Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



L'euro jette le doute sur le crédit de l'Allemagne elle-même
Un soldat français tué en Afghanistan

Vivre la solitude en chrétien sous l'exemple de saint Bruno

Guillaume d’Alançon, secrétaire de l'évêque du diocèse de Bayonne, a fondé une association de sauvegarde d'une ancienne chartreuse en Ardèche. Il vient de publier un ouvrage sur Saint Bruno, la solitude transfigurée. À l’heure ou des millions de Français souffrent de l’isolement, le message légué par saint Bruno, fondateur des Chartreux, lui qui choisit de vivre en solitude pour approfondir sa relation aux autres et à Dieu, est d’une étonnante actualité et peut être source de renouvellement pour ceux qui sont confrontés à l’isolement. Extrait :

S "Demeurer en solitude, c'est donc choisir la permanence d'un état de vie qui peu à peu éloigne l'homme des émotions passagères en le greffant sur l'Etre divin. En ce sens, la solitude devrait faire partie de toute vie.

Au début du IIIe millénaire, de nombreuses personnes portent douloureusement le fardeau de l'isolement : célibat non choisi, veuvage, vieillesse, instabilité affective accroissant le sentiment d'abandon ressenti lors d'une rupture, divorce ou séparation, jeunes délaissés par des parents séparés ou hyperactifs que le monde professionnel ou même des engagements ecclésiaux absorbent... Le monde actuel, avec sa frénésie de communication, semble renforcer le délaissement de certains, laissés-pour-compte de la technique et naufragés du coeur. Que faire ? Comment agir ? La voie choisie par Bruno et ses compagnons pourra aider à passer d'un isolement non choisi à une solitude choisie, non pour elle-même, mais vécue en Dieu qui sait mieux que l'homme ce qu'il lui faut. En tout cas, l'isolement est un mal ; l'adage bien connu "un chrétien isolé est un chrétien en danger" trouve tout son sens dans la perspective cartusienne. Le chartreux n'est pas isolé, c'est un être en communion. Outre le fait que son rythme quotidien est empreint d'une dimension communautaire, il expérimente dans l'offrande du saint sacrifice de la messe ainsi que dans le mystère de l'union à la misérocorde de Dieu, la communion avec l'Eternel et l'amour des hommes. Ainsi, toutes les souffrances vécues et offertes dans le secret de la cellule portent leur fruit pour l'humanité."

L'ouvrage, préfacé par Dom Dupont, père abbé de Solesmes, a reçu l'Imprimatur de Mgr Aillet.