Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



138 bébés sauvés par la campagne pro-vie aux Etats-Unis
Pour Boutin, Sarkozy doit passer aux actes

L'Afghanistan, la guerre des autres

De Paul-Marie Coûteaux dans la Nef :

 Sfa"La guerre que nous faisons en Afghanistan est absurde, qui déploie mois après mois ses épisodes dans l’indifférence générale, même des peuples qui la font – quoi de plus grinçant, ces jours-ci, que ces ahurissantes élections législatives qui n’ont pour principal effet que de redoubler les violences, et finalement d’installer dans une fausse Assemblée nationale des politiciens qui ne voient dans leur mandat qu’immunités et facilités commerciales – tout cela au nom de « l’implantation de la démocratie ». Tout est absurde dans l’affaire, à commencer par le rôle qu’y joue la France (condamné par une majorité de Français, ce qui ne change rien), et par l’absence d’informations, hormis le compte des morts de soldats français (nous en sommes à 47), et les réguliers hommages que les journalistes rendent à certains de leurs confrères retenus en otage, puisqu’il est admis par la corporation que le sort d’un des leurs importe plus que la guerre elle-même.

Seul l’hebdomadaire Minute (du 14/07/10) a commenté les propos d’un des gradés de la DGSE, Alain Chouet, tenus au Sénat, le 21 janvier dernier, lors d’un colloque consacré à Al Qaïda : « Comme bon nombre de mes collègues professionnels, j’estime, sur la base d’informations sérieuses et recoupées, que la Qaïda est morte sur le plan opérationnel, dans les trous à rats de la Tora Bora en 2002. Usa […]

Les actions terroristes postérieures au 11 septembre ne sont pas imputables à l’organisation centrale supposément sise en Afghanistan, mais à des groupes locaux tout à fait hors de son contrôle ». Il est de surcroît admis par tous les services du monde que les États-Unis ne veulent nullement capturer Ben Laden – mort ou vif, il importe grandement de ne pas remettre sur la scène cet ancien agent… Sur la participation française, le général Desportes, directeur du Collège Interarmées de Défense, a dit l’essentiel en juin : « C’est une guerre américaine. Quand vous êtes actionnaire à 1 % vous n’avez pas la parole » : pour cette simple évidence, ledit général est sanctionné par le chef d’état-major des armées. Mais qui ne sait que la France ne sert que de supplétif, et, vaguement de caution – de longue date elle a, ou avait, une excellente image dans ce pays… (...)

Le premier but de guerre de Washington est simple : son rôle diminuant partout en Asie, même en Turquie, ou bien encore au Pakistan, l’empire mondial doit, s’il veut rester mondial, avoir une raison pour garder un pied en Asie (...)

MdaDeuxième objectif : un empire doit constamment faire la guerre ; (...)

Le troisième but de guerre est plus secret encore : s’il cesse de faire la guerre, un empire perd sa raison d’être, se fissure et s’effondre ; il lui faut toujours un grand ennemi, si possible mythifié et si possible disséminé dans le monde entier (l’intégrisme musulman jouant le rôle que jouait jadis le communisme, que Washington voyait même où il n’était pas). Mais nos contemporains lobotomisés par les propagandes connaissent trop mal l’implacable logique impériale pour admettre ce point.

Dans l’immédiat, une question : comment faire pour ramener à la raison notre petite classe politico-médiatique qui juge normal que la France contribue à une guerre à laquelle elle n’a rien à gagner et tout à perdre (pas seulement des hommes), et qui l’accepte en silence ? Il est vrai que les esclaves servent toujours en silence… "

(merci à SC)

Commentaires

Gustave Minet

"Un empire doit constamment faire la guerre" car "s’il cesse de faire la guerre, un empire perd sa raison d’être, se fissure et s’effondre". C'est vrai. Mais un empire, ce n'est jamais qu'une souveraineté. La taille n'y change rien. La France, qui est un tout petit "empire", mais un empire tout de même, doit elle aussi avoir des ennemis à combattre. Ce n'est pas sa belligérance qui peut être mise en cause, mais tout au plus son choix des ennemis à combattre. Et cela, sans perdre de vue qu'un combat politique (en l'occurrence, celui qui consisterait à faire choisir au gouvernement d'autres ennemis) est LUI AUSSI un moyen de construire et de soutenir un empire. Une force, pour être une force, a besoin de s'affronter à une force contraire. Ne pas combattre, c'est ne pas exister. Voilà pourquoi il ne faut être pacifiste que dans la mesure où pour avoir la paix, il est indispensable de faire la guerre.

