Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



La Commission paritaire, une police de la pensée
Banlieue : la population prend les choses en main

ObamaCare : le pape met en garde l'ambassadeur des Etats-Unis

Le Saint-Père a reçu aujourd'hui les lettres accréditant les nouvel ambassadeur des Etats-Unis près le Saint-Siège, M.Miguel Humberto Días. Dans son discours au nouvel Ambassadeur des Etats-Unis, le Pape a déclaré que

D "le vrai progrès, comme insiste la doctrine sociale de l'Eglise, doit être intégral et humain; il ne peut pas nier la vérité sur l'être humain et doit toujours tendre à son bien authentique... la vision religieuse et l'imagination religieuse ne limitent pas mais enrichissent le discours politique et éthique".

"la crise de nos démocraties modernes exige un engagement dans le dialogue de raison sur le discernement des politiques prudentes et justes qui respectent la nature et la dignité de l'homme. L'Eglise aux Etats-Unis contribue à ce discernement, en particulier, par la formation des consciences et par son apostolat éducatif".

A propos de l'ObamaCare, il a évoqué la nécessité d'un

"discernement clair en lien avec les thèmes qui touchent à la protection de la dignité humaine et au respect du droit inaliénable à la vie depuis le moment de la conception jusqu'à la mort naturelle, ainsi qu'à la protection du droit à l'objection de conscience de la part du personnel de la santé et de tous les citoyens en général".

Commentaires

Vin

Contre l'avortement mais aussi contre la peine de mort. Les deux sont injustifiables.

[C'est faux. Le Cardinal Ratzinger expliquait bien la différence dans sa note de 2004 :

"Les questions morales n’ont pas toutes le même poids moral que l’avortement ou l’euthanasie. Par exemple, si un catholique était en désaccord avec le Saint-Père sur l’application de la peine capitale ou sur la décision de faire la guerre, il ne serait pas considéré pour cette raison comme indigne de se présenter pour recevoir la sainte communion. L’Eglise exhorte les autorités civiles à rechercher la paix et non la guerre et à faire preuve de modération et de miséricorde dans l’application d’une peine aux criminels. Toutefois, il peut être permis de prendre les armes pour repousser un agresseur ou d’avoir recours à la peine capitale. Les catholiques peuvent légitimement avoir des opinions différentes sur la guerre ou la peine de mort, mais en aucun cas sur l’avortement et l’euthanasie."

http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/200122?fr=y
MJ]

VD

Que de bonté et d'intelligence dans la façon de s'exprimer du Saint-Père !

Sancenay

le tocsin sonne pour l'Amérique! soyons solidaires dans la prière pour le peuple américain de bonne volonté et contraint lui aussi à porter le fardeau.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.