Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Le logo des JMJ 2013 à Rio au Brésil
Vladimir Poutine s'engage à protéger les chrétiens persécutés

Martine Billard veut faire interdire les manifestations pour la vie

Aujourd'hui, l'avortement a été discuté à l'Assemblée nationale, lors des questions au gouvernement :

B"Mme Martine Billard [Parti de Gauche, Très Insuffisant]. Ma question s’adresse à M. le ministre de la santé et porte sur les menaces qui pèsent actuellement dans notre pays quant à la permanence, sur l’ensemble du territoire, d’un accès pour toutes les femmes aux centres d’IVG. La loi Bachelot « Hôpital, patients, santé, territoire » a mis en œuvre une politique de démantèlement du service public hospitalier, avec le développement de la tarification à l’activité et la convergence tarifaire public-privé. [...] Votre politique de fermeture des hôpitaux et maternités de proximité accentue la désertification sanitaire de nos territoires. [...] Conséquence de la T2A, les gestionnaires d’hôpitaux considèrent que l’acte d’IVG, même facturé à 300 euros, n’est pas assez rémunéré. Aussi, en dix ans, 179 centres d’IVG ont disparu et les délais d’attente sont maintenant de plusieurs mois.

C’est grâce à la mobilisation d’un collectif local et d’associations des droits des femmes que le CIVG de Tenon, dans le XXe arrondissement de Paris, a été rouvert. Le droit à l’avortement, reconnu en France avec la loi Veil de 1975, a été une étape importante de la conquête des droits des femmes. Cependant, ces droits, et notamment le droit à l’IVG, ne sont jamais totalement acquis [en fait, ils ne le seront jamais... NDMJ]. Nous le voyons ces jours-ci en Espagne, où vos amis politiques, sitôt revenus au gouvernement, s’empressent de remettre en cause la loi votée en 2010.

Alors que la candidate du Front national a annoncé vouloir mettre fin au remboursement de l’IVG, pourquoi le Gouvernement n’applique-t-il pas la loi Neiertz de 1993 contre les groupes de catholiques intégristes ? Par cinq fois, depuis septembre 2011, ils se sont rendus coupables d’entrave à l’IVG à l’hôpital Tenon de Paris, cherchant, par l’intimidation, à culpabiliser les femmes et à faire pression sur les équipes soignantes."

Sic : il s'agit des prières publiques organisées par SOS Tout-Petits, au milieu des crachats et des insultes.

Martine Billard poursuit :

"Pour garantir le droit à l’IVG, il faut, contrairement à la situation actuelle, au minimum un centre par département et dans chaque hôpital public, ainsi que la prise en charge à 100 %. C’est ce que proposent le Front de gauche et son candidat Jean-Luc Mélenchon."

Mme Nora Berra, secrétaire d’État chargée de la santé, a répondu :

B"Madame Billard, je suis, comme vous, très attachée à l’accès à l’IVG pour les femmes qui en ont le désir. D’ailleurs, chacun sait ici que nous devons cet acquis fondamental à une femme, Simone Veil… [...] L’accès à l’IVG reste une préoccupation constante du Gouvernement. Je veux d’ailleurs vous rappeler qu’en 2010 le rapport de l’IGAS avait conclu aux effets pertinents de la politique volontariste du Gouvernement pour réduire les inégalités d’accès à l’IVG. Le centre d’IVG de l’hôpital Tenon avait en effet été suspendu en 2010, pour des questions de réorganisation de l’offre de soins. Depuis, le schéma régional de l’organisation des soins a évolué et a décidé sa réouverture, effective dès 2011. [...] Si je suis, comme vous, très attachée à ce droit fondamental des femmes, l’IVG ne peut être pour elles une réponse contraceptive. (Applaudissements sur quelques bancs du groupe UMP. – « Bien sûr ! » sur les bancs du groupe SRC.) La question essentielle, celle qui est au cœur de la politique volontariste du Gouvernement, reste la prévention des grossesses non désirées. Cette politique est mise en œuvre, dans les projets régionaux de santé, par les agences régionales de santé dans les territoires. Pour le reste, ni l’agitation ni la provocation ne sauraient remettre en cause cet acquis majeur pour la condition des femmes."

