Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Enorme succès de la manifestation ce soir au Théâtre de la Ville
La valse des milliards

La République n'aime pas l'école à la maison

Bon reportage de TF1 :

Chaque année, près de 3000 enfants sont scolarisés à domicile. Les contrôles se multiplient et certaines familles se retrouvent face à la justice. Georges Fenech, patron de la Milivudes, et connu pour son activisme contre l'école à la maison, est encore impliqué dans la persécution des parents.

Commentaires

C.B.

Fin du commentaire de TFI "devront dire si Léo est en danger dans sa famille": et qui est habilité à dire si un enfant est en danger dans l'école de la République?
Bien du foin pour 3000 enfants scolarisés à domicile (pour combien dans une école publique? combien dans une école privée? combien dans une école coranique?), dont combien sont en risque d'être soumis à des dérives sectaires (il y en a certainement, mais l'exemple de Thabita's Place comme "école à la maison" donnait, plutôt qu'une illustration de l'école à la maison, un peu l'impression des écoles sauvages des protestants peu après l'abolition de l'édit de Nantes)?

Avoc

Le totalitarisme a toujours voulu contrôler les enfants dès leur plus jeune âge. C'est le cas en France !

Par ailleurs, on ne parle jamais des enfants qui sont en danger à cause de l'école publique !!!

On ne va jamais chercher la responsabilité de cette école publique qui génère tant de suicides d'enfants, tant de toxico, tant d'enfants sans repères moraux, etc...

Geoffroy

Pour avoir passé 15 ans ds le public, je pense que le pb des sectes y est plus prégnant que dans les familles !!!! Depuis quand la république s'arroge-t-elle le droit de propriétés des coeurs et des âmes ???

Aveu de son échec cinglant, prise dans ses propres contradictions : le legislateur autorise l'école à la maison, et l'eduction nationale s'en méfie... très révélateur d'un système contradictoire, qui n'agit pas pour le bien d'autrui mais pour sa propre survie ;

quand au niveau supposé moins bons des enfants scolarisés chez eux, quand on voit ce qui arrive en 6ième, l'éducation nationale ferait mieux de balayer devant sa porte et de se mettre au travail.

ffcscnbqn

Une proportion très importante des familles qui se "lancent" dans "l'école à la maison" le fait justement pour offrir à ses enfants un niveau de culture et de connaissances que n'offre plus l'école de la République, et leur donner de ce fait une liberté de pensée par rapport aux poncifs imposés dans les programmes d'histoire-géo, de SVT, de littérature ... soigneusement choisis par l'EN pour embrigader les jeunes consciences, terrain de propagande choisi pour la dictature libérale ! Oui, ces enfants étudient et leur programme est le plus souvent structuré, exigeant ... Mais il n'est pas destiné à former des esprits malléables mais des esprits libres ... contrairement à ce que la rumeur publique aimerait laisser croire !

aude

c'est scandaleux!
il suffit de regarder les résultats de l'éducation dite nationale pour savoir que le système ne va pas : maitrise de l'orthographe déficiente, niveau calamiteux...Quand en parallèle on supprime l'histoire de France et on instaure un pass contraception, l'Etat prend complètement le pas sur les parents pour l'éducation de leurs enfants.
C'est donc du totalitarisme.
J'ai fait tout mon primaire chez mes parents, une assistante sociale est passée de temps à autre vérifier le niveau de notre enseignement. Ce genre de mesure devrait suffire pour éviter les dérives sectaires!

free

Sans parler de l'insécurité qui peut régner dans certaines écoles, racket, intimidation, et parfois même des viols...
Non le but rechercher est de soumettre les enfants au terrorisme intellectuel et à la pensée unique.

