Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Qui a dit ?
L’arrivée au pouvoir de la coalition rose-rouge-verte serait une catastrophe

A quand l'union des droites ?

Lu ici :

"La situation de la droite actuelle en France est assez affligeante. Alors que la gauche arrive à se soutenir tout en s’étripant, la droite au sens large devient peut-être un peu plus polie mais continue à refuser tout arrangement électoral. Nous savons que le véritable salut ne peut pas venir des urnes. Mais la situation actuelle semble nous conduire vers le pire, en livrant tout le pouvoir à la gauche, dans un véritable suicide collectif de droite.

Tous coupables
Il est de bon ton de reprocher à la droite parlementaire son ostracisme vis-à-vis du FN. Et ce reproche est certes tout à fait fondé
. Mais c’est oublier un peu vite que le FN aussi, de son côté, ne manque pas de mettre de l’huile sur le feu : c’est Jean-Marie Le Pen lui-même qui a refusé une alliance de fait aux élections régionales de 1998.

A tout péché miséricorde
Si tous sont coupables, qui fera le premier pas ?

Pour sortir de cette situation, il faudrait à la fois un grand sens de la justice et un grand sens du pardon. Sens de la justice, car chacun a des choses à reprocher à l’autre, même s’il semble que le FN a plus de choses à reprocher à la droite que l’inverse. Sens du pardon, pour ne pas ressasser indéfiniment les mêmes griefs, et arriver à une courtoisie constructive.

Et si cela ne se fait pas ?
Sans un minimum d’accord à droite, Sarkozy ne peut pas être élu, et les députés seront très majoritairement de gauche, surtout avec le nombre de triangulaires annoncées.
Et il n’est pas du tout certain que cela provoquera une véritable rupture à droite : qui peut raisonnablement penser que le FN pourra devenir majoritaire, même avec l’appui de certaines personnalités de droite ?
En tout cas, la gauche pourra casser beaucoup de choses en cinq ans, et il n’est pas sûr que ce sera réparable : qui osera revenir sur la régularisation ou la naturalisation des allogènes ?

Tout le monde y perdra
Le FN veut peut-être « punir » la droite en la faisant perdre. Mais le FN n’y gagnera rien, en tout cas pas à court terme, et sans doute pas à moyen terme non plus. En particulier, il risque de n’avoir quasiment aucun député. Si j’étais un électeur de Sarkozy, un de ces millions de braves gens qui ont un bon fond mais qui lisent trop le Figaro et pas assez Présent, quelle serait mon attitude si Marine n’appelle pas à voter Sarkozy le 6 mai ? Si Sarkozy gagne quand même, je me dirais que l’UMP a gagné tout seul, et qu’il peut bien continuer à gagner tout seul. En cas de duel FN – Gauche, il est probable que je ne me sentirais peu concerné. Si Sarkozy perd, je crierai vengeance ! C’est à cause de Marine que Sarkozy a perdu, je vais le faire payer au prix fort ! Jamais je ne voterai pour un candidat FN, qui joue le jeu de l’ennemi ! Donc pas (ou très peu) de députés FN.

Et quelle pourrait être au contraire mon attitude si Marine soutient Sarkozy ? Une attitude qui sera forcément marquée par une certaine reconnaissance. En cas de victoire, je saurais que cette victoire lui est due en partie, et donc je serais enclin à renvoyer un peu l’ascenseur. Finalement, « ces gens-là » ont un meilleur fond que ce que je pensais. Et si nous perdons, je n’aurais rien à reprocher au FN, je pourrais même me dire qu’avec un peu de chance une majorité « droite + FN » peut arriver au Parlement et gêner le pouvoir socialiste, donc tout n’est pas perdu.

