Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Les sage-femmes refusent de pratiquer des avortements
Le rapport militant de l'IGAS n'est pas objectif

Christine Boutin réagit aux projets pro-mort du gouvernement

La présidente du PCD déclare suite aux déclarations de Roselyne Bachelot :

"Je vois dans cette offensive une preuve supplémentaire de la perte de conscience de ce qu’est l’embryon, de ce qu’est la vie. On nous présente cela comme un droit et un choix personnels… Mais avons-nous conscience que nous avons tous été un embryon ? Je ne le crois pas quand je vois la campagne du planning familial au slogan très réducteur. Je ne le crois pas non plus quand j’entends la ministre de la Santé vouloir faire de l’IVG « une composante obligatoire de l'offre de santé ». Faut-il donner davantage de moyens aux médecins pour qu’ils acceptent de supprimer la vie ? Est-ce là leur véritable vocation ? On s’imagine que la banalisation de l’avortement va résoudre le problème. Bien au contraire. On relativise la valeur de la vie et on fragilise toute la chaîne humaine. La seule politique de prévention possible et humainement souhaitable, ne peut être que le développement d'alternatives à l'IVG, ainsi que la promotion et le soutien à la maternité."

Commentaires

RC

Bravo pour cette déclaration claire et nette !

Bernard S

On peut, hélas!, déplorer diverses prises de position de Christine Boutin, mais si elle disparaissait de la scène politique, nous perdrions beaucoup pour la défense de la Vie.

Sancenay

il ne s'agit pas de "perte de conscience" incidentelle , mais de négation idéologique délibérée.
de même on ne "relativise" pas la valeur de la vie, on la nie, on la méprise et on l'inverse.( révolution du mot)

Madame Boutin à force de vouloir rester politiquement "in the Wind" pour d'éviter de remonter à la source, sera toujours en retard d'une guerre.

CV

On peut ne pas être "boutiniste béat" et reconnaitre que cette femme politique a des positions, en ce qui concerne le respect de la vie, courageuses et claire. Merci à elle d'être le porte-voix de cette culture pro-vie sur laquelle elle n'a jamais été prise en défaut. Cela ne fait pas tout un programme politique, mais c'est un point "non négociable".

Jean P.O.

Tout à ait d'accord avec Bernard et CV. L'unité face à l'adversité pase par-dessus les querelles stériles et fratricides.
Il faut savoir reconnaître la vérité chez l'autre, admettre aussi qu'il ait pu faire des erreurs et admettre qu'il s'en rende compte.Croire en la prédestination est une hérésie.
Quand quelqu'un dit la vérité, il faut l'encourager et le soutenir au lieu de se poser en donneur de leçon systématique et d'ergoter sur des questions de formes ou termes employés.
Donc, front commun sur les points de convergence!

Sancenay

à P.O.

oui, à condition qu'il ne s'agisse pas d'opération tête dans le sable. Car si les mots n'avaient pas de sens précis, les idées révolutionnaires qui aboutissent aujourd'hui à la négation de toute humanité n'auraient pas triomphé.

Et si Madame Boutin n'a jamais dépassé 1 % des voix cela tient également à cela. Ce n'est pas une critique hostile, c'est un constat.

Mais comme vous dites on peut toujours s'amender.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.