Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



La peine de mort dans l'Histoire du christianisme
Femme au foyer : une richesse à garder

Emeutes : le gouvernement s'inquiéterait

Rien que pour les 7 derniers jours, des incidents sérieux ont été signalés à Saint-Dizier en Haute-Marne (guet-apens contre des policiers), à Marseille dans les Bouches-du-Rhône (une centaine d'habitants se sont violemment opposés à une interpellation), à Villiers-sur-Marne dans le Val-de-Marne (échauffourées après une arrestation) et à Amiens dans la Somme (patrouille caillassée). Des épisodes qualifiés de "routiniers" par les observateurs, mais qui témoignent de la fracture, au quotidien, entre les forces de sécurité et les habitants des quartiers, surtout les plus jeunes.

Depuis le début de l'année, les indicateurs restent bloqués au rouge. Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) a connu une nuit d'émeute, fin juin, avec l'usage de plusieurs dizaines de feux d'artifice contre les policiers. La ville de Firminy (Loire) a subi trois nuits de violences, en juillet, après le décès d'un homme en garde à vue. Bagnolet (Seine-Saint-Denis) s'est embrasé après le décès d'un jeune poursuivi par une voiture de police le 9 août. Une dizaine de policiers ont été blessés par des tirs de grenaille aux Mureaux en mars, tandis que des fonctionnaires étaient visés par des tirs d'arme de guerre à La Courneuve en mai. D'autres villes restent sous tension permanente, comme Corbeil-Essonnes (Essonne), Montfermeil (Seine-Saint-Denis) ou Villiers-le-Bel (Val-d'Oise).

Les violences contre les personnes dépositaires de l'autorité (notamment les policiers et les gendarmes mais aussi les élus) ont atteint un chiffre record en 2008 avec 26 177 actes recensés, soit une hausse de 12% par rapport à 2005, pourtant considérée comme une année "exceptionnelle" à cause des trois semaines d'émeutes. En Seine-Saint-Denis, ces violences ont augmenté de 30% sur la même période. Dans l'Essonne, elles ont flambé de 31,4 %.

Bienvenue en France.

Commentaires

Chris du Fier

Pourvu que ça dure. Comme le disait Laetitia Buonaparte...

Il faudra bien à un moment donné que l' abcès soit percé.

JLA

Le karcher,c'est dépassé.

petitjean

mais il faut des émeutes et des violentes !
ça réveillera peut être les français qui sont trop lâches pour se défendre eux mêmes

Ces français ont pourtant la preuve que l'Etat Sarkozy est incapable d'assurer la sécurité des personnes et des biens partout sur le territoire national.

Aucune illusion sur les "politiques", ils poursuivront leur projet quelque soit le prix à payer.

Savez vous que l'année dernière, 82 000 peines de prison ferme ont été prononcées MAIS pas appliquées !??

et on n'oublie pas www.fdesouche.com et rebelles.info , pour se tenir informé

brutus

OUI!
comme ils disent c'est la routine...

MAIS LA ROUTINE TUE!!!

free

En ce pays des "droits de l'homme", le sentiment d'impunité perdure. Et tout cela par peur des lobbies "anti-racistes" (sans oublier le "syndrome Oussekine") et d'une certaine "cour européenne des droits de l'homme"

Olivier M

Le karcher? quel karcher? Qui a vu un karcher en banlieue depuis 2005?...
Dans le domaine de la sécurité, l'imposteur de l'Elysée ne pourra plus cacher bien longtemps son échec désastreux.

YannH

Il en faudrait beaucoup plus encore. Que ces bandes descendent dans les beaux quartiers des belles villes françaises. La où vivent les élus, les journalistes et autres bobos etc etc... Avec un peu de patience cela viendra puisque les auteurs vivent dans l'impunité totale. On ne voit pas pourquoi ils s'en priveraient.

Jean Theis

Les "habitants" ? Que nous cachez-nous ?

Vous voulez dire les "occupants" ??

VD

La politique de droite (!) est d'une efficacité redoutable... Tremblez, tremblez, voyous !

bob

Si cela dure, les agents des forces de l'ordre vont faire valoir leur droit de retrait.
Et là, on va se marrer.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.