Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Hollande élu grâce aux minorités ethniques
Mgr Christoph Schönborn convoqué à la Congrégation pour la doctrine de la foi

Le Big Bang n'est qu'une hypothèse qui doit être débattue

Jean-Marc Bonnet-Bidaud est astrophysicien au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), spécialiste de l'astronomie des hautes énergies et des étoiles en fin de vie. Il a co-dirigé la publication de l'ouvrage collectif Un autre cosmos ? dont l'idée centrale est d'inciter les chercheurs à se pencher sur des modèles cosmologiques alternatifs à celui du Big Bang. Il explique :

B"Enormément de questions se posent et nous avons sélectionné six aspects différents, pour lesquels le débat scientifique devrait être ouvert mais ne l'est pas. Le modèle du Big Bang, qui nous explique comment l'Univers s'est construit et a évolué, est basé sur des hypothèses très strictes et très restrictives. Nous avons essayé d'avoir une vision plus large en analysant ces hypothèses et en expliquant qu'il pouvait avoir d'autres façons que celle du modèle standard d'aborder ces six grands domaines. [...]

Plus largement, nous voulions mettre le doigt sur le fait que nous n'avons sans doute pas de théorie correcte de la gravitation. Même chose pour la théorie de la matière : le modèle standard de la physique des particules doit lui aussi être amélioré. On est donc condamné à un pari sur l’avenir. Tous ces bémols devraient conduire les cosmologistes à être plus prudents et modestes...

[...] Nous tenions à avoir l'avis de chercheurs respectés qui travaillaient dans le cadre du Big Bang, en leur demandant de se faire l'avocat du diable dans leurs domaines. Nous voulions aussi travailler de préférence avec des auteurs français. Mais l'un d'eux a trouvé intolérable que des scientifiques puissent contester le Big Bang et il a fait campagne auprès de certains autres, qui ont ensuite poliment décliné notre offre... [...] Mais, en tant que scientifique, je ne comprends pas qu'un tel débat puisse poser des problèmes ni qu'on veuille faire obstacle à tout ce qui peut scientifiquement alimenter une vision critique du discours dominant. [...]

Dans ce livre, vous "remerciez" les astrophysiciens et les cosmologistes qui vous ont traités par le mépris... En caricaturant, on a l'impression qu'il faut accepter le modèle dominant pour avoir le droit de faire de la cosmologie et d'entrer dans la caste. Qu'est-ce que cela nous dit sur le fonctionnement de la recherche ?

Cela nous dit quelque chose de pas très amusant. Il y a de nombreux cas dans l'histoire qui montrent que quand on s'accroche à une description, quand les pensées se figent et deviennent très peu perméables aux critiques, la science perd dix, vingt ans, voire des siècles. J'aimerais bien que la science bouge, que les débats s'instaurent, que les connaissances progressent, mais j'ai le sentiment personnel que cet aspect frigorifié ralentit l'avancée de la recherche. C'est peut-être lié à son économie : pour proposer un projet, il faut pratiquement que vous soyez sûr du résultat que vous allez trouver. Or ce n'est pas la démarche naturelle de la science : on devrait explorer et faire autant d'expériences pour invalider les concepts que pour les valider. Dans ce livre, nous voulions souligner à quel point notre conception de l'Univers est fragile. Le modèle du Big Bang nous sert de colonne vertébrale et je n'ai rien contre. Cette façon de penser l'Univers dans sa globalité et son évolution était un bon excitateur de neurones au départ. Mais cela fait sans doute vingt ou trente ans qu'on aurait dû s'apercevoir qu'on est sur une forme de fausse piste. Quand cela ne marche pas, il faut regarder ailleurs mais trop peu d'efforts sont faits dans cette direction. [...]"

