Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Un instituteur pédophile remis en liberté
L'Union Européenne finance l'assassinat des enfants dans les pays pauvres

Alerte de monseigneur Cattenoz : "Principes non négociables"

Très beau message de monseigneur Cattenoz à destination des catholiques de son diocèse. Particulièrement fouillé et argumenté, il développe les trois points non négociables donnés par Benoît XVI et en ajoute un quatrième, propre à la situation de la France et en rapport direct avec les échéances électorales. Il porte sur la crise actuelle qui n'est pas d'abord économique, mais qui "touche le cœur même de l’homme et de la société".

Un texte profond et très riche à méditer dans son intégralité.

Ctn"En cette période de crise, et à la veille des élections présidentielles et législatives, je me réjouis des germes d’espérance présents dans les nombreuses propositions énoncées par les programmes des divers candidats. Mais, en même temps, je suis consterné par des déclarations qui portent en elles les germes d’une culture de mort pour notre société.

Certes, comme archevêque d’Avignon, je n’ai pas à prendre position pour l’un ou l’autre des candidats. De même, en intervenant, je n’entends nullement porter atteinte à la liberté politique des catholiques du Vaucluse. Je voudrais seulement les alerter, et alerter tous les hommes de bonne volonté, sur plusieurs points de la campagne électorale qui portent sur des « principes non négociables » pour l’avenir de notre société (Cf. Benoit XVI, discours aux participants au Congrès du Parti populaire européen, 30 mars 2006).
Nous vivons une crise économique grave et nous ne pouvons pas ne pas entendre le cri de tous ceux qui en sont les victimes : les chômeurs, les habitants des banlieues, les retraités et tous ceux dont le pouvoir d’achat stagne ou recule. Personne n’est capable de prédire ce que nous vivrons à l’échéance d’un an ou même de quelques mois : connaîtrons-nous la situation dramatique de la Grèce ou verrons-nous s’éloigner le spectre d’un nouveau crack boursier avec l’effondrement d’un système économique devenu fou ?
En même temps, comment fermer les yeux sur l’égoïsme qui est le nôtre dans nos pays du nord ? Nous vivons au-dessus de nos moyens et refusons de voir que cet égoïsme entraîne la dégradation de la situation des populations du sud. Une famine endémique continue à régner sur toute une partie du continent africain. L’augmentation du prix de la farine de blé et du riz a entraîné de nombreuses révoltes dans les capitales du tiers monde ces dernières années et la misère continue de faire son œuvre de mort dans de nombreux pays en nous laissant trop souvent indifférents.
Certes, notre monde traverse une crise économique grave dont nul n’entrevoit la fin, mais nous traversons une autre crise, plus grave encore : nous voyons triompher un relativisme absolu qui mine notre société de l’intérieur. Chacun peut penser ce qu’il veut, vivre ce qu’il veut, du moment que cela lui semble bon : il est libre de ses choix, il est LIBRE ! La tolérance est devenue le leitmotiv des lobbys qui sont les maîtres de notre société. Mais – pour reprendre le titre d’une pièce de Jan Fabre jouée au festival d’Avignon – « l’orgie de la tolérance » dans l’ordre de l’argent, de la consommation, du sexe et de la violence, aboutit à la décomposition de notre « vivre ensemble ».
Il y a des « principes non négociables » sans lesquels toute société court à sa ruine et l’histoire montre combien les fins de civilisations se répètent avec leurs lots de dépravations, de barbarie et de décomposition de l’homme dans sa dignité d’homme.
Le premier de ces « principes non négociables » est celui du respect de toute vie humaine, et spécialement celle des plus fragiles d’entre nous. « L’homme est homme de l’utérus au sépulcre », selon les termes de Léon Bloy, et il ne nous appartient pas de porter atteinte à une vie humaine commencée ou à une vie humaine qui touche à son terme ici-bas (...)

Le second de ces « principes non négociables » touche à l’éducation et particulièrement à l’éducation sexuelle et affective des jeunes, et à la responsabilité première des parents en cette matière. Or, parmi les déclarations des candidats, figure le projet de mise en place, dès le lendemain de l’élection présidentielle, d’un « forfait mineur contraception » garantissant l’anonymat et la qualité de la prise en charge pour une sécurité parfaite. Ce forfait repose sur un constat contestable : « Nous avons des jeunes filles mineures qui ne peuvent accéder à la contraception pour des raisons qui tiennent à la géographie, à des situations familiales, à des préventions psychologiques ». Il devrait être accompagné, au niveau des collèges et lycées, de séances d’éducation sexuelle, d’information des jeunes par rapport à ce qu’est la vie sexuelle et surtout la contraception. Enfin arrive la justification morale : « Nous devons faire en sorte que la liberté soit donnée avec la responsabilité : nous mettrons tous les moyens dans les établissements scolaires pour permettre aux jeunes d’avoir la sexualité qu’ils désirent sans les conséquences qu’ils ne désirent pas » (...)