SD-Vintage

Décidément, je ne serai jamais d'accord avec Paul-Marie Coûteaux, pas plus ici que sur de Gaulle.
La présence des États-Unis et de l'ONU en Afghanistan s'est faite avec l'accord de l'ONU. Depuis la guerre "illégale" en Irak, la guerre juste est la guerre qui a l'aval de l'ONU, mais cela apparemment ne suffit toujours pas.
"Sur la participation française, le général Desportes, directeur du Collège Interarmées de Défense, a dit l’essentiel en juin : « C’est une guerre américaine. Quand vous êtes actionnaire à 1 % vous n’avez pas la parole » : pour cette simple évidence, ledit général est sanctionné par le chef d’état-major des armées."
Simplement bon sens. Paul-Marie Coûteaux refuse d'aborder le principal problème : la France n'a plus d'armée, sauf pour le magazine "Valeurs actuelles". Seule une toute petite partie de notre armée peut mener une guerre de haute intensité comme le font les Américains et les Britanniques, tout simplement parce que nous n'investissons pas suffisamment dans notre défense. Sans parler du recrutement des soldats.
"Mais qui ne sait que la France ne sert que de supplétif": la France a très peu de soldats qui combattent dans ce pays. L'effort principal repose sur les Américains, les Britanniques, les Canadiens.
"elle a, ou avait, une excellente image dans ce pays… (...)" : tout dépend chez qui. Comme à propos de ses déclarations sur l'histoire des relations franco ottomanes, Paul-Marie Coûteaux semble croire que la France ne fait pas partie du bloc occidental, même si en 1944 le contraire nous a bien arrangé. Mais peut-être "l'empire mondial" avait-il une vision impérialiste bien dissimulée ?
Paul-Marie Coûteaux part ensuite dans une analyse qui ne repose sur aucun fondement, étude, rapport du département d'État ou de l'état-major... Du pur complotisme. Rappelons que la guerre en Afghanistan a commencé parce que le gouvernement totalitaire en place, les talibans qui ne gênaient pas Paul-Marie Coûteaux, mis au pouvoir avec l'aide du Pakistan, abritait et protégeaient ceux qui ont lancé l'attaque du 11 septembre aux États-Unis, avant les attaques contre le métro de Londres, les attaques contre les trains de Madrid etc. À moins que ce soient les Américains qui soient derrière Al Qaïda, ce que pense Marion Cotillard.

"Deuxième objectif : un empire doit constamment faire la guerre ; (...)" : Il est vrai que une armée qui se bat reste efficace, contrairement à l'armée française qui bientôt ne servira plus que pour le 14 juillet.

Les États-Unis ne cherchent pas à être "l'empire mondial". Quand la Turquie et la Grèce se retrouvent au bord de la guerre, ce sont les États-Unis qui mettent fin au conflit, pas la France qui n'en a ni les moyens ni la volonté. Pourtant, la France est nettement plus proche de la mer ionienne.

En fait, dans le raisonnement de Paul-Marie Coûteaux, il y a une espèce de pacifisme démagogique. Le conflit en Afghanistan gène parce qu'il y a des morts. Par contre, pas le conflit en Côte d'Ivoire dont la légalité était pourtant douteuse dont Paul-Marie Coûteaux ne parle jamais en remettant en cause la présence Française là-bas. S'il y avait demain 2000 soldats français tués en Côte d'Ivoire, tout le monde remettrait en cause la présence française dans ce pays. Mais réfléchir ainsi est à courte vue.

