Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



JMJ : "Le premier rôle de l'évêque c'est d'annoncer l'évangile"
Une conférence pour débattre des moyens de légaliser la pédophilie !

"le catholicisme de gauche et progressiste a des cheveux blancs"

Lu sur le blog de Jean-Marie Guénois :

"Ce n'est pas le Figaro qui le dit mais La Vie : les jeunes Français qui sont aux JMJ de Madrid sont majoritairement de droite : 41 % à droite, 6 % à l'extrême droite. 10 % se déclarent au centre, 6 % se disent écologistes, 7 % à gauche et 1% à l'extrême gauche. [...] On y apprend aussi que les jeunes Jmjistes ne sont pas des catholiques d'apparat mais qu'ils pratiquent à près de 90 %. 6 % vont même à la messe tous les jours. [...] Ce sondage [...] indique les contours du catholicisme de demain en France. Celui qui est en germe au JMJ et que l'on peut qualifier de « génération Benoît XVI ». Il correspond bien au pontificat de ce Pape. Et même au thème central de ces JMJ « affermir la foi ». [...]

D'autres vont voir là ce qu'il faut bien appeler un échec pastoral de l'Église de France qui pendant des années - elle commence à la reconnaître mais c'est un sujet profondément tabou - n'a pas précisément préparé ce genre de profil de catholique puisqu'elle combattait ouvertement cette perspective. En ce sens, le catholicisme de gauche et progressiste a des cheveux blancs. Il est plutôt concentré aujourd'hui chez les aînées de l'Église de France quand il n'a pas quitté les rangs pour s'engager franchement en politique ou dans le syndicalisme. Surtout, il n'a que peu d'hérédité. Ces JMJ permettent d'en entrevoir non pas sa fin, mais la fin de son influence décisive. Elle fut dominante dans l'intelligentsia de l'Église de notre pays depuis les années 70.

Bien sur, l'Église catholique ne se réduit à ce genre de division droite/ gauche mais il faut reconnaître que cette fracture a été comme dans aucun pays, un facteur de division et d'exclusion en particulier pour ceux qui ne pensaient pas comme il fallait. Il était en effet de bon ton d'être progressiste et très mal vu d'être un catholique de droite. Il y avait un centre très important même s'il se réduit maintenant chez les jeunes ce qui un autre enseignement de ce sondage."