Et donc ?
Mélenchon n’a demandé aucune contrepartie au PS pour donner son soutien, mais il sait qu’il aura quand même une contrepartie. Il faut que Marine ait encore plus de courage et de sens de la France : pour éviter cinq années de malheurs à notre pays, elle doit soutenir Sarkozy. Même unilatéralement. Même avec toutes les réticences oratoires possibles. Elle doit le faire, et non pas laisser chaque électeur le faire « en conscience ». Elle doit le faire en tant que chef, sinon elle n’en retirera rien pour elle ni pour le Front en tant que tel. En le faisant, elle aidera sans doute un peu Sarkozy, mais surtout elle parachèvera son travail de dédiabolisation. C’est le seul moyen pour le FN d’exploiter sa victoire du premier tour. Sans cela, le FN n’aura pas de députés, il ne pèsera sur rien, et ses électeurs finiront par se lasser d’un parti avec lequel on n’arrive à rien. Il faut des députés FN. Il faut que le FN joue un rôle. Sinon le score du premier tour n’aura pas eu de suite concrète. Et l’ensemble « naturalisations + droit de vote aux étrangers » diluera mécaniquement le vote FN.

"Une France à droite, totalement dirigée par la gauche", cela peut mener à la même chose qu' "une France catholique menée par des anticléricaux" entre 1880 et 1914... avec les résultats que l'on sait..."

Commentaires

Richard

Ce qui est dit est la sagesse même.C'est le contraire des réactions épidermiques.

RL

Ce serait l'idéal. Mais elle essaie de dépasser le clivage droite/gauche. Choisir la droite serait se contredire. Espérons qu'elle aura la sagesse et l'humilité de le faire.

Vince

" Mais c’est oublier un peu vite que le FN aussi, de son côté, ne manque pas de mettre de l’huile sur le feu : c’est Jean-Marie Le Pen lui-même qui a refusé une alliance de fait aux élections régionales de 1998."

Elle est bien bonne celle là.
Il me semble qu'on a la mémoire bien courte pour un contrerévolutionnaire ou prétendu tel....

Je rappelle par exemple qu'en Provence, après le premier tour du 15 mars 1998 l'alliance RPR-UDF ( 25,97%) a laissé élire la " gauche plurielle (30,51%) par refus de s'allier au FN (26,52%).

Concernant d'autres régions, l'article de Wikipédia consacré au sujet est assez édifiant:

" En Franche-Comté, Jean-François Humbert (UDF) élu, sans son accord, avec l'appoint des voix du FN, démissionne immédiatement et est réélu avec les voix de la gauche4. Comme Marc Censi en Midi-Pyrénées, plusieurs leaders de droite élus Président avec l'appoint des conseillers régionaux FN s'y refusent et démissionnent aussitôt.
En Rhône-Alpes, la confusion est grande, une partie des élus UDF se désolidarise du président Charles Millon. Son élection sera invalidée par le Conseil d'état et Anne-Marie Comparini (UDF) sera élue présidente en 1999 avec les voix de la gauche et des élus de droite réfractaires à l'alliance avec le FN"

Et ce serait donc Jean-Marie Le Pen qui refusé les alliances en 98 ?

Comme certains voudraient nous faire gober que c'est Marine Le Pen qui la refuse aujourd'hui en refusant un blanc-seing à Sarkozy qui ne veut pas d'accord aux législatives, seul moyen pourtant de neutraliser un éventuel président Hollande ?

Va falloir qu'on m'explique cette subtilité là.

[[L'affaire avait été révélée ici et JMLP n'est pas exempt de tout reproche :
http://www.les4verites.com/les4verites/lesnumeros/4verites282.htm#6
MJ]

christian83

Voilà une bien analyse de la situation !
Et même " à reculons " j'irai voter Sarkozy
pour le bien de la droite et surtout de la
France. Ne recommençons pas les mêmes erreurs
que par le passé !

clovis

Argumentation très convaincante. J'espère que Marine Le Pen suivra ce conseil plein de sagesse, en y mettant tous les bémols qui s'imposent et que son talent ne manquera pas de lui inspirer. Attendons son discours du 1er Mai!

