L'Eglise copte condamnée pour son refus du divorce
La citation du jour

L'école hors-contrat en pleine croissance

Challenges consacre un article aux écoles hors-contrat. Extraits :

E "Statistiquement, ces établissements hors contrat ne pèsent pas lourd au regard de la masse du système scolaire. Le ministère évalue leur poids à « moins de 1 % ». La Fondation pour l'école, qui regroupe l'essentiel du réseau des « écoles indépendantes », estime qu'il existe aujourd'hui environ 460 écoles hors contrat (Montessori incluses), accueillant près de 47 000 élèves. Et cela ne cesse de croître. Une quarantaine d'écoles s'ouvriraient chaque année en marge du système classique. [...] Débordée, désorganisée, l'Education nationale peine à remplir son rôle. Les chiffres sont connus : un enfant sur trois ne sait pas bien lire en sixième. Une réalité qui a d'abord profité aux établissements privés sous contrat. Mais limités par l'Etat dans leur capacité à ouvrir de nouvelles classes, ces établissements voient leur liste d'attente s'allonger. Les « hors contrat » bénéficient de ce trop-plein d'élèves. [...]

Anne Coffinier [laïc catholique 2007 de ce blog, NDMJ], 33 ans, directrice de la Fondation pour l'école [explique que] le privé sous contrat a perdu son âme : «Les écoles sous contrat n'ont qu'une obsession : vouloir à tout prix préserver la paix scolaire, au point de perdre toute leur spécificité», analyse-t-elle en regrettant au passage que dans certaines écoles catho l'enseignement religieux soit devenu facultatif. [...] La force des écoles hors contrat, c'est leur autonomie. Une conception aux antipodes des méthodes centralisatrices de l'Education nationale qui, signe des temps, teste pour cette rentrée, dans 106 établissements, le recrutement de professeurs sur profil. [...] Le problème du hors contrat, c'est, évidemment, son financement. A 150 euros de cotisation par enfant et par mois, l'équilibre budgétaire d'une école primaire hors contrat se situe autour de 80 élèves et de 150 pour un collège. Nombre d'établissements n'y parviennent pas. Les familles seules ne peuvent les faire tourner. D'où l'idée de structurer le secteur en créant une fondation habilitée à recueillir des fonds. Le carnet d'adresses d'Anne Coffinier a fait le reste. Et près de la moitié des patrons des sociétés du CAC 40 ont sorti leur carnet de chèques.

"Ils partagent le même constat avec nous : l'école publique n'assure même plus le minimum, au point qu'ils sont obligés de rajouter des cours d'orthographe dans les programmes de formation de leurs cadres"

[...] Mère de trois enfants, Anne Coffinier veut réformer l'Education nationale. [...] Grande gueule, catho convertie sur les bancs de l'ENA, [...] [s]on premier grand combat sera la remise en cause de la lecture globale en CP. Elle inonde de notes ses copains du cabinet du ministre de l'Education nationale de l'époque, Gilles de Robien. L'entrée de ses enfants à l'école finit de la convaincre de la nécessité d'agir. Elle abandonne alors sa carrière au Quai d'Orsay pour se consacrer à son projet : faciliter la création d'écoles modèles. Son site Créer-son-école.com est une boîte à outils pour les parents ou enseignants désireux de fonder leur établissement."

On apprend par ailleurs que l'école sous-contrat est de moins en moins financée par l'Etat.

Commentaires

mme

Bien sûr on peut encore créer son école libre mais c'est réservé aux enfants de milieux aisés, donc profondément injuste. Tous les parents doivent avoir le choix de l'établissement scolaire pour leurs enfants.
Le système du bon scolaire pourrait répondre à cela, l'éducation nationale n'excerçant plus qu'un rôle de controle des connaissances acquises en faisant, par exemple, passer les examens nationaux.
Ceci serait le plein excercice du Principe de Subsidiarité, mais est-ce pour demain ?

Laurent

Réponse à Mme :

Vous avez parfaitement raison sur le bon scolaire ou sur la nécessite de mettre en place de système de crédit d'impôt (qui s'applique alors aux familles qui ne payent pas d'impôts contrairement à la réduction d'impôt).

En revanche, connaissant bien les écoles libres comme Saint Pie X, Saint Dominique, Sainte Geneviève à Port Marly, il est un peu injuste de dire que ces écoles sont réservées à des milieux aisés. Car beaucoup de parents ayant des revenus modestes y mettent leurs enfants soit en obtenant des réduction de frais de scolarité soit en faisant de cette scolarité une priorité et en faisant passer ses dépenses avant d'autres postes budgétaires (vêtements, alimentation, type de résidence, etc...).

mme

A Laurent,
Justement je connais des familles qui ne peuvent vraiment pas payer !
Lorsque le chomage sévit, même en budgetant l'école (ou la pension) en priorité, cela reste impossible pour certains parents de famille nombreuse. L'école ne se trouve pas toujours près du domicile ce qui justifie la pension.
Les petits budgets ne peuvent pas assurer les frais justifiés de ces écoles malgré la bonne volonté de ces établissements.
Il faut savoir qu'à notre époque malheureusement la misère s'installe silencieusement.

C.B.

150 € par mois (un seul enfant) est supportable pour certaines familles, quand plusieurs enfants doivent être scolarisés, c'est irréaliste pour les moins aisés. D'autant que, s'ils sont imposables, ils sont appelés à financer par leur impôt l'école publique. En quoi l'instruction devrait-elle être une prérogative régalienne comme le maintien de l'ordre et de la sécurité (intérieure et extérieure), la justice ou ... la monnaie (? cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9galien)

bob

Un député, J-Marc Nesme, vient de poser une question à ce sujet au gouvernement. Dans sa ville se monte actuellement une école à pédagogie Montessori / Lubienska. On attend la réponse du gouvernement.
http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-87859QE.htm

ocelot

N'oublions pas l'AES (Association Education Solidarité), à faire connaître, association fondée par le Père Y. BONNET et qui attribue des bourses selon revenus aux familles scolarisant leurs enfants dans les écoles hors-contrat (exclusivement). Cette association aide déjà de très nombreuses familles, qui sans elle ne pourraient avoir recours au hors-contrat...
Voir: http://www.asseducsol.com/

Pour demander des bourses certes, pour susciter des dons aussi et surtout !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.