Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Charles Millon (re)sème le trouble à droite
La Fondation pour l'école, dans le collimateur du PS

RATP & SNCF : des réseaux saturés, une comptabilité opaque

Dans un rapport sur les transports ferroviaires en Ile de France, la Cour des Comptes accable la RATP et la SNCF en pointant du doigt des réseaux saturés, une gestion catastrophique des chantiers de rénovation et une comptabilité difficilement compréhensible.

  • R 7,4 millions de voyageurs franciliens empruntent chaque jour 1.700 kilomètres d'un réseau inadapté et saturé.
  • Le trafic dans le métro parisien a augmenté de 18% entre 2000 et 2008, contre 16% pour les trains de banlieue du réseau Transilien (SNCF).
  • La Cour dénonce les chantiers insuffisants lancés par la RATP ces dernières années, qui n'ont pas pu empêcher une dégradation des conditions de transport. La SNCF est accusée de n'avoir rien investi pendant longtemps dans les Transiliens, au profit des TGV, plus lucratifs. Même le Réseau ferré de France (RFF) est accusé d'immobilisme.
  • La Cour des comptes dénonce des travaux bien plus chers que prévu. Les 25 projets réalisés après un contrat signé entre l'Etat et la région Ile-de-France sur la période 2000-2006 ont coûté en moyenne 92% plus cher que ce qui avait été annoncé.
  • La qualité du service rendu s'est dégradée ces dernières années, notamment en termes de régularité et de ponctualité.
  • Le rapport stigmatise un système de comptabilité opaque. Le Stif est incapable de connaître précisément le coût d'exploitation d'une ligne ou de dire combien de personnes travaillent sur le réseau.

Commentaires

C.B.

Le STIF est-il capable de chiffrer, même approximativement, la fraude (voyageurs ne payant pas leur transport et sautant allègrement par-dessus les portillons)? D'indiquer les dispositifs mis en place (contrôles, ...) pour contrer cette "habitude"? Le coût de ces dispositifs et leur efficacité?

PG

RATP come SNCF sont un naufrage des élites technos et des syndicats qui les soutiennent, qui ont fait de ces deux services publics théoriques des féodalités ruineuses dont les déficits sont supportés par les contribuables.
Ainsi, le TGV, dont nous sommes si fiers, mais que personne ne nous achète, est un Concorde ferroviaire : un bijou technologique dont les coûts d'investissement et d'exploitation ne seront jamais couverts ni amortis.
C'est de plus un non sens dans l'aménagement du territoire, conçu comme un accroissement du poids de l'Ile de France. La concentration de population qui en découle, sur le même schéma centralisateur au sein même de la région parisienne, tout étant convergent sur Pais et sa périphérie immédiate, rend la question des transports parisiens quasiment insoluble.
Alors comme toujours dans les systèmes politiques décadents auto centrés, au lieu de remettre en cause le schéma, on remet en cause sa gestion : cela rappelle la Sécurité Sociale.....

aml

Poutant il n'échappe à personne que la SNCF est plus que subventionnée par les contribuables.
Voici une pratique qui ne me semble pas "correcte" entre la Région de Picardie et la SNCF : la Région prend en charge les frais de transport par SNCF des étudiants, à savoir 50% pour tous et 100% pour les boursiers. Très bien me direz-vous ! Mais il faut savoir que dans tous les cas, c'est 9 allers-retours mensuels qui sont comptabilisés par la SNCF et donc sont à payer par la Région en totalité pour les boursiers, et à 50% pour les autres. Ainsi, même lorsque l'étudiant ne voyage pas durant un week-end, son transport est payé par la Région puisque facturé par la SNCF.(Une année entière de transport ne peut être fractionnée qu'en trois fois maxi donc tout est payé à l'avance !) Bon nombre d'étudiants ne reviennent qu'un week-end sur 2 voire sur 3 par mois, vous voyez ainsi le bénéfice fait par la SNCF sur le dos du contribuable ! Cette pratique devrait être dénoncée car elle constitue un moyen détourné de subventionner la SNCF, non ?... Quand on sait que la Région est à gauche et que la SNCF...

Jacques

TGV un bijou technologique ? Peut-être pour la machinerie mais l'intérieur reste à désirer... J'ai pris le Paris-Dijon récemment, que je n'avais plus pris depuis environ 10 ans. Et bien j'ai trouvé l'intérieur et les sièges bien ternes, comme une impression de jamais lavés. J'n'étais pas très chaud pour y poser le fond de mon pantalon. Et je ne parle pas des tags sur les parois des toilettes... Constellation de tags sur la voie également quand on arrive en gare.

« celà dit, il est très rapide »

Exupéry

RATP : "Dégradation des conditions de transport" , oui mais il ne faut pas oublier l'impact d'actes de malveillance, de plus en plus nombreux. Hier matin sur le RER B grosses perturbation dues au vol de câbles électriques assurant le système de signalisation. On sait très bien qui sont ces itinérants "ferrailleurs" travaillant de nuit et qui d'ailleurs s'intéressent surtout au cuivre plus onéreux!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.