Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Gender : la haine de la différence est celle des pervers, qui ne la supportent pas
Même les singes et les macaques rejettent les idéologues du gender

La planète tweet est informée avant tous les autres médias

De Tugdual Derville :

T "Les tweets, qui avaient acquis leurs lettres de noblesse en relayant la contestation iranienne, ont pris de vitesse l’ensemble de la sphère médiatique, dans le monde entier.  Twitter (prononcer comme "bière") est un système d’envoi de «  petites percées d’informations  » nommées tweets (prononcer comme "mite"). Tout se joue sur In­ternet, à partir d’un écran de téléphone portable ou d’ordinateur. Chaque tweet mesure 140 caractères de long (au maximum). Grosso modo la taille d’un ou deux versets d’Évangile. Ou bien trois alexandrins. Ces micro-messages obligent leurs rédacteurs à la concision. Et l’on joue à en dire le plus possible avec le moins de mots. Exercice de style où s’épanouit un genre littéraire plus sophistiqué qu’on ne l’aurait imaginé. Que ceux qui craignent une superficialité simplificatrice se rassurent  : à chaque message, peut être joint un lien sur Internet donnant accès à un texte, une photo, une vidéo… Du coup, il n’y a pas vraiment de limite. Un tweet, c’est déjà une information qui peut avoir du poids. Exemple en 60 caractères  : «  Borloo renonce à se présenter à l’élection présidentielle  !  » Il reste encore 80 signes pour un commentaire. Mais c’est aussi une porte ouverte sur l’infini  : un tweet peut donner le titre d’un livre, et, en cliquant sur le lien, orienter vers des centaines de pages et d’images.

Mais qui peut tweeter  ? Tout le monde. Il suffit d’ouvrir un compte avec ou sans pseudonyme. [...] Mais qui peut avoir accès aux tweets  ? Tout le monde. Il suffit de s’en déclarer «  follower  », c’est-à-dire suiveur. On peut suivre ses amis comme ses adversaires. Et personne ne peut nous l’interdire. C’est la différence entre Twitter et Facebook, où l’on se complaît volontiers entre soi. On trouve facilement les identifiants twitter grâce aux moteurs de recherche. On peut d’ailleurs parfaitement suivre «  passivement  » Twitter sans rédiger aucun tweet. 

En fonction de ceux que l’on décide de suivre, un flux, plus ou moins dense, de micro-messages va arriver. Chaque utilisateur élabore ainsi sa «  ligne  », personnalisée en fonction de ses centres d’intérêt et… de sa résistance à la saturation. Si l’on trouve un message reçu intéressant, on peut le retweeter d’un clic, avec ou sans ajouter son commentaire. Tous nos suiveurs le recevront à leur tour. Et c’est ainsi qu’en quelques clics, la planète tweet est informée avant tous les autres médias. Du coup, les journalistes sont omniprésents sur Twitter. C’est devenu la crête de la vague d’information, qui fourmille de mille débats à rebondissements. De plus, grâce aux mots-clés la recherche d’informations par Twitter est ultra-facile."

Commentaires

lulu

quels sont les diocèses présents sur twitter svp ?

Duma

"Chaque tweet mesure 140 caractères de long (au maximum). Grosso modo la taille d’un ou deux versets d’Évangile" : sans dénier l'intérêt de twitter, la limite de l'exercice est réelle (="de sa résistance à la saturation"), et d'autant plus pour ceux qui croient au bénéfice de la prière.
Je ne suis pas totalement certain que le Curé d'Ars ait twitté comme un fou jusqu'à saturation pour trouver de quoi nourrir ses orphelins, il a prié.
Facebook, Twitter et autres facéties modernes (qui se souvient de Myspace ?) dont il convient d'ascèse, chances (in ?)certaine d'évangélisation couteuse et risquée, à maitriser, mais comme tant d'autres choses après tout !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.