Rom Dyli

Savez vous qu'en Allemagne, l'école à la maison est interdite depuis... Aldolf Hitler!
MAis bien sûr, notre chère et très précieuse éducation dite nationale n'a rien à voir avec ca!

btk

un etudiant qui a ete scolarise a la maison n'a generalement aucun probleme d'insertion a l'Universite... son niveau est meme meilleur que celui de la 'laique', qui n'est pas le meilleur exemple de sociabilisation... de 'socialisme' surement...
et n'en deplaise au bon monsieur, l'enfant appartient a ses parents et non pas a une societe deliquescente

btk

Une loi actuellement en cours de vote au Parlement (loi dite « de simplification du droit et allègement des démarches administratives »), vient de faire l’objet d’un amendement « présenté par M. Vuilque et les membres du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche ». Cet amendement, lui aussi « primaire », est ainsi rédigé :

« Les membres de la Miviludes ne peuvent être recherchés, arrêtés, détenus ou jugés en raison des opinions qu’ils émettent dans le rapport annuel remis au Premier ministre dans l’exercice de leurs fonctions ».
Cet amendement vient d’être voté ! On s’achemine lentement vers un vote définitif si le Sénat et l’Assemblée nationale s’accordent sur ce texte, ce qui ne semble faire aucun doute.

lu sur Coordination des Associations et des Pariculiers sur la Liberte de Conscience

kro

Je rêve de faire l'école à la maison pour mes enfants, le jour où j'en aurais. Mais je crois qu'il vaut mieux accepter les contrôles des "services" sociaux et de l'académie, cela évite les soucis quand-même.

chouan 12

J'ajouterai, c'est peut-être hors sujet, mais le catéchisme à la maison est bien souvent mieux fait qu'au caté, du moins les enfants connaissent-ils leurs prières et en règle générale sont tous les dimanches à la messe! Je sais de quoi je parle car j'ai fait le catéchisme pendant 20 ans dans une classe de 4° dans un collège privé et nous étions à l'époque déjà (1971-1991) obligés de leur réexpliquer le Ba Ba, n'en déplaise les ames bienpensantes en général dames patronesses appointées par l'évêché et qui prétendent avoir fait une éducation religieuse hors pair alors que les églises sont vides d'enfants et de jeunes. Dieu merci heureusement paraît-il qu'il y a un renouveau, mais ce n'est pas dans notre diocèse!
Quant à l'enseignement, il est clair que les écoles hors contrat forment des hommes dignes de ce nom et pour cotoyer un certain nombre d'anciens élèves de ces écoles et qui d'ailleurs n'ont pas forcément dépassé le niveau du BEPC, ils ont une structure psychologique, humaine et religieuse hors pair. Ce qu'on ne retrouve pas forcément dans l'enseignement privé sous contrat, il est vrai à sa décharge qu'il n' a pas forcément aujourd'hui la totale maîtrise du recrutement des maîtres et que certains sont plus attirés par une "bonne place" que par le désir d'apporter une éducation psychologique humaine et religieuse.
Il est clair que la proposition d'Anne Coffinier est de loin la meilleure.

MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS

J'ai vu ce reportage. Il était intéressant. Incomplet et incorrect au regard des règles de la déontologie du journaliste de télévision, mais il était potable. Le vrai problème est que l'ETAT se mêle de l'éducation au-delà de l'instruction alors que ces deux missions ne sont absolument pas "régaliennes". Si l'Etat ne se mêle plus de l'enseignement sauf pour attribuer des diplômes d'Etat aux candidats libres, le problème est réglé. Or cette hypothèse est restée taboue !...

Avoc

Je voulais ajouter ce point:

Monsieur FENECH oublie un point fondamental : si nos enfants ne nous appartiennent pas, nous en sommes responsables.

Cela veut dire que nous devons répondre de leur éducation devant Dieu, devant nos enfants et devant les hommes.

Or, si -par exemple- nos enfants "touchent" à la drogue dans un établissement scolaire, ce sont nous les parents qui seront appelés devant le Juge pour répondre, à côté de l'enfant (sans compter les conséquences éducatives par rapport à nos enfants). Ni le Directeur de l'établissement scolaire, ni l'Education Nationale, ni Monsieur FENECH, ne seront là, à nos côtés pour endosser la responsabilité du manque de surveillance de l'établissement scolaire en cause !!!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.