Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Pause sourire
L'UE cède sous la pression américaine

L'Eglise en Corée du sud : 600 baptêmes d'adultes dans une paroisse

Nouvelle réjouissante :

Cor2"Benoît XVI achèvera demain la septième année de son pontificat ; sept années qui sont associées, dans l’opinion courante, à un déclin général de l’Église. Mais cette opinion est fondée sur une vision limitée au christianisme du Vieux Continent, à cette Europe qui, en effet, subit les coups d’une sécularisation qui va croissant.
En effet, aussitôt que l’on élargit le champ visuel, la réalité qui apparaît est tout à fait différente. Au cours du siècle dernier, l’Église catholique a connu une phase d’expansion missionnaire qui est la plus extraordinaire de toute son histoire.

Au début du XXe siècle, les catholiques étaient moins de 2 millions en Afrique subsaharienne. Cent ans plus tard, ils y étaient 130 millions.
Même à l’échelle mondiale, le XXe siècle a été une période d’explosion numérique pour l’Église. Les catholiques étaient 266 millions au début du XXe siècle, ils sont 1,1 milliard cent ans plus tard. Leur nombre a donc été multiplié par quatre, c’est-à-dire davantage que l’augmentation de la population de la planète pendant la même période de temps.
Cette expansion ne manifeste aucun signe permettant de penser qu’elle va s’arrêter. Elle a commencé, au XIXe siècle, précisément au moment où, en Europe, l’Église catholique subissait les attaques d’une culture et de pouvoirs fortement hostiles au christianisme.

Aujourd’hui on a affaire à une situation comparable. L’Église catholique, en Europe, connaît des années de vaches maigres. Mais, dans d’autres régions du monde, c’est le contraire.
La Corée du Sud, par exemple, est un pays dans lequel le catholicisme progresse à un rythme stupéfiant. Et cela justement dans les couches les plus actives et les plus "modernes" de la population (...)

Cor1Le curé, le père Paul Kim Bo Rok, me disait : "Dans la paroisse, nous sommes deux prêtres et quatre religieuses, mais le véritable travail de mission et d’instruction religieuse, ce sont des laïcs qui le font, d’une part dans les huit cours de catéchèse, à des heures et pour des personnes différentes, et d’autre part dans les mouvements ecclésiaux qui sont très actifs, en particulier la Légion de Marie. Chaque année nous célébrons à la paroisse deux ou trois rites de baptême collectif d’adultes : à chaque fois il y a 200 ou 300 baptisés et parfois davantage, après environ un an de catéchuménat. Ce n’est pas beaucoup, mais nous ne pouvons pas donner plus de temps aux demandes tellement nombreuses d’instruction religieuse. La formation approfondie à la foi est donnée après le baptême et ce sont les mouvements ecclésiaux qui s’en chargent.

Devenir chrétien, cela signifie entrer dans un groupe dans lequel tu t’engages à fond, qui te donne des normes de comportement et d’engagement, qui te fait verser tes participations financières, qui te donne les prières à dire tous les jours. Quand on entre dans l’Église, on en accepte tout. C’est cela, l’esprit coréen : ou bien tu acceptes et alors tu t’engages ou bien tu n’acceptes pas et alors tu t’en vas".

Et le père Paul continue : "En Corée, la religion est une affaire sérieuse, qui constitue un engagement. Il est vrai qu’il y a le danger du formalisme, mais c’est toute la culture du peuple qui est organisée de cette manière. En fait, le christianisme est la principale force qui mise sur la conscience personnelle et sur la liberté de l’individu. Ce sont plutôt des dangers opposés au formalisme qui sont en train d’apparaître : le sécularisme et le matérialisme pratique, qui éloignent de l’esprit religieux.

Cor3 La Corée du Sud connaît un prodigieux développement économique, la pauvreté qui existait il y a trente ans a disparu : aujourd’hui nous sommes en train de passer à l’abondance et même à la richesse. Nous devons réagir par une formation chrétienne plus approfondie et plus personnelle. Nous sommes emportés par la vague de conversions, nous demandons au monde chrétien de nous apporter au moins l’aide de la prière".

Commentaires

clovis

Merci de nous donner cette information.

Je dirige une schola de chant grégorien dans ma paroisse et je connais plusieurs chefs de choeur en France qui sont Coréens ( oui Coréennes). Ce pays en effet nous donne des leçons de catholicisme.

Il en est de même du Vietnam où malgré de terribles persécutions les églises catholiques sont remplies, et les signes d'appartenance affichés dans les maisons au moyen de statues et effigies de saints bien visibles de la rue ou de la route.

Après les avoir évangélisés, voilà qu'ils nous évangélisent à leur tour. Acceptons cette situation avec humilité et ardeur!

Lilou

Devenir chrétien, cela signifie entrer dans un groupe dans lequel tu t’engages à fond, qui te donne des normes de comportement et d’engagement, qui te fait verser tes participations financières, qui te donne les prières à dire tous les jours. Quand on entre dans l’Église, on en accepte tout. C’est cela, l’esprit coréen : ou bien tu acceptes et alors tu t’engages ou bien tu n’acceptes pas et alors tu t’en vas".

J'ai 56 ans, français de souche et élevé dans la tradition catholique. Voilà ce qu'il me semble avoir été vécu dans ma prime enfance et adolescence. Voilà ce que je ne supporte plus.

Car, agissant ainsi, je ne suis pas convaincu que ce catholicisme soit dans le sillage du Christianisme voulu par le Christ : "Laissez les petits enfants venir à moi".

Mais là, va surgir la "théorie du moindre mal" par rapport à un régime totalitaire... (Et cette théorie est bien en question sur des sujets qui nous sont proches actuellement...)

Car dans ce que je lis, cette Eglise, me semble-t-il, se présente comme un régime totalitaire et non vecteur de retour à la vie authentiquement libre et menée de façon responsable telle que voulue par le Christ pour chacun de nous.

Enfin, c'est mon humble avis.

jejomau

je constate que les religieuses (et les religieux sûrement) ont conservé leur habit. Bref, ces pays respectent la discipline ecclésiastique

Jacques

Ces chiffres sont agréables a citer, mais en Pourcentages (%), que sont vraiment devenus les Catholiques dans le monde...?
C'est la vraie question. Autrement, nous ne regarderions pas la réalité en face.

[La réalité, ce sont des chiffres, un nombre d'âmes, de personnes... converties face à Dieu.
Le reste, c'est du calcul par rapport à la masse des hommes.
JL]

BERT

Qui c'est qui dit qu'il n'y a que des mauvaises nouvelles ?
Rendons grâces à Dieu pour ces pays non européens, mais aussi pour la vieille Europe que le Saint-Père ne cesse de rappeler à sa vocation. Il y a chez de nombreux jeunes (cf les JMJ entre autres)un grand idéal. Nos jeunes séminaristes et nos jeunes prêtres sont généralement remarquables et pleins de joie !
Deo Gratias !

Arthur

D'après une information lue quelque part (désolé pour l'absence de sources précises), se sont les "églises" protestantes et leurs adeptes qui sont les plus nombreux. Cependant, c'est bien dans la communauté catholique que la croissance est la plus forte. Les méthodes d'évangélisation protestantes sont réputées trop musclées. De plus, nos paroisses auraient beaucoup à apprendre de ces Chrétiens d'Asie: tous communient sur la langue, et les femmes se couvrent à l'église ...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.