Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Peut-on envisager un autre système politique que la démocratie ?
La Maison Ste Blandine

Convertir en douceur les militants pro-avortement

L'Homme nouveau relate la conversion d'un ancienne directrice d'une clinique d'avortements :

U "En face de la clinique d’avortement qu’elle dirigeait au Texas, des hommes et des femmes priaient sans relâche. Il a fallu huit ans pour qu’Abby Johnson les rejoigne. C’était il y a seize mois. Dans Unplanned (Non planifié), un livre-évènement qui vient de paraître aux États-Unis, elle ouvre des pistes pour convertir «l’ennemi» – en douceur. [...]

Une cliente qui venait d’avorter se dirigeait vers sa voiture garée devant la clinique. Une escorte amicale de Planned Parenthood (Planning familial) l’accompagnait pour écarter d’elle ces imprévisibles fanatiques provie, ceux qui n’ont aucune pitié pour les femmes en détresse. Mais en ce jour torride, de l’autre côté de la haute barrière métallique, une religieuse «couverte jusqu’aux pieds d’un lourd habit brun» tomba à genoux sur l’asphalte fumant. «Ses sanglots me percèrent le coeur», se souvient Abby, 30 ans. [...] Le chagrin de soeur Marie-Bernadette avait troublé Abby. Le bouquet de lys déposé pour elle, quelques mois plus tard, par une autre femme pro-vie, Elizabeth, l’ébranla aussi. Avec, il y avait une citation biblique L’Éternel a fait pour nous de grandes choses ; nous sommes remplis de JOIE») et un mot («Je prie pour toi, Abby !»). [...]

Et puis, il y eut cet ancien policier fidèle au poste chaque mercredi et chaque samedi, les jours où sont pratiqués les avortements, qui lance des «Hello !» souriants aux employés. Sans compter Marilisa, jeune blonde sympa qui aborde les adolescentes hagardes gentiment, sans crier : «Si tu veux, on peut te donner un coup de main. Tu n’es pas obligée d’y aller… N’aie pas peur !». Et les couples priant main dans la main. Et bien d’autres encore… Ces petits gestes, ces innombrables prières avaient préparé le terrain. Pourtant, Abby croyait toujours bien faire. [...] Elle-même avait avorté, à 20 ans [...] Elle avorte une seconde fois, divorce. [...]

Il fallut deux chocs de plus. D’abord, Abby reçoit l’ordre impératif d’augmenter le nombre local d’avortements pour renflouer les revenus de son «organisation charitable». Ensuite, on lui demande un samedi d’assister un médecin qui effectue un avortement par succion à l’aide d’une échographie. Treize semaines : l’âge de Grace [sa fille] sur sa première photo. La même image. Sauf que cette fois… C’est trop. Quelques jours plus tard, les joues dégoulinantes de mascara, Abby se réfugie en face. Accueillie à bras ouverts, elle y apprend que la toute première campagne de 40 Days for Life (40 jours de prière et de jeûne, deux fois par an) fut lancée cinq ans plus tôt en face de… sa propre clinique."

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.