Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Lyon en état insurrectionnel
Les députés vont renoncer à leur avantageux système de retraite

Christian Vanneste plaide pour une alliance UMP-FN

Le député UMP du Nord Christian Vanneste, interrogé le 6 octobre au micro de Radio Courtoisie, s'est clairement prononcé pour une alliance avec le FN lors des législatives de 2012.Dans la même émission, le maire de Montfermeil Xavier Lemoine, a ajouté : «Il est nécessaire et indispensable que l'on arrive à cette union de toutes les droites, y compris avec le FN». Interrogé par Le Figaro, Christian Vanneste maintient «sans état d'âme» ses propos :

U «Tant qu'on aura un ennemi à droite, on perdra les élections ! Au moment où nous perdions les régionales en France, Berlusconi emportait les siennes. La droite préfère prendre le risque de perdre les élections plutôt que son âme. Mais pourquoi faut-il toujours considérer que toute relation avec l'extrême-droite est impensable ? La gauche le fait bien avec le trotskiste Besancenot ! [Le FN] est un parti comme les autres».

Concrètement, le député propose de désigner pour les législatives des candidats communs UMP-FN afin d'éviter «les triangulaires qui risquent d'être nombreuses en 2012 et de faire gagner la gauche». Une première étape avant d'imaginer la fusion de l'UMP et du Front national :

«Je suis un partisan du bipartisme et donc d'un grand parti de droite qui englobe l'ensemble des sensibilités, basé sur le modèle anglo-saxon».

Dominique Paillé, porte-parole de l'UMP, est hostile à ce rapprochement. Quant à Marine Le Pen, elle dénonce une «manœuvre électoraliste» :

«M. Vanneste a été chargé avec ses amis de la ‘droite populaire' de lancer des œillades à l'électorat du Front national, compte tenu du renforcement de notre parti. Mais c'est peine perdue. Qu'ils se tournent vers leurs amis socialistes !».

Lors des régionales de 1998, 4 présidents de régions RPR-UDF avaient été élus avec les voix du FN. Bruno Gollnisch n'a «pas d'objection de principe» à une alliance avec l'UMP :

«Je suis prêt à m'entendre avec un partenaire fiable qui garantirait la réalisation d'une partie de notre programme. [Mais] Ça paraît compliqué»

Commentaires

PG

Christian VANNESTE se moque des électeurs du FN. Il pourrait être le représentant de l'AMD politique : il leur propose un suicide assisté.
En effet, ce qu'il espère, c'est qu'au second tour, les électeurs FN, dont l'immense majorité des candidats auront été éliminés par une loi électorale inique, modifiée dans ce but régulièrement par ses amis politiques, apportent leurs voix à l'UMP. Mais SANS garantie aucune. Car la seule garantie d'être reconnus et en capacité de garder un contrôle sur cette ''alliance'', ce serait la modification préalable de la loi électorale. Pour les législatives, et toutes les autres élections. Afin que l'alliance ne soit pas un chèque en blanc signé aux électeurs du FN, mais qu'elle soit une alliance passée après les élections avec des élus FN choisis par les électeurs FN, comme cela se fait dans toutes les démocraties. Ainsi en GB en ce moment, ou en Allemagne, ou en Italie. Car sans élus FN siégeant à l'Assemblée Nationale, l'UMP continuera d'avoir seule une éventuelle majorité, sauvée par ce tour de passe-passe typiquement sarkozien. On mesure là combien Christian VANNESTE joue un rôle d'appât ou d'appeau, mais n'est en aucun cas un partisan d'une alliance vraie, fondée sur la reconnaissance des idées et des électeurs du FN. C'est en cela que je n'ai pas compris l'éditorial de M. MOLITOR dans MINUTE de cette semaine, qui incriminait JM LP pour son refus d'alliance avec "des hommes de droite ayant les mêmes idées" : C. VANNESTE vient de démontrer que cette alliance est un piège. Car en politique, plus que les idées, ce sont les actes qui comptent. C'est cela la morale politique.

Depuis 25 ans, les lois électorales de ces différents scrutins ont été charcutées et manipulées par l'UMP avec le soutien du PS le plus souvent, pour faire en sorte que le système UMPS subsiste au détriment des Verts et du Front National et dans une certaine mesure de l'extrême gauche. C'est cela qui permet la pérennité des idées néfastes que combat M. VANNESTE en paroles : qu'il demande à l'UMP de mettre les actes en accord avec ses mots.

