Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Les catholiques et l'euthanasie
Le théâtre, école de sainteté ?

Le nombre d'avortements baisse ?

Le nombre des avortements serait passé de 45,5 millions en 1995 à 41,6 millions en 2003, selon le rapport de l'Institut Guttmacher, une ONG basée aux Etats-Unis. Ce pourrait être une bonne nouvelle si cette ONG n'en profitait pas pour appeler à accroître la contraception, qui serait la cause de cette baisse. Mais nous avons des chiffres plus récents et plus contrastés. Ils nous viennent de l’Institut de Politique Familiale (pdf 28 pages) :

A "En 2007, 1.237.731 avortements ont été enregistrés dans l’UE des 27, ce qui veut dire que chaque jour 3.391 enfants sont morts par avortement en Europe, soit 141 avortements par heure. [...] En 1997, 837.409 avortements ont été provoqués dans l’UE des 15, et en 2007 : 931.396, soit 93.987 avortements de plus [soit une augmentation de plus de 12%]."

La bonne nouvelle vient des nouveaux pays de l'UE :

"Les avortements dans les pays de l’Europe élargie sont passés de 650.869 à 306.335 entre 1997 et 2007. Ce qui correspond à une diminution de 334.534 avortements (52,9%)."

On se souvient du cas de la Croatie, qui a fait baisser les avortements de 88% en 16 ans. Et ce n'est pas grâce à la contraception. En revanche, les pays qui promeuvent abondamment la contraception sont à la peine :

"En 2007 trois avortements sur quatre (75,3%) se sont produits dans les pays de l’ UE des 15…"

L'IPF fait remarquer ensuite que l’avortement est :

  • la première cause de mortalité en Europe
  • l’une des causes principales de la baisse des natalités en Europe.

Commentaires

Emule

Comment sont comptabilisés les avortements précoces , ( pillule des jours suivants) ?

[A ma connaissance, ils ne sont pas comptabilisés. Ici, il s'agit à proprement parler, des IVG. MJ]

Jean Theis

Avec la théorie du genre, expliquée plus haut, il y a peut-être moins d'avortements parce qu'il y a moins de relations sexuelles pouvant donner lieu à procréation.

Boris

Il y a aussi une autre manière de faire baisser le nombre d'avortement (et je parle bien du nombre uniquement).

J'avais lu en Mai 2009 un article d'un revue donnée dans le paquetage de la nouvelle maman à la maternité que la grossesse ne commencerait qu'à partir de la nidation.

J'ai pu vérifier auprès du Dr Mirabelle qu'il y a bel et bien un courant de médecins qui tentent d'imposer cette façon de penser, pour preuve l'Ellaone qui est présenté comme uniquement contraceptive ... puisqu'elle empêche la nidation.

Pour mémoire, la nidation a lieu environ 10 jours après la fécondation.
La fécondation est la rencontre du spermatozoïde avec l'ovule, ce qui techniquement et biologiquement constitue le début de la vie d'un nouvel être humain au code génétique propre et "individuel". La fécondation a lieu dans les trompes.
La nidation est le fait que ce nouveau petit être s'attache à sa mère dans l'utérus pour se développer.

En refusant de parler de grossesse avant la nidation, on entre dans une autre technique du novlangue décrit par Orwell : changer le sens des mots.

On notera au passage qu'entre la fécondation et la nidation, il n'y a quasiment pas de contact entre la mère et l'enfant sinon celui comparable d'un bébé faisant un câlin contre sa mère. Ce qui contredit complètement le mythe du bébé excroissance du corps de sa mère.


Donc pour réduire le nombre, il suffit d'exclure du compte les avortements ayant lieu avant la nidation et ceux ayant lieu par empêchement de la nidation.

Soit dit en passant, la pilule microdosée pour la femme a une action anti-nidatoire, donc, au sens propre, abortive.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.