Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Sauvé par son paquet de mouchoirs
Quad : la police ne doit surtout pas intervenir

Québec : le Premier ministre refuse d'enlever le crucifix de l'Assemblée

Q Pas question pour le gouvernement de décrocher le crucifix du Salon bleu de l'Assemblée nationale, même si le Tribunal des droits de la personne vient d'ordonner le retrait de symboles religieux d'édifices publics au nom de la neutralité de l'État. C'est ce qu'a confié, hier, le porte-parole du premier ministre Jean Charest.

Il explique que l'Église a joué un rôle important dans l'histoire du Québec et que le crucifix en est un symbole.

Commentaires

free

Enfin, un qui n'a pas froid aux yeux. Est-ce un retournement ? Prions et espérons (inch allah ... pardon pour ce trait d'humour).

Michel

La déchristianisation a fabriqué des extrémistes nihilistes des sans-dieu qui pensent avoir un mot dire apres leur mort sur leur destin et qui veulent décider tout pour eux-meme et les autres niant le role de la foi dans la création de nos pays.

Jacques Cartier a planté une croix a Gaspé et le roi de France a toujours vu la religion chrétienne comme essentielle. Meme chose au sud ou les USA était fondé par des famiilles rigoristes protestantes voulant créer une nouvelle Jérusalem.

Assez de ces extrémistes nihilistes qui sont le boulevard de l`islamisation et de la décomposition interne de nos États!

LB

Le pire c'est de défendre cela seulement comme un symbole historique, ce qu'il est devenu, alors que cela devrait être une vivante réalité.

JCM

N'y a-t-il au Québec aussi la séparation des pouvoirs entre le législatif, l'exécutif et le judiciaire ?

Si tel le cas la justice n'a pas le pouvoir d'imposer à l'Assemblée législative qui est normalement souveraine ce qu'elle doit faire chez elle. Ou alors c'est le gouvernement des juges !

Jacqueline Hanna Youssef

Premier ministre Jean Charest, merci, et fière que vous n'oubliez pas les valeurs et contributions des racines Chrétiennes.

Michèle

C'est vrai, le crucifix "symbole historique" c'est triste,mais "symbole de notre foi", croyez-vous que ça passerait?
Honneur à ce premier ministre courageux! mais il n'en a peut-être pas fini avec la "laïcarderie" agressive qui sévit autant si ce n'est plus au Québec que dans notre pauvre France!

Robert Marchenoir

Très bien.

Un premier ministre se met de lui-même, officiellement, dans l'illégalité, pour lutter contre l'hydre néo-marxiste et défendre son pays contre la subversion.

Ce faisant, il montre à quel point les drouâdlom et la "démocratie" sont devenus une fiction.

Tétraèdre

L'Église catholique fondatrice de la Nation Québecoise et qui est encore en 2011 catholique à 92% n'a pas à se défaire de son histoire de son architecture et de ses symboles publics de sa Religion catholique et cela malgré le bas taux temporaire de la pratique religieuse
Et ce n'est pas le commandité ANTI QUÉBECOIS pro orangiste Charest qui exige que le crucifix reste à sa place mais l'ASSEMBLÉE NATIONALE AU COMPLET.

jeffmoveone

Enfin une bonne nouvelle ! Bravo!!!

Simon

Je suis rarement d'accord avec le premier ministre mais il a pris une bonne décision.

La débauche, la pornographie, l'érotisme se répandent dans notre société et certains trouvent le moyen de s'en prendre au crucifix...

Guizmoet

Bravo !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.