Anard

On ne fait pas une bonne soupe avec de mauvais légumes.

raphael charles

Sil est permis à un royaliste d'intervenir dans ce grave débat, merci de bien vouloir accepter le renvoi à ce commentaire publié sur http://cril17.info/
sous le titre
"Au nom du paradigme catholique et capétien (8)"

[L'intérêt des commentaires n'est pas de renvoyer à des commentaires publiés ailleurs... MJ]

raphael charles

[L'intérêt des commentaires n'est pas de renvoyer à des commentaires publiés ailleurs... MJ]

Oui cher Michel Janva ! Mais je craignais de faire beaucoup trop long !
C'est pourquoi j'avais écrit " Sil est permis" et j'aurais parfaitement compris que vous n'acceptiez pas !

Pour répondre à votre légitime observation, j'ajouterai donc ceci pour lancer le débat sur votre blog en reprenant ce qui a déjà été écrit par ailleurs :

" 1 / Sauf grave erreur de mémoire, l’interdiction d’alliance de l’UMP avec le FN a été faite à Chirac, sous peine de provoquer un “casus belli”, par une obscure association au nom imprononçable par un gaulois de souche et qui doit s’écrire à peu près comme ceci : B’naith B’rith ( http://bnaibrith.org/ )

Il serait donc opportun de savoir au nom de qui parle M Vanneste !"

Est-ce en son nom seul ? Au nom de l’UMP ? Au nom du Peuple Français ou du Peuple Chti qu’il a l’ambition d’incarner ? Ou au nom de quelqu’un d’autre ? Si oui qui est-ce ? …

SD-Vintage

@pg : Tout d'abord, il n'y a aucune chance que M. VANNESTE soit entendu, étant lui-même un paria dans son propre camps. Il ne s'agit donc que de pure spéculation. Cette idée a été régulièrement soulevée depuis des dizaines d'années, sans succès pour diverses raisons.
"C'est cela qui permet la pérennité des idées néfastes que combat M. VANNESTE en paroles : qu'il demande à l'UMP de mettre les actes en accord avec ses mots.". C'est un mauvais procès, puisqu'il l'a fait à de nombreuses reprises, même si il n'est pas vraiment écouté....
La théorie du complot de Marine Le Pen ne tient pas plus, quand on connaît les positions de M. VANNESTE, sous-marin supposé de Nicolas Sarkozy d'après ses propos, depuis qu'il est élu. Il s'est par exemple retrouvé devant un tribunal pour "homophobie".
Enfin, M. VANNESTE a toujours été pour le bipartisme. Et personnellement, je ne vois pas comment on peut représenter la nation en ayant été élu avec moins de 50 % des voix comme dans le système actuel (c'est ainsi que Lionel Jospin devint premier ministre, alors que la gauche était minoritaire aux élections).
Une alliance électorale signifierait par définition que parmi les candidats présentés, il y aurait des candidats FN. C'est ce qu'il a voulu dire.Et c'est je pense le souhait de beaucoup de militants FN de voir des députés FN à l'assemblée nationale.
Aucun parti semblable au FN en Europe n'a réussi à accéder au pouvoir tout seul. Bruno Gollnisch le sait. Quant à Marine Le Pen, je n'arrive pas à distinguer ce qui relève du calcul électoraliste en vue des élections internes, de ses convictions personnelles, puisqu'elle a toujours montré une remarquable capacité d'adaptation.
Une condition quand même : le départ de M. Sarkozy

Solange

Monsieur Vanneste est un peu gonflé, lui qui s'est dans le passé opposé dans la pratique à tout accord électoral, lui qui, aujourd'hui, se fait le défenseur du scrutin majoritaire uninominal à deux tours pour les élections législatives. Si Monsieur Vanneste et ses copins-coquins de l'UMP ne veulent pas perdre les élections, ils n'ont qu'à revenir au scrutin proportionnel. Mais Monsieur Vanneste ne veut pas de cette victoire là, non, cela donnerait des députés FN, et il ne serait pas sûr de retrouver son siège. C'est ça la vérité.

Non merci Monsieur Vanneste, vos entourloupes ne nous intéressent pas.

Bruno Gollnisch fait un utile rappel pour garantir un accord efficient et efficace :
1) il faut un interlocuteur fiable
2) qui s'engagera à appliquer une partie de notre programme.

Avec l'UMPS, nous en sommes loin !

Droal

Marine Le Pen veut rassembler le peuple français sur la France. L’UMP et le PS veulent rassembler les gens de cette région de l’Ouest de l’espace Schengen sur l’€urope. C’est un choix spirituel puisqu’il s’agit d’amour. Civilisation de l’amour de la France contre civilisation de l’amour de l’argent. L’amour « de toutes les droites » contre « toutes les gauches » n’est que le choix de faire perdurer la division des Français et donc d'empêcher le Rétablissement de la France et du peuple français.

