Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Le Pen dénonce le travail dominical, l'islamisme et le climatisme
Forme extraordinaire : fin de la période ad experimentum en Mayenne

Gérard Larcher défend les négociations avec la Turquie

L

Le président du Sénat est parti en Turquie du 15 au 18 septembre avec une délégation sénatoriale. Ce déplacement de M. Larcher est un des tout premiers qu’il effectue à l’étranger :

"Je suis parfaitement loyal envers le président de la République, mais la loyauté n’exclut pas l’autonomie. Je me sens responsable du Sénat. Celui-ci souhaite continuer à accompagner le processus de négociation, sur les chapitres qui sont ouverts et ceux qui devront l’être, pour pouvoir préparer l’avenir ensemble."

On ignore s'il a eu un mot pour le cimetière chrétien profané.

Commentaires

Hebe

Croyez-moi: La Turquie, on va l'avoir. C'est réglé comme du papier à musique. Le mondialisme et la puissance de l'argent du lobby qui n'existe pas nous auront avant la fin du second mandat de Sarkozy.

ian7

@ Hébé

La Turquie, on ne l'aura pas SI on fait ce qu'il faut pour ça. Point final. Si on ne fait rien, alors en effet, c'est comme l'eau qui mouille, non ?

Évidemment, toutes ces magouilles politiques paraîssent une forteresse bien imprenable. Mais j'ai une certitude : tu ne trouveras JAMAIS de faille dans la forteresse (qui t'inspire du découragement) si tu ne la cherches pas.

Il faut simplement bien comprendre le jeu : ce n'est pas le jeu d'avoir raison ou tort (pas seulement). Mais de l'avoir au bon moment, ni trop tôt ni trop tard. Comme une flèche, se lamenter ne permet pas de toucher la cible en plein vol (c'est plutôt l'inverse).

Aussi demande-toi : quoi, quand. Les choses peuvent se préparer à l'avance, ça ne tue personne de réfléchir, de poser des hypothèses et de te demander ce que tu feras.

Bonne ballade.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.