Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Amnesty international découvre l'Islam
Tout simplement ignoble

"les yeux fermés" de l'Occident sur la vérité de l'Homme

Lu sur le FC :

"Le quotidien de l'église italienne a dénoncé "les yeux fermés" de "l'Occident" sur l'immigration clandestine, faisant un parallèle avec l'indifférence face aux convois de déportés par les nazis, après le sauvetage de cinq Erythréens qui affirment que 73 autres sont morts en mer.

Avvenire, le quotidien de la Conférence des évêques italienne, déplore vendredi, dans un éditorial en première page, "la nouvelle loi du non voir" qui est "comme une habitude", en évoquant l'odyssée des migrants aperçus "au moins de loin" par d'autres embarcations durant leur 23 jours de voyage, selon les témoignages des rescapés.

"Quand, aujourd'hui, nous lisons (les récits) sur les déportations des juifs sous le nazisme, nous nous demandons: sûrement, les populations ne savaient pas. Mais ces convois plombés, les voix, les cris dans les gares de transit, personne ne les voyait ou ne les entendait ? A l'époque, c'était le totalitarisme et la terreur qui faisaient fermer les yeux. Aujourd'hui non. Une indifférence tranquille, résignée, peut-être même une aversion gênée, sur la Méditerranée. L'Occident aux yeux fermés", dit-il.

"Cinq naufragés nous parlent de fils et de maris morts de soif après des jours d'agonie", relève-t-il.

Pour le journal, "aucune politique de contrôle de l'immigration ne permet à une communauté internationale de laisser un bateau chargé de naufragés à son destin. Il existe une loi de la mer, bien plus ancienne que celle codifiée par les traités. Et elle ordonne: en mer, on porte secours".

"Après, sur terre, d'autres lois entrent en jeu: droit d'asile, accueil, refus. Mais les vies, cela se sauve", insiste-t-il.

"A l'inverse, ce bateau vide (...) parle (...) d'une autre loi. Ne pas s'arrêter, continuer sa route". Et le fait de "violer" cette "ancienne" loi "menace nos racines fondamentales. L'idée de ce qu'est un homme et de combien il est précieux".

L'indifférence tranquille et le déni de l'homme : quand l'Occident tue ses enfants in utero et ses malades par euthanasie, peu lui importent les lois antérieures à la légalité. Le totalitarisme est aujourd'hui dans les consciences.

Commentaires

Amédée

Oui entièrement d'accord avec votre conclusion, Lahire.

Sainte Mère Théresa l'a dit. En gros, tant que le monde laissera tuer ou tuera ses enfants dans l'enceinte (la protection, le rempart) de leur mère, la violence et les malheurs se poursuivront.

sylvie

Ce sont des centaines d'Africains qui arrivent chaque jour sur les plages des Canaries. Loin de les reconduire là d'oú ils viennent, et tenter d'arrêter les flux, les autorités les envoient par avions sur la péninsule oú ils viennent grossir les rangs des clandestins sans travail.

Sancenay

excellente conclusion de notre ami Lahire:

l'arbre sentimentaliste ne saurait cacher la monstrueuse forêt de l'inhumanité proliférante.

Passant (r)

"Après, sur terre, d'autres lois entrent en jeu: droit d'asile, accueil, refus. Mais les vies, cela se sauve", insiste-t-il.

Cette phrase est la seule partie avec laquelle je suis d'accord.

Mais la comparaison avec les déportations est completement absurde et hors de propos, et ressemble à s'y méprendre aux sempiternelles tentatives de culpabilisation que nous devons subir du berceau à la tombe, instrumentalisant encore et encore et jusqu'à l'écoeurement toujours ces mêmes millions de morts. Et il faut maintenant que cette tare journalistique comptemporaine infecte aussi l'Eglise ?

Ces clandestins viennent de contrées à des milliers de kilomètres de chez nous et voyagent au-delà de nos frontières, pas sous nos fenêtres.

Les causes principales de leurs venues sont leurs propres volontés, les mensonges de leurs prédecesseurs qui ne veulent pas briser le rêve d'un "eldorado" européen, la lacheté de nos "gouvernants" sur lesquels nous n'avont que très peu de prise.

Et comment ce journaliste ose-t-il parler d'indifférence alors que nous sommes bombardés en permanence d'injonctions à la "solidarité" et à l'apitoiement par la télévision et les journaux ? Nombreux sont ceux à en être aveuglés, comment les accuser d'être indifférents lorsqu'on les empêche de voir clair ?

Ces personnes qui meurent sont pour l'essentiel responsables de leur mort.

La responsabilité qui reste aux européens est d'être ferme, de dire clairement que nous voulons continuer d'exister et ne pas être envahi, et par conséquent d'agir simplement et fermement en les renvoyant chez eux, sains et saufs, mais à coups de pieds au cul.

Gonzague

"A l'époque, c'était le totalitarisme et la terreur qui faisaient fermer les yeux. Aujourd'hui non. Une indifférence tranquille, résignée, peut-être même une aversion gênée, sur la Méditerranée." => Aujourd'hui encore c'est le totalitarisme qui fait fermer les yeux. Il a simplement changé de forme : c'est un totalitarisme mou, la démocratie totalitaire. Vous connaissez l'allégorie de la grenouille ? Nous sommes en plein dedans...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.