Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Aux "accros" du Salon Beige...
Quand le préfet de la Congrégation pour le clergé parle aux prêtres en France (2/2)

Quand le préfet de la Congrégation pour le clergé parle aux prêtres en France (1/2)

Ch1 C'est clair et sans détour. Son homélie à Ars à l'occasion du jubilé des prêtres :

La place du prêtre loin des fioritures habituelles rencontrées à droite ou à gauche :

"Il apparaît comme modèle des prêtres par sa vie de foi et de prière constante - surtout devant le tabernacle dans son église -, modèle des prêtres par sa spiritualité profonde et solide, sa pénitence, son humilité et sa pauvreté, sa façon de placer la célébration de la Sainte Messe au centre de la vie paroissiale, son infatigable et merveilleux ministère du sacrement de la confession, son ministère de la Parole de Dieu par la prédication et la catéchèse, son amour envers les pauvres, sa charité pastorale qui le portait à aller à la rencontre de tous et de chacun des habitants de sa paroisse pour les convertir et les sauver. Il ne voulait en perdre aucun, sans exception, et il ne voulait pas se reposer avant de les voir tous dans l'église, assidus à la fréquentation des sacrements".

Ars, exemple du désastre révolutionnaire et le remède du Saint Curé :

" C'était en effet une bourgade, pas plus païenne que les autres, mais qui avait subi toutes les épreuves de la Révolution française. Le prêtre d'alors était devenu "prêtre jureur" avant d'apostasier sa foi. La Terreur avait fait ses ravages et, même si d'autres prêtres admirables de fidélité avaient continué d'exercer secrètement leur ministère, les populations étaient abandonnées à elles-mêmes, en particulier dans une profonde ignorance de la foi (...)

Les gens d'Ars ont été frappés de voir comment leur nouveau curé, Jean-Marie Vianney, s'est investi dans le ministère de la Parole en enseignant longuement ses paroissiens. Il faisait le catéchisme aux enfants et, même quand il a pu partager sa tâche avec le vicaire qui lui a été donné, il a continué la leçon quotidienne de catéchisme à la Providence, le fameux "catéchisme de onze heures", auquel les parents pouvaient assister. Rappelons-nous également ses prônes, mais aussi toutes ses visites dans les familles, toutes ses rencontres de tous les instants, les entretiens spirituels pendant les confessions, où tout devenait occasion de parler de son sujet de prédilection: "l'amour du Bon Dieu". Il ne cessait de révéler aux chrétiens ce qu'ils sont: "l'objet des complaisances des trois Personnes divines" (3). Le curé d'Ars était tellement conscient de l'urgence de la prédication qu'il participait aussi aux missions paroissiales des villages voisins".

La première leçon :

Ars1 "Chers frères prêtres, voici le premier enseignement que nous recevons de Jésus et du curé d'Ars aujourd'hui. Le relativisme de notre culture post-moderne occidentale a obscurci les orientations que nous indiquent notre conscience et la lumière de la foi. Tant de personnes aujourd'hui errent comme des brebis sans berger et restent en attente, consciemment ou non, de la parole salvatrice de l'Evangile. De même que Jésus est sorti du sein du Père pour nous porter la Révélation du Dieu riche en Miséricorde, de même que saint Jean-Marie Vianney a été envoyé pour mettre "l'amour de Dieu" à Ars, ainsi, nous aussi, par le simple fait de notre ordination, nous avons été consacrés pour participer à la Mission universelle du Fils de Dieu, Jésus Christ. Notre être sacerdotal est missionnaire. Avec l'exigence de nous adapter aux besoins spécifiques de notre époque, nous sommes "envoyés" pour annoncer la Bonne Nouvelle à tous les hommes, et en particulier, comme ce fut le cas pour le curé d'Ars, à tous les baptisés qui se sont éloignés de la lumière de la foi, en commençant par les plus pauvres."

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.