'on veut ...

Laurent H

la gauche est luciferienne:
-avortement
-mariage homo
....

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.