Il faut néanmoins ne pas oublier qu'elle ferait ainsi un "sacrifice" énorme, car en face (à l'ump), les NKH, Juppé et consorts en sont encore au "cordon sanitaire"! Ces bobos sont vraiment exécrables! Ils pensent à leur petite carrière et pas à la France.

P.G

Ce texte qui se veut une analyse politique, ne parle pas de l'essentiel, les idées, et ne traite le second tour que sous l'angle d'un partage de la soupe élective. De plus, il véhicule un mensonge énorme, que la simple lecture de Wikipedia permet de corriger. 2 points :

1/ Gross Propaganda UMP sur un point : dire que c'est le FN qui en 1998 a refusé toute alliance avec la droite est une contrevérité totale.
Ce sont les états-majors du RPR-UDF qui dans 4 régions dont les présidents avaient été élus contre la gauche avec le soutien du FN ont sommé les 4 présidents élus avec les voix FN de démissionner, sous la pression de la gauche ; ceux qui ont résisté à cette injonction suicidaire ont été exclus, C. MILLON ayant été débarqué par son groupe d'élus par une ''révolte'' manigancée de Paris.
Le FN, et B. GOLLNISCH pourrait en témoigner pour LYON et Rhône-Alpes, a été un soutien loyal, rejeté par la droite classique.
Donc nul refus, bien au contraire : les responsables de cet échec furent JUPPE entre autres et Chirac.

[L'affaire avait été révélée ici et JMLP n'est pas exempt de tout reproche :
http://www.les4verites.com/les4verites/lesnumeros/4verites282.htm#6
MJ]

2/ : Il est extraordinaire de lire ce type d'analyse de stratégie théorique, car cet article ne tient nullement compte d'un fait majeur : les idées.
Le FN et l'UMP n'ont aucun points communs sur l'EUROPE et sur ce qu'on nomme les valeurs morales traditionnelle (PNN) : arranger et supputer des alliances pour se partager des mandats est une ineptie politique. Le FN n'est pas le parti radical-socialiste, et ce serait adopter un comportement politicien que de se livrer à ces jeux d'appareil, SANS un accord programmatique clair.
Car à quoi sert d'avoir une majorité de non gauche, si sur la plupart des sujets, des députés FN élus par des désistements UMP devaient constater à l'Assemblée Nationale que la gauche et la majeure partie de l'UMP votent ensemble, comme sur l'avortement en 1974, et sur les traités européens depuis.
Ce serait trahir le mandat moral reçu des électeurs, et se condamner à disparaître électoralement ensuite : un jeu de dupes.

Ce texte est un tissu de contre vérités approximatives, ne serait-ce que de dire que le FN est tenu de renier son programme et ses idées, ce sur quoi 6,5 M. de Français votent, malgré diffamations, pressions, blocage des financements électoraux par les banques, etc....
En laissant les électeurs libres, M LE PEN ne prendra pas la responsabilité de voir N. SARKOZY battu : c'est à lui de convaincre maintenant les Français, faute d'avoir convaincu avant.
Ce ne sont pas des danses du ventre quand il est bien tard, mais une proposition de ''programme commun'' qui auraient permis un accord, avec une loi électorale juste.
Ce que ce texte demande est un suicide du FN pour calmer les angoisses de la droite nationale catholique bourgeoise, celle qui méprise le FN, ne s'engage jamais en politique et n'a comme seule ligne de conduite que de soupeser des intérêts matériels plus que des idées. Rien dans ce texte ne parle d'idées. Que de la combinazione d'états-majors. Ce n'est pas sérieux ni crédible.
Ceci sans entrer dans le détail des supputations sur les résultats électoraux et les sentiments des électeurs, que personne ne peut infirmer ou confirmer avec certitude : la crise de l'Euro et les drames qu'elle va susciter en France vont modifier toutes les données à moyen terme.

majacquet

L'Union des droites ?

