Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Quick complice de la barbarie
La fermeté de Benoît XVI paie

L'Enfant Jésus de Prague, préféré au Père Noël

Le Père Noël n'a pas la cote à Prague. L'Enfant Jésus de Prague est bien plus populaire. Après la chute du communisme, au début des années 1990, les chaînes commerciales, prêtes à profiter de la vague de fascination des Tchèques pour l'Occident, notamment pour les Etats-Unis, déployaient tous les ans, avant Noël, des campagnes essayant d'imposer dans les têtes des consommateurs locaux un nouveau personnage : Santa Claus.

Des films hollywoodiens pour enfants mettant en scène le gaillard robuste aux couleurs de Coca-Cola apportaient leur concours discret. Au bout de plusieurs années, les commerciaux y ont renoncé, constatant l'échec de leur message : les familles tchèques sont restées fermées au Père Noël, s'obstinant, le jour de Noël, à inviter chez eux l'Enfant Jésus.

Une réminiscence a joué beaucoup en sa défaveur : le Père Noël occidental ressemble comme deux gouttes d'eau au «Papy Hiver» russe, que l'on avait déjà essayé d'importer dans le pays, avec les moyens de propagande de l'Etat, après l'inféodation de la Tchécoslovaquie à Moscou, en 1948. En décembre 1952, s'adressant aux enfants dans un discours radiodiffusé de Noël, Antonin Zapotocky, le Premier ministre communiste de l'époque, avait officiellement décrété la fin du règne de l'Enfant Jésus durant ces fêtes :

"Les temps ont changé. Les enfants des travailleurs ne naissent plus dans des étables. De nombreuses transformations sont intervenues. L'Enfant Jésus a grandi et vieilli, il lui a poussé une barbe et lui-même s'est mué en Papy Hiver. Il ne marche plus nu et déguenillé, il est bien vêtu de chapeau et de manteau de fourrure. Ni nos travailleurs ni leurs enfants ne sont plus nus ou vêtus de loques."

Le Père Noël russe s'était fait bouder par la population, entrée en résistance passive contre le communisme. Quarante années plus tard, elle a refait le geste en tournant le dos au Père Noël, symbole de la consommation capitaliste.

Commentaires

free

Un des "bienfaits" dans la chute du communisme ? En effet, les gens semblent porter un certain intérêt à ce qui est occulté. Attendons de voir en France, face aux lobbies laîco-maçonniques, le regain d'intérêt pour Jésus. Petit exemple : à chaque fois que l'on entend dire : Joyeux Noël, ou parler du "père" Noël ... n'ayons pas peur de rétorquer (contre vents et marées) d'un perceptible : "et n'oublions pas Jésus." C'est comme ça que je fais, et jusqu'à maintenant je n'ai eu à subir aucune remarque désobligeante, même de la part de personnes d'une autre confession.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.