PG

@ HB

Je partage votre vue sur l'alliance : même DE GAULLE ne revint pas seul au pouvoir,en 58, mais avec l'appui du puissant CNIP et qq autres, ancêtres de l'UDF. B. MEGRET, qui se voulait gaullien, avait vendu au FN l'idée de la grande alternance par un FN seul, qu'aurait empêché JM LP, et qu'il ''fallait'' donc chasser. C'était une forme d'amnésie historique et une utopie.
Mais une alliance suppose des conditions, tout comme une fusion : BAYROU et l'UDF en sont la preuve. La fusion de celle-ci dans l'UMP n'a pas permis le maintien de leurs idées : car c'est le système électoral qui donne aux élus et cadres la possibilité de leur indépendance. Le scrutin majoritaire ne permet pas de vraies alliances, mais des alliances par soumission et disparition.
On le voit bien en Italie : FINI reprend ses billes après avoir fusionné son parti avec celui de Berlusconi, parce que la loi électorale lui permet cette autonomie et sa liberté.

L'alliance suppose une reconnaissance dans les institutions parlementaires, puis les autres assemblées électives. Sans quoi rien n'est possible sans être un suicide du style UDF par rapport à l'UMP. VANNESTE est bien de droite comme le disait M. MOLITOR dans son éditorial : cependant, pour être viable, sa proposition suppose que soient remplie des conditions de garantie. Or en démocratie, c'est le peuple qui doit les détenir, et non les états majors seuls.

YannH

M. Vanneste à raison. La droite ne sait pas s'unir comme l'a fait la gauche en son temps. Pourquoi n'y aurait-il pas une "Union de la droite" ? Il est vrai qu'au MPF, au FN et d'autres encore on ne partage pas, loin s'en faut, les idées de l'UMP et dans nombre de domaine. Mais s'unir, et donc de négocier, ne permettrait-il pas d'avoir des députés, des sénateurs etc.... et ainsi de faire entendre toutes les voix de droite. Alors que là, ce qu'il risque d'arriver, même si Marine arrive au 2ème tour, c'est de perdre et de voir la gauche au pouvoir avec les conséquences que nous connaissons : vote des immigrés, naturalisations en masse etc etc... Je comprends et partage l'idée de ne pas vouloir s'allier avec les bâtisseurs de mosquées, avec les euro-fédéralistes et tout et tout, mais la réalité, c'est que nous regardons, même si c'est fièrement, passer le train...

SD-Vintage

D'accord avec YannH : "Je comprends et partage l'idée de ne pas vouloir s'allier avec les bâtisseurs de mosquées, avec les euro-fédéralistes et tout et tout, mais la réalité, c'est que nous regardons, même si c'est fièrement, passer le train...". Malheureusement, cela sera impossible avec Nicolas Sarkozy ou le bureau actuel de l'UMP, excepté peut-être Copé : il y a trop de ressentiment pour tous les mensonges.
@ pg: tout à fait d'accord.
Sinon,Créer un seul parti n'est peut-être pas primordial, l'udf et le rpr en leur temps l'ont montré. L'ump est devenu un parti de centre gauche ce qui a réglé la question.
Par contre, à l'inverse de votre raisonnement sur l'intérêt de partis multiples, les républicains américains où dominent alternativement centristes et conservateurs, montrant qu'un grand parti peut avoir des débats internes (contrairement au parti présidentiel français) et évoluer sous la pression des militants/électeurs.

Pimprenelle

Yannh , vous avez sans doute raison , mais surmonter nos divisions c'est pas joué !( pardon au passage pour vous avoir un peu manqué de respect tantot ..., parce que la plupart du temps vos propos me paraissent plein de bon sens ...)
Bref , arriverons nous a foutre l'envahisseur dehors ?
A la grace de Dieu!

cad

En priorité baisser drastiquement les avantages et émoluments de nos élus ,déja cela limitera le nombre de candidats ,je remarque que seul bruno G parle de programme ,à quoi sert d'avoir des élus sinon .DE GAULLE est revenu au pouvoir car le pays était en faillite ,nos grands financiers l'ont fait alors sortir de l'oubli et fut montée cette escroquerie du soi disant sauvetage de l'ALGERIE gobée par beaucoup de nationaux(déja l'union des droites de LE PEN à SOUSTELLE ) sauf par le journal RIVAROL et COSTON qui avertirent leurs lecteurs de la duplicité du général.