Un troisième « principe non négociable » touche à la réalité humaine du couple et de la famille. Mais avant de l’aborder, je voudrais rappeler que je ne porte aucun jugement sur les personnes, car Dieu seul connaît le cœur de l’homme. Je veux seulement réfléchir sur le vrai bien de l’homme et de la société concernant la famille et le mariage.
Au nom de l’Évangile, je veux défendre la vie, l’évangile de la vie. Or je constate combien, en fragilisant la famille, les déclarations de plusieurs candidats portent atteinte au patrimoine de l’humanité. La famille est le sanctuaire de la vie, une réalité décisive et irremplaçable pour le bien commun des peuples. Elle est la cellule vitale et le pilier de toute vie en société. L’avenir de l’humanité passe par la famille. Elle est le centre névralgique de toute société, une école d’humanisation de l’homme où il peut grandir et devenir pleinement homme. La famille est le lieu privilégié et irremplaçable où l’homme apprend à recevoir et à donner l’amour qui seul donne sens à la vie. Elle est le lieu naturel de la conception, de la naissance, de la croissance et de l’éducation des enfants. Elle est le milieu naturel où l’homme peut naître dans la dignité, grandir et se développer de manière intégrale (...)

Enfin, un dernier « principe non négociable » : la crise que nous traversons n’est pas d’abord économique, mais elle touche le cœur même de l’homme et de la société. L’économie est au service de l’homme et non l’inverse. Le droit au travail, le droit à sa juste rémunération, l’accès aux soins, l’accès à la culture relèvent de la justice, mais ils ne trouveront leur juste place dans la société sans une prise de conscience des conséquences de l’individualisme et de l’égoïsme dans le cœur de l’homme. Les racines de notre société sont chrétiennes : toute vie en société est impossible si elle n’est pas fondée sur l’amour. Aujourd’hui encore, cette dimension essentielle de la vie de l’homme demeure indispensable pour construire notre monde.
Depuis trente ans, le droit consacre l’individualisme des droits. Le droit qui dicte et façonne les normes sociales, privilégie l’individu et la vie privée, il voudrait que les choix affectifs de chacun n’aient aucune conséquence sur les enfants et sur la vie civique, économique et sociale. Dans notre culture, la liberté de l’individu est exacerbée, comme si l’individu, sujet autonome, se suffisait à lui-même (...)

Autant de questions pour lesquelles nous attendons des réponses qui ne soient pas des promesses électorales trop souvent sans lendemain, mais des engagements clairement exprimés.
Où sont les priorités ? Sont-elles du côté de groupes de pression susceptibles d’apporter des voix le temps d’une élection, ou sont-elles vraiment au service de notre pays ?
À la veille de l’élection présidentielle et à la lumière de tout ce que j’entends, je ne peux qu’inviter les chrétiens et tous les hommes de bonne volonté à passer au crible de l’Evangile et de l’Evangile de la vie les propositions et les programmes avant de se déterminer dans leur choix (suite).
Si ce texte vous a convaincu, faites-le savoir aus candidats en signant notre lettre ouverte.

Commentaires

xenophon

On ne dit pas si cette formidable lettre a été portée à la connaissance des évêques lors de la conférence épiscopale des 24/25 Mars à Lourdes...

Courosse Gaël

Très très Percutant ! Clairvoyant ! Exprimé en quelques paragraphes tout l'enjeu de ces élections pour les chrétiens mais nous montre par là-même qu'aucun candidat ne répond au quart de ce que l'on attend d'eux. Cela nous laisse donc dans une posture très desagréable.

Frota

Enfin,au bout de 30 ans, nos pasteurs se réveillent enfin et osent enfin dire qu'on ne peut pas voter pour n'importe qui. Mieux vaut tard que jamais ...

AML

Oui, ce texte de Mgr Cattenoz est très clair, et j'y adhère totalement, mais je suis toujours sur ma faim concernant le candidat pour lequel voter ! A ce jour, je ne sais absolument pas pour lequel voter car aucun programme n'est satisfaisant. Alors, QUE FAIRE ? On nous dit de ne pas voter pour le "moindre mal" etc... OK , mais alors, ne pas voter ????? Où est la solution ????

[La seule chose que nous demande le Seigneur, c'est de faire le bien. Vous avez pour cela votre conscience, votre formation et votre discernement.
Maintenant, il s'agit d'un bulletin (ou pas) parmi des millions d'autres et d'un geste de votre part parmi des millions d'autres... Si chacun se donnait autant de mal de dsicernement pour chaque acte de la vie, nous vivrions dans un monde de saints ;-)
JL]

Koz

Deux observations, Jean.

Tout d'abord, dois-je comprendre que Mgr Cattenoz a ajouté un "principe non-négociable" sur la crise et la justice ?

Et ceci mis à part, je note aussi ce passage, dans la lettre de Mgr Cattenoz : "Mais il y a toute une pauvreté cachée et muette : les femmes seules avec des enfants, les personnes âgées oubliées de tous, les gens sans logement qui dorment dans leur voiture, mais aussi les étudiants sans argent, les immigrés clandestins, les victimes du surendettement provoqué par les offres d’achat sans limites de nos grandes surfaces, tous ceux qui ne comptent pas aux yeux de notre monde : tous ceux qui sont handicapés d’une manière ou d’une autre par rapport à notre société d’efficacité qui n’aime pas les icones de l’échec. Voilà les pauvres selon l’Evangile, ceux qui sont les privilégiés du Seigneur parce que le Royaume des Cieux leur est grand ouvert. Quel poids ont-ils face à tous nos puissants en tous genres ?"

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.