Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



En France, l'islam devient la 1ère religion
JMJ à Madrid : 3 millions de jeunes ?

Le retour du pèlerinage de Notre-Dame de Boulogne

Relayé par la Voix du Nord, ce pélerinage (histoire) est un évènement majeur pour notre pays et la Chrétienté (Boulogne et l'histoire de France) remis en vigueur avec ses processions publiques grâce au nouveau curé de Boulogne (sa vie ici et à droite sur la photo ci-dessous). Notre-Dame de Boulogne, dite du grand retour, était priée pour le retour des prisonniers français pendant la seconde guerre mondiale :

NDB Ce soir à 20 h 30 et demain dès 10 h, une grande procession clôt cette semaine de manifestations dans le Boulonnais. Eloi Romba, prêtre de la paroisse et Marie-Thèrèse Dupont, coordinatrice de l'événement en rappellent les grandes lignes. 

> Depuis quand existe le pèlerinage ?

Marie-Thérèse Dupont : « Avec celui du Puy-en-Velay, le pèlerinage de Notre-Dame de Boulogne est le plus vieux de France. Il n'y a pas toujours eu de processions comme aujourd'hui : interrompues en 1905, au moment de la séparation de l'Église et de l'État, elles ont ensuite repris, avec un caractère plus historique et plus folklorique. Avant d'être de nouveau abandonnées pendant la Seconde guerre mondiale ».

> Qu'a t-on gardé du périple originel à pied ?

M-T. D. : « Certains fidèles viennent de Marquise et du Portel en marchant. Un groupe de jeunes de Calais et de St-Omer est aussi parti de Desvres hier. Ils ont fait escale pour la nuit à Alincthun afin d'arriver aujourd'hui à Boulogne et de faire partie de la procession demain ».

> Avez-vous choisi un thème ?

PER Éloi Romba : « Oui : "Avec Marie, faites des disciples". On ne prie pas pour Marie mais avec Marie. Parce qu'elle est un modèle de croyant et un modèle pour toutes les femmes. Parallèlement aux JMJ (Journées mondiale de la Jeunesse, ndlr) qui viennent de s'achever, c'est le moment de prendre conscience que l'on appartient à un même groupe. C'est aussi l'occasion de fêter le 20e anniversaire d'épiscopat de monseigneur Jean-Pierre Jaeger, évêque d'Arras, de Boulogne et de Saint-Omer. »

> Quelle teneur a aujourd'hui la procession, en fin de pèlerinage ?

M-T. D. : « On revient à des choses plus simples : il y a désormais peu de gens costumés et plus de priants. C'est une tradition que nous n'avons pas envie de perdre ».

> Quel est le but de ce moment particulier ?

E. R. : « En défilant dans la ville, nous voulons montrer que l'Église n'est pas fermée. L'Église n'est étrangère nulle part et nul n'est étranger dans l'Église. »

> Comment se déroule la procession de dimanche ?

E. R. : « La veille (samedi), la Vierge dite du Grand retour, arrive au port à 20 h 30. Le lendemain à 10 h 30, une messe à l'église St Nicolas est suivie d'une grande procession et d'une messe de clôture à la cathédrale Notre-Dame à 15 h30. »