La défense de la France passe aujourd'hui par des conflits dans d'autres pays. Je ne sais pas si cela est efficace, mais on ne peut pas limiter une alliance militaire aux seuls cas où la France est envahi, ou encore "aux intérêts de la France" (mais pas des Français).
Par contre, l'absence de solution viable à terme est un handicap pour la coalition, qui ne réussira jamais à implanter une démocratie prospère dans un pays à mentalités arriérées (ce que personne ne critique), et dont les élites sont toutes corrompues, et obéissent à une logique clanique. Sans compter l'appétit du Pakistan pour ce pays. Une solution serait la partition du pays, comme pour l'Irak, ce qui a déjà été envisagé par des hauts responsables du Pentagone, mais il n'y a que pour le Kosovo musulman que cela est possible, allez comprendre pourquoi

Le budget de la défense est une peau de chagrin. Les Britanniques sont en train de remplacer leurs véhicules blindés par un modèle tout nouveau conçu pour protéger des bombes artisanales : le Panther. Et la France ?

Anard

C'est la confirmation de ce que disait NicK Rockfeller à Aaron RUSSO. Al quaïda ,qui n'existe plus, n'existe que pour justifier la sale guerre américaine.Voir youtube: aaron russo nicolas rockfeller sur google.

SD-Vintage

Est malheureusement, il n'y a pas qu'Al quaïda comme groupe fondamentaliste musulman violent

pg

En accord avec SB VINTAGE

Car le SB rapportait il y a 2 ou 3 jours qu'on venait d'arrêter en Italie je crois un français (non de souche, mais français par la nationalité administrative) qui revenait d'Afghanistan ou du Pakistan voisin qui sert d'hinterland aux islamistes afghans, où il avait reçu la formation de base de l'islamiste terroriste.
Il est évident que si les puissances dites ''occidentales'' (ce mot étant à géométrie variable) ne sont plus présentes dans cette zone proche de l'Asie Centrale, elles perdront le contrôle d'une partie du monde, dont le golfe persique ou arabique, ainsi que le nord de l'Inde, etc.....

On ne peut à la fois déplorer la perte de grandeur de la France, et réclamer en même temps son retrait de tout théâtre militaire et son repliement sur l'hexagone.
C'est là la forme la plus abâtardie du gaullisme, qui avait vendu aux français de métropole cette idée fausse qu'en abandonnant l'Algérie, après le Liban, la Syrie, le canal de Suez, l'Indochine et l'Afrique, la guerre finie, la France serait riche et pourrait investir sur son sol réduit à la seule métropole, et retrouverait ainsi prospérité et puissance, grâce à la seule bombe atomique. On a vu la suite : plus de gaz plus de pétrole, obligation d'une politique africaine et de relations avec le monde arabe et l'Algérie fondées sur le mensonge, la lâcheté et la corruption des rétro commissions, une immigration galopante, plus l'islam et l'islamisme.
Toute l'histoire française la plus ancienne montre que la France a une vocation à être présente au Moyen Orient et au delà, puisque cette zone commande la Méditerranée qui est aussi l'autre rive de notre rive sud.
St LOUIS voulait libérer les lieux saints, et il ne l'a pas fait à l'ONU, et seule la maladie l'en a empêché, car son projet était de conquérir militairement le Moyen Orient en passant par la Tunisie, la Lybie, l'Egypte et donc de couper l'Islam en deux ou trois tronçons. S'il avait réussi, l'histoire du monde en eut été changée.
Le tort des gouvernements qui ont engagé des troupes en Afghanistan ou sur d'autres théâtres d'intervention, est de ne pas avoir expliqué les enjeux historiques de manière complète et approfondie, afin d'y consacrer les moyens financiers et militaires nécessaires, ce qui est le cas de la France. Cela donne le sentiment d'opérations secrètes, honteuses, cachées, etc.... et cela expose nos troupes exagérément faute de moyens suffisants, et permet ainsi le défaitisme de la ligne bleue des Vosges.