Certainement pas avec les appareils politiques
UMP, (MODEM) etc....ni aucun de leurs cadres !
Ca conduirait à un fiasco total.
Ces gens là auraient dû réagir il y a déjà bien longtemps et ils ne l'ont pas fait.
Ceci prouve que ce sont des gamellards et qu'ils n'ont aucune fiabilité.
Ils sont à éradiquer.

Claude

Ces commentaires sont très sensés... MLP doit , si elle aime la France comme elle le dit,doit tout faire pour empêcher l'élection de Hollande et donc inviter ses électeurs, dont je fais partie, à voter pour Sarkosy le 6mai. Il n'y a pas d'autre choix possible: tout est dit dans ce commentaire!

Cril17

Voici une réflexion extraite d'un site de référence qu'il me semble intéressant de verser au débat en cours :

http://ripostelaique.com/hollande-president-un-cauchemar-oui-mais-un-cauchemar-necessaire.html

" .../...
Mais je crois, je sens, je sais, que la France est une nation au-dessus des nations, et qu’elle a vocation à l’éternité. Oui, l’éternité ! Que voulez-vous, c’est mon côté réac
.../... "

C.C.

Ce n'est pas cinq années de malheur, c'est bien plus: une fois que les étrangers auront le droit de vote, la gauche sera majoritaire, pour un bon moment... quant aux lois comme l'euthanasie et le "mariage" gay, comment y revenir? ce sera long et difficile:déjà, tant d'années à se battre contre l'avortement! mais quand de telles lois se multiplient, la conscience des gens en est affectée, le combat de plus en plus difficile... pas d'illusion: ce ne sera pas cinq années de malheur. ce sera (le début de)la fin. Je doute que nous nous en sortions...

Bainville

A pleurer
C'est sans doute de la faute du FN s'il a été placé sur la liste de proscription par le Bnai Brith en 1986, à cause de son opposition à la dissolution de la nation,de la famille et de la morale naturelle.

Le suicide politique de l'UMP téléguidée ne peut être imputé qu'à sa servilité aux puissances occultes mais bien réelles, n'en déplaise aux angéliques fourvoyés.

HV

Excellente analyse: l'interdit gaucho-chiraquien a l'addition des droites repose sur un tabou plus psychologique que programmatique, et ce que recommande cet article peut contribuer a le faire tomber.

Chacun percoit bien que l'on est dans un de ces moments paroxystiques (comme 1998) d'ou l'interdit sortira soit affaibli, soit renforce pour une decennie. Que Mme Le Pen ne s'y trompe pas: l'histoire repasse parfois les plats, mais a intervalles longs.

Mme Le Pen a tout a gagner a rappeler sa defiance a l'egard de M. Sarkozy, mais a appeler neanmoins, par exemple, "a battre le candidat du droit de vote pour les etrangers".

Bernard S

"c’est Jean-Marie Le Pen lui-même qui a refusé une alliance de fait aux élections régionales de 1998." Ah bon ? J'ai plutôt le souvenir de présidents élus à la tête de conseils régionaux avec les voix FN et contraints de se démettre ! (Rhône-Alpes, Centre...)

[Lire ici :
"Yves-Marie Adeline a été directeur de cabinet de Jean Arthuis, président CDS du conseil général de la Mayenne, puis conseiller de Jean-Marie Le Chevallier, maire Front national de Toulon. Il relate son expérience dans un ouvrage dont le titre, « La droite où l'on n'arrive jamais... »*, résume à merveille le mal qui frappe cette partie de l'opinion, privée depuis trop longtemps d'une représentation politique digne d'elle et de ce fait écartée d'un pouvoir que sa situation majoritaire dans le pays devrait lui assurer.
Pour tout dire,Yves-Marie Adeline, qui est royaliste, considère que la France vit sous un régime qui n'a pas fondamentalement changé depuis la révolution de 1789 et qu'il ne sert pas à grand chose « d'accéder momentanément aux commandes d'un régime qui, dans ses fondations mêmes, est de gauche, et qui dans son fonctionnement, dans l'expression quotidienne et l'enseignement de ses valeurs, reste de gauche ». C'est d'ailleurs parce qu'il n'appartenait ni au CDS ni au FN qu'Adeline a pu, tout en semant loyalement Arthuis puis Le Chevallier, garder vis-à-vis des événements, une distance qui donne autant de force à son témoignage et à ses analyses.
Mais le plus intéressant de son livre est dans les révélations qu'il livre sur ce qu'il faut bien appeler le tournant historique de1998.

