Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Le président de l'Assemblée nationale favorable au voile islamiste
France polygame

Pollution contraceptive

Communiqué de Laissez-les-vivre :

"En 2007, la société qui commercialise l’eau de source de marque "Cristalline" s’était vu interdire sa campagne publicitaire mettant en photo une cuvette de WC pour rappeler que l’eau du robinet n’était guère que de l’eau recyclée. M. DELANOE, maire de Paris et à ce titre bénéficiant de la manne extraordinaire de l’eau de la ville avait mis tout en œuvre pour contrer le développement des eaux en bouteille. Mais, le quotidien 20’ de ce mardi 24 novembre nous rappelle opportunément les vérités suivantes : "L’eau est malade des médicaments" "Les petites pilules font les grandes pollutions" "Des hormones dans les cours d’eau" On y lit notamment : "Les études scientifiques sont unanimes : des antibiotiques aux antidépresseurs finissent, à l’état de traces dans les rivières"

Mais curieusement, rien sur la pilule contraceptive ! Or, comment expliquer la très forte progression de la stérilité depuis 40 ans (la loi Neuwirth remonte à 1967) alors même que la pilule mini-dosée (souvent abortive mais moins nocive) a près de vingt ans de mise sur le marché ? En 1970, la stérilité était de l’ordre de 7 à 10% selon les départements. En 2006, elle atteint 15 à 20% des couples dans certaines régions. (Les chiffres officiels sont peu précis et souvent contradictoires) Comment expliquer notamment la progression très forte chez les hommes alors que la contraception chimique est à 99,99% féminine et que l’avortement, facteur stérilisant majeur, ne concerne (à ce jour !) que les femmes ? Comment expliquer les épidémies de gastro-entérite dans une même école, si ce n’est par l’eau de ville, soi-disant potable, bue à la cantine ? Fort heureusement, nous ne doutons pas qu’au nom du sacro-saint principe de précaution, M. Borloo, ministre du "développement durable" ainsi que Mme Bachelot, ministre de la santé publique vont traiter immédiatement ce grave problème, certainement soutenus par les écolos de tout poil !"

Commentaires

VD

L'eau de source est-elle plus sûre ? Les nappes phréatiques ne sont-elles pas aussi polluées ?

c

Admettons effectivement que l'eau du robinet rende stérile, mais n'oublions pas non plus qu'à vouloir un enfant plutôt vers la trentaine qu'à partir de 18 - 20 ans celan'aide pas non plus une fécondité épanouie des femmes (la courbe baisse d'une manière presque exponentielle à partir d'un certain âge).
Il faudrait aussi publier des études bien précises sur ce sujet.

a

Hum ! L'augmentation de cas de stérilité ne me semble pas etre la cause de la pilule contraceptive dans l'eau du robinet ?!
Il y a sans doute un certain nombre de facteurs environnementaux dont les médicaments, les autres produits chimiques, dans l'eau, l'alimentation, la pollution etc ...
L'age plus tardif des grossesses est effctivement un élément, avec tout simplement l'absorption quotidienne et volontaire, pas dans l'eau (!) de pilule contraceptive pendant 10 ou 15 ans qui a forcément un impact sur le corps de la femme le jour où elle veut avoir un enfant. Y a t-il des étudessur ce point ?
Attention à ces articles que beaucoup prennent au pied de la lettre, il y a un vrau probleme, mais à traiter avec moins de raccourcis!

C.B.

Une conjecture: une femme de trente-cinq ans qui n'a jamais "pris la pillule" (si, si, ça existe, même si les gynécologues qui en rencontrent semblent se croire en face de martiennes) a plus de chance d'être féconde qu'une femme de trente ans qui a une pratique de 12 ans de pillule.
On peut éventuellement tenter de croiser avec la boisson favorite: trente-cinq ans sans pilule et consommation régulière et modérée de vin?
Sujet de thèse?

Legué

Bonjour Michel, merci pour cet article fort intéressant. Je partage vos interrogations tout en rejoignant les propos avancés dans les commentaires. Croyez bien que les tonnes de pesticides et produits chimiques non filtrés par les stations d'épuration ont leur part de responsabilité aussi face à l'accroissement de la stérilité.

Pour que les politiques s'inquiètent de la sorte publiquement, il faut que le problème soit de taille croyez moi. Et les connaissances sur les conséquences de cette eau polluée sur la santé humaine, bien plus avancées qu'on nous laisse le croire. L'Académie de pharmacie a d'ailleurs publié un essai sur ce sujet. Et de nombreux reportages ont déjà tenté d'alerter le grand public. Mais voilà Véolia et Suez bataillent dur comme fer pour promouvoir cette eau qui leur rapporte des milliards!

Ce n'est pas Bachelot ou Borloo qui vont pouvoir changer tout ca. Bon visionage : http://www.arte.tv/fr/content/tv/02__Universes/U1__Comprendre__le__monde/02-Magazines/17_20Global_20Mag/06_20Effet_20Domino/edition-2009.06.19-19_3A30/ART_20DOM__24OK/2711156.html

Hervé

Benoît

Une solution : ne plus boire d'eau et boire du vin. Avec modération.....

cristaline

Nous vous remercions de vous souvenir de notre campagne d'affichage. Sachez que nous sommes toujours poursuivis par la justice pour cette campagne, à l'heure où les verités éclatent pourtant au grand jour: 1/ l'eau du robinet est souvent prélevée dans les eaux de surfaces (fleuves, lacs, rivières...)2/ces eaux de surface recyclent nos eaux usées qui ont transité par des stations d'épurations 3/ les stations d'épuration n'éliminent pas 100% des résidus de médicaments et de pilules contraceptives que nos urines contiennent puisqu'on en retrouve dans nos fleuves et rivières.

Il n'est toujours pas politiquement correct de souligner que l'eau du robinet est en grande partie de l'eau "recyclée".

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.