athos

je livre à votre publication. quelques extraits de l'éditorial du dernier numéro du journal MILITANT, sur le rôle des mouvements nationaux, au sens large (texte complet sur le site) :
"Mais, que font ces partis de leurs succès électoraux ? Nous constatons que, pour la plupart, ils jouent le jeu démocratique occidental qui, par nature, les rejette. Si la participation aux élections peut être tactiquement utile, il ne faut pas espérer arriver aux affaires par leur truchement. Néanmoins, ces partis s'efforcent d'y être admis et ensuite de participer de près ou de loin au gouvernement. Parfois, ils y parviennent, comme en Autriche ou au Danemark. Pourtant, force est de constater qu'ils jouent plus le rôle "d'idiots utiles" du système que de force salvatrice : en Autriche, en dehors du scandale médiatique, le FPÖ s'est aligné sur "un programme responsable et modéré" tandis que la déliquescence du pays ne connaît même pas un début d'enrayement. Au Danemark, tout au plus la législation sur l'immigration a-t-elle été durcie mais le train de l'invasion est à peine freiné. Au fil du temps, ils s'institutionnalisent ; or, à ne pas vivre comme l'on pense, on finit par penser comme l'on vit. A leur corps défendant, ils servent le système car ils stérilisent les énergies de renouveau national. Si ces partis veulent accéder au pouvoir, ils doivent franchir une étape supplémentaire à l'instar de ce qu'a fait le MSI de Fini qui en 1995 a renié et trahi ses principes fondateurs pour adopter un credo libéral pro-européen et pro-sioniste. C'est à une dérive du même ordre que semble se diriger le Front National si une Marine Le Pen en emportait la présidence en 2011, suivant en cela la pente naturelle de tout mouvement qui, tout en dénonçant les dérives du système, accepte ses valeurs démocratiques. Or en se plaçant sur le terrain de l'adversaire et en acceptant le mot, on accepte la chose. Il nous sera répondu que l'on ne peut pas faire autrement, qu'il faut bien s'adapter à son époque, être "réaliste". Pourtant, l'erreur ne devient pas vérité, même si elle se propage et se multiplie. On reconnaît l'arbre à ses fruits et un mauvais arbre n'en porte jamais de bons : or, depuis que le système démocratique et mondialiste domine l'Europe, celle-ci décline, perd son âme de manière accélérée. Le bon sens indique qu'il n'est pas réformable et, qu'étant contraire à l'ordre du monde, il court à sa perte. La situation est donc révolutionnaire : c'est en restant ferme, sans aveuglement sectaire, sur une doctrine et des principes sains vérifiés par l'histoire, en refusant de céder aux sirènes du moment que l'on est dans le vrai. L'espérance nationaliste s'en nourrit et il est urgent de se préparer à des échéances qui bouleverseront le monde actuel afin d'en tirer le miel du redressement du monde européen."

PG

@ Athos

En attendant le soir du Grand soir, il nous faut affronter les petits matins glauques de la vie politique nationale ; le chrétien s'il vit dans une attente et une espérance eschatologiques, doit remplir ses devoirs, dont celui d'aimer sa communauté, ses communautés de vie, et donc il doit agir en citoyen.
L' analyse de cet article sur le rôle des partis populistes ou de droite ayant participé ou participant aux affaires, est excessivement négative : ils ne sont qu'au début de leur progression. Les groupuscules de la droite pure (je n'ai pas dit extrême, et encore ne l'aurais je utilisé que pour en qualifier les conclusions) préconisent en permanence la démobilisation démocratique, préliminaire à la préparation de la révolte populaire et de l'écroulement inéluctable du système : cela depuis 40 ans. Entre temps heureusement, le FN par son émergence a réveillé en Europe entière et certainement dans le monde, des idées que les fausses élites pensaient éradiquées, alors qu'elles sont l'expression politique de la tradition européenne et chrétienne. Cela aura été le grand mérite de JM LP, même s'il est de bon ton aujourd'hui chez certains pseudo intellectuels de la droite nationale ou bobos catholiques conservateurs peu touchés (se croient-ils provisoirement) par les difficultés majeures de beaucoup de Français, de pincer les lèvres à la seule évocation de son nom.
Les élections ne sont pas la panacée, mais permettent aux peuples de peser sur le destin collectif, s'ils le veulent. Et si les catholiques savent leur rappeler leurs racines chrétiennes et si la droite nationale et populaire sait les réveiller : ce qui a plus d'importance que de rechercher des causes artificielles de divisions sur des différences ténues ou secondaires.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.