Cette année-là ont lieu les élections régionales. La gauche est minoritaire partout, sauf en Limousin. Et pourtant elle va s'emparer de nombreuses régions, parce que la droite va lui en faire cadeau. Le lendemain de ce dimanche électoral, le téléphone sonne dans le bureau de Le Chevallier. C'est Alain Madelin.
Les deux hommes se connaissent bien depuis les cabinets ministériels du temps de Giscard.
« Madelin se désole de voir s'écrouler tout l'édifice régional, et la gauche s'en tirer à si bon compte » et « propose un marché. Puisque le FN est majoritaire en Paca, il est normal qu'il en ait la présidence. Mais naturellement, le FN renvoie l'ascenseur au moins en Ile-de-France- » « C'est ce qu'il faut faire, évidemment, répond Le Chevallier. » Selon Madelin, la manœuvre n'est possible que si le candidat FN à la présidence de Paca n'est ni Le Pen, ni Mégret, trop marqués, mais Le Chevallier lui même. Il y a certes l'obstacle Léotard, bien décidé à offrir la région au socialiste Vauzelle, mais Madelin se fait fort de rallier à son point de vue un certain nombre d'élus UDF. Cela ne fait toutefois pas le compte. Il faut aussi des conseillers régionaux RPR. Un important personnage va alors « frapper à la plus haute porte », chez Chirac. « Au début, le Président n'était pas très chaud. Mais son interlocuteur lui fit valoir qu'avec Le Chevallier, ce n'était pas pareil, que ça n'aurait pas le même effet dans les médias.

Chirac s'est laissé convaincre, il a accepté de fermer les yeux, en donnant cette consigne : « Bon, d'accord. mais pas vu, pas pris, hein ! » Restait à convaincre Le Pen lui-même. Mais celui-ci est inflexible: « C'est moi ou rien. » On peut comprendre que pour un chef de parti, l'idée que d'autres que lui décident qui doit être candidat à un mandat important soit insupportable.
Mais Yves-Marie Adeline fait remarquer qu'après tout Le Pen, qui ne s'était pas présenté personnellement aux législatives de 1997, aurait pu accepter, en faisant valoir que « sa circonscription, c'était la France. » Et les conséquences eussent été immenses. « Car, avec cela, un président FN en Provence, élu avec les voix UDF-RPR, et des présidents UDF-RPR élus partout ailleurs avec les voix FN, il n'était plus possible à la gauche d'envoyer ses nervis aux quatre coins de France. Ce fut possible en Rhône-Alpes contre Charles Millon; mais si tout avait basculé ? » Et Adeline de conclure : « Comme d'habitude, l'histoire n'a pas repassé les plats. Bien au contraire: cette erreur stratégique, qui l'a conduit (Le Pen) à vouloir attendre encore, marque la fin de l'ascension du FN. Après cela, c'est la descente qui commence. » Alors, occasion manquée ou échec programmé dû à des désaccords fondamentaux sur la nature des réformes à accomplir dans le pays ? L'histoire le dira. "
http://www.les4verites.com/les4verites/lesnumeros/4verites282.htm#6
MJ]

Roro

Ca me semble au contraire une réaction très épidermique. 5 ans ce n'est rien, il faut voir bien plus loin.

Et à long terme, ce qui est sûr, c'est que se forcer à toujours choisir Charybde plutôt que Scylla est un petit jeu extrêmement dangeureux dont les générations futures pâtiront vertement. C'est condamner constamment tout espoir qu'une force alternative émerge un jour.

