Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Quel avenir pour le rapport de la Cour des comptes ?
Le Baiser de la lune, un message pédo-porno, contre la normalité

Sans surprise

Le Parlement européen a accordé hier sa confiance à la nouvelle Commission européenne de José Manuel Barroso, après une période de flottement de plus de trois mois. L'équipe Barroso II a été adoubée par 488 voix pour, 137 contre et 72 abstentions.

L'idée d'un «gouvernement économique» sera au centre d'un sommet des dirigeants européens jeudi 11 février à Bruxelles. José Manuel Barroso a estimé que

«si nous voulons renforcer notre base industrielle (...) il faut une coordination économique plus forte».

Plus de centralisme, moins de subsidiarité.

Commentaires

Eric

Quand il dit "notre", il parle de qui ?

Topaze

L'europe de bruxelles est une dictature.

Amities et a+

Otto

Le voile tombe. L'économie du plan, comme les bureaucrates l'avait toujours rêvée, s'annonce.

Barroso parle de "notre" base industrielle. Je réponds: Ce n'est pas la votre, monsieur, vous en Portugal, vous avez une base d'agriculture.

L'Allemagne va payer pour tous, jusqu'à la fin. Là, toute l'UERSS va craquer. Après, avec des tensions ethniques incontrôlables, ce sera la guerre civile très sanglante.

Merci, messieurs Delors, Kohl, Mitterrand! Merci beaucoup!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.