Chris du Fier

Je ne serai pas aussi critique et catégorique que certains quant au potentiel stratégique et technique de notre armée.

La question de ce sujet ne porte pas sur les capacités opérationnelles de nos armes à étendre le territoire de la république française et porter ses 'valeurs chez les peuplades primitives!.' mais bien de savoir ce qu' elle fait là-bas à 12,000 kms de ses bases dans un pays où nous n' avons
aucun intérêt et de plus n' avons jamais par le passé eu partie liée avec comme en Indo, au Liban et ailleurs.

Parce que nous faisons partie de l' OTAN ?.. Bullshit. Les Allemands font bien parti de l' Otan et ont refusé de participer aux opérations bushinesques des ricains en Irak.

Parce que nous avons un siège permanent à l' ONU ?... De la rigolade. Depuis quand, nous Français, suivons les directives de l' ONU si nous n' y trouvons pas un quelconque intérêt à le faire ?

Pour les beaux yeux de Bush et d' Obama ?.. Allons, allons. Restons sérieux.

Par camaraderie avec l' Occident et surtout avec les Européens ?..Il n' y a que dans les foyers de la troupe et dans les mess des s/off que l' on parle de camaraderie. Certainement pas dans les états-majors de toutes les armées du monde...

Alors, pourquoi envoyons nous nos chasseurs et autres artilleurs là-bas ?..

That's the question Buddy !..

Tout simplement parce que nous en avons besoin. Un besoin immense de confronter nos unités composées de soldats de métier avec d' autres unités étrangères des grandes puissances dans un élément conflictuel et guerrier. Tant pour les ingénieurs de notre industrie militaire que pour la troupe elle-même, officiers compris. On ne devient forgeron qu' en forgeant le fer rougi au feu.

Vous n' avez qu' à questionner tous ces jeunes qui sont dans les bataillons de Chasseurs Alpins et que j' ai l' occasion de fréquenter. Ils vous diront tous qu' ils ne souhaitent qu' un chose : c'est d' aller là-bas.. Ils ont choisi ce métier, ce n' est pas pour rester à faire des corvées de chiottes dans les casernes en France.

Et en plus, nos ingénieurs sont trés heureux de recevoir des indications de ceux qui sont sur le terrain pour adapter les materiels et équipement pour des conflits modernes.

Sans parler d' un autre aspect trés politique concernant le conflit mondial qui grandit de plus en plus entre le monde musulman et l' Occident. Mais là, Chut.. Top Secret...


SD-Vintage

je voulais rajouter quelques détails, mais pg l'a fait mieux que moi. Intéressante l'analyse sur de Gaulle : en fait, c'était l'analyse pacifiste de la gauche et de beaucoup de clercs des églises chrétiennes, catholique et protestantes. La décolonisation était inévitable, à mon sens, mais elle aurait pu se faire autrement, sous une autre forme, et en Afrique plus doucement. Le rêve d'un monde sans guerre puisque celle-ci est un malentendu. Les Arabes à Poitiers étaient venus pour l'ouverture du Futuroscope, mais ils étaient en avance. Or, le refus de la guerre n'empêche pas la guerre, au contraire. Le monde obéit comme jamais à la loi du plus fort, et l'ennemi n'est fort que de nos faiblesses

L. Cheron

Chris du Fier rassure avec aisance ceux que l’Afghanistan inquiète. De quoi se plaint-on ? Le chasseur alpin est bouillant d’y aller en découdre et, « en plus », « nos ingénieurs sont très heureux ». Par saint Basile Zaharoff ! le bonheur de l’ingénieur qui, l’oeil humide, voit faire mouche « à 15 km un joli petit obus nickelé » (Hergé, L’oreille cassée), voilà la vraie récompense du soldat tombé au champ d’honneur (et de pavots).
On avait connu « nos poilus », «nos grands chefs » et « nos anciens combattants », mais « nos ingénieurs »... ça, fallait y penser. C’est trop beau.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.