Mangouste

Oui, mais si les electeurs de MLP votent massivement pour Sarkozy malgres des consignes inverses, la droite pourra dire " vous voyez bien qu'il s'agit d'un vote contestataire et non d'un vote d'adhesion a un programme !". Et l'ump pourra continuer a faire sa politique de gauche, bien convaincue qu'elle n'a rien a craindre du FN, qu'il ne s'agit toujours que d'un feu de paille et que finalement ses electeurs ne veulent pas vraiment d'une vraie politique conforme aux PNN.

PK

C'est exactement ce que je disais : la poursuite du bien commun et la grandeur en politique consiste à s’asseoir sur sa morgue, sa vanité et son désir d'abaisser l'autre par la vengeance en présentant soi-même le geste qui réconciliera.

Et plus la personne est offensée et plus son geste sera noble et grand : le FN a une chance unique d'ouvrir un avenir différent.

On verra bien s'ils sont grands ou bien non (je ne vais pas encore parler de gamellards sinon PG va encore s'énerver...).

Bourbonnaise

Avons-nous vraiment besoin de consignes de vote ?
Je pensais qu'à partir de 18 ans, nous étions capables de décider…

agnelab

l'important est il de se conformer aux commentaires de presse (vote contestataire ou autre bêtise) ou d'essayer de bloquer le mal : sur le fond mariage homo, ivg, euthanasie, liberté religieuse et éducative, communautarisme, sécurité : les buts sont les mêmes. Il ne faut pas confondre l'essentiel : peser sur les orientations, et l'amour propre ; essayer de vivre dans la réalité. Si un candidat reprend nos orientations, soutenons le - sans trop d'illusion - en face de celui qui refuse ces orientations.

C.B.

Contrairement à d'autres, peut-être, les électeurs qui ont glissé dans leur enveloppe de vote un bulletin portant le nom de Marine Le Pen sont des adultes responsables qui savent chercher par eux-mêmes comment forger leur opinion; sans attendre une "consigne"!

Sobieski

Je toujours un grand mal de comprendre comment on peut considérer Mr Sarkozy comme un homme de droite.

Pour ma part je dirai qu'en France il y a beaucoup des gens de droite mais bizzarement pas une vrai partie.

Mr Sarkozy est contaminé, polloué par "l'idées progressistes" venant de la gauche mondialiste.Il "se dit" d'être de droite.Pour moi il est plein de condradictions.Et ce très grave comme on est Prèsidant.

Quelqu'un voudrait bien de m'expliquer qu'est ce que un homme de droite (en France)? quelques noms?

piques-à-sots

Brassens ,qui avait autant de bon sens que de talent disait dans une de ses merveilleuses chansons ...." ne pas refuser le médicament ,sous prétexte ,que l'inventeur est allemand "...cela vaut pour chacun à droite dans cette élection et tant pis si le breuvage est amer pour les gorges ...rougeoyantes !!

Sancenay

bonnes questions de Sobieski .

Diogène peut revenir avec sa lanterne , il semble qu'il pourrait avoir bien du mal à en trouver en traversant une jungles peuplées d'espèces bizarres: relativistes, consuméristes, mamonistes, nombrilistes, et surtout girouettistes, ce qu'un ancien président résumait ainsi: "des gens pressés d'exister".

P.G

@ Michel JANVA
Je révise un chiffe ; ce ne sont pas 5 autres présidents de région RPR-UDF que le FN aida à faire élire contre la gauche, mais 7, tous condamnés par Paris et désavoués et démissionnant, sauf 2, définitivement marginalisés ensuite, Blanc et SOISSON.
Alors le complot de Le Pen contre Chirac, ou du méchant FN faisant battre le bon RPR, est-ce crédible ?
Sarkozy a repris ce air connu : laissons le chanter sans en reprendre la chanson.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.