Et nous continuerons à manifester pacifiquement -comme d'habitude- pour la vie.

Commentaires

david

si elle veut interdire la manifestation, qu'elle interdit aussi les grèves des riches (c'est un mal aussi)

c

Les propos de Mme Berra sont plus terribles encore que ceux de Mme Billard, car ils sont ceux d'un parti qui se dit de droite et modéré.
L'on ne peut qu'admirer encore plus le Dr Dor et ceux qui vont prier pacifiquement devant les avortoirs pour que des meurtres comme ceux décrits sur cette vidéo n'aient plus lieu (attention c'est choquant- elle existe en anglais, espagnol et polonais mais je ne crois pas en français)
http://www.youtube.com/user/ToBeBornFilm#p/c/AB6509CCD214588E/0/R_C-jBMOJaI

Michèle

Et la marche pour la Vie ? Elle n'en parle pas . Il est vrai que ça n'existe pas : vous avez vu quelque chose dans les media, vous?

Le Morvan Pierre

"les délais d’attente sont maintenant de plusieurs mois."

Cela voudrait dire qu'une femme devrait planifier son avortement avant de tomber enceinte!
Le ridicule ne tue plus depuis longtemps.

nemo

Merci au Salon beige de mettre en évidence l'union sacrée des partis sur l'avortement grace à cette question de gauche et la réponse de droite .
Avec la gauche nous nous rapprochons meme des "démocraties populaires" (de sinistre mémoire)puisque la marche pour la vie pourtant bien inoffensive et pacifique devrait etre interdite !!!

Fanch58

Bonjour,
ayant accompagné nombre de femmes en situation de décision à prendre d'avorter ou non, je peux témoigner que la pression sur ces femmes (interdite par la loi et sanctionnable!), est réelle: de la part de leur famille, et aussi de centres de planning familial et/ou de certains personnels médicaux (qui parfois n'hésitent pas à falsifier les dates de délais, et à encourager le voyage à l'étranger, quitte à aider à le financer !). Et je peux affirmer ici par expérience que la loi Veil n'est pas souvent utilisée aux fins prévues au départ, mais presque toujours comme moyen de contraception. QUAND DIRA-T-ON LA VERITE ? On ment officiellement ! Tant de femmes affirment qu'elles regrettent d'avoir avorté, qu'elles l'ont fait sous la pression, dans un moment de désarroi ! Qu'on se le dise !!!

lama12

Je ne me lasserai jamais de répéter que l'on nous a vendu la loi dite Veil, en 1975, comme une loi visant à dépénaliser l'avortement, de façon à préserver la santé des femmes et, que la décision d'avorter ne pouvait être prise qu'après des entretiens sérieux avec la future mère, y compris pour chercher d'autres solutions.

On en est loin !

Sancenay

Comme le soulignait Jeanne Smits dernièrement , il n'est permis d'exister politiquement que si l'on s'incline servilement devant les dogmes de la Religion du Progrès contre l'humanité et que l'on encense au passage ses grandes et vénérables prêtresses "de gauche", "de droite" et surtout de nulle part.

Au mieux est-on autorisé à se démarquer en faisant quelque opposition sur ce thème , mais seulement par intermitence et de préférence en période électorale.

Jean Theis

A force d'avorter, les femmes vont devenir stériles.

Alors à 45 ans, pour se donner un coup de jeune, elles se feront faire une fivette. A la première génération les bébés auront l'air tout à fait normaux, mais ce ne sera pas le cas pour leurs descendants. L'avenir préparé par ces folles sera un affreux désert.

dragasès

Claude Guéant a récemment déclaré que certaines civilisations étaient supérieures que d'autres...Il a raison mais la France d'aujourd'hui n'a pas de leçon à donner aux Pygmées...qui eux n'avortent pas à tour de bras!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.