Commentaires

senex

Du coté catholique,l'intoxication teihardienne se poursuit et peu d'efforts sont faits pour crier à l'absurdité des thèses matérialistes du trio infernal Freud, Marx,Darwin and Co(Le big bang n'étant qu'une excroissance du mythe évolutif) Ces thèses provoquent la mort des âmes d'enfants comme l'avortement tue les corps.Même combat pour la vie.Nous ne sommes pas enfants du Hasard, mais d'un Père très aimant.

Luc C

Faut faire attention, les apologistes chrétiens aiment bien le Big Bang (cher à cet prêtre qu'était Lemaître). Vouloir déboulonner le Big Bang c'est aussi s'attaquer à une vision trop créationniste (Et la lumière fut!)

Kral

Pour info : le big-bang a été inventé par un prêtre, l'abbé Lemaître...

St Ethoscope

Le big bang permet à ceux qui en "expliquent" la théorie de passer à la télé et d'avoir ainsi une aura médiatique inespérée par ailleurs.
On a déjà peine à croire à la théorie de la relativité lorsqu'on voit les multiples contorsions qu'il a fallu effectuer pour que des équations mathématiques collent au plus près d'une "réalité"... cela fait penser au sketch du costume de Fernand Reynaud.
Alors le big bang...
Mais c'est comme pour le réchauffement climatique. Il est interdit de ne pas penser comme on le dit dans les lucarnes cathodiques.

PK

Attention... Attention...

Le Big-Bang est une théorie et pour le moment, c'est ce qui colle le mieux à nos connaissances. Les vrais scientifiques, ceux qui cherchent, le savent bien et la gardent comme telle.

Dès qu'une théorie plus solide - collant encore mieux - émergera, elle la remplacera.

Il ne faut pas confondre ceux qui parlent et ceux qui savent. Il y a un joli poème à ce sujet : les 113.

Il y a ceux qui font quelque chose :
Ils sont trois qui font quelque chose.

Il y a ceux qui ne font rien :
Ils sont dix qui font des conférences
Sur ce que font les trois qui font quelque chose.

Il y a ceux qui croient faire quelque chose
Et ils sont cent qui font des conférences
Sur ce que disent les dix
De ce que font les trois qui font quelque chose.

Et il arrive que l’un des cent dix vienne expliquer
La manière de faire à l’un des trois qui font quelque chose.
Alors l’un des trois intérieurement s’exaspère et
Extérieurement sourit
Mais il se tait car il n’a pas l’habitude de la parole
D’ailleurs il a quelque chose à faire...

Sobieski

La théorie qui est devenu la vérité.
Et par là l'ideologie.

Dieu est impénétrable et cela rend beaucoup de scientifiques furieux.
Ils sont devenu doctrinaires.Les pauvres!

Exupéry

Il se trouve que je suis spécialiste de ces questions.
Le Big-bang est certainement la théorie cosmologique la mieux établie, et pour un catholique, il n'a rien de scandaleux. Pie XII avait sans doute raison d'y voir "comme le reflet de l'Acte créateur". C'est l'Abbé Lemaître - vanté par Dominique Lambert (univ. Namur) et le père Consolmagno (Obs. du Vatican)- qui fit tout pour que les catholiques ne s'émerveillent pas face au Big-bang.
Ce dernier exige pourtant des conditions si prodigieusement exceptionnelles ("fine tuning", principe anthropique) que vouloir y voir les conséquences d'un Acte créateur est légitimement défendu par des scientifiques chrétiens comme John Lennox (Pr math. à Oxford) dont je donne la citation suivante à l'attention des catholiques qui ignorent la cosmologie et mettent la théorie du Big-bang sur le même plan que l'imposture darwinienne (elle-même à ne pas confondre avec la notion d'évolution):
- « Ces 30 ou 40 dernières années, les physiciens et cosmologistes ont découvert de plus en plus d'éléments, qui prouvent que l'univers est très finement ajusté. En effet, pour avoir un univers comme le nôtre, dans lequel la vie fondée sur le carbone est possible, certains de ses fondements qui décident de sa nature – à savoir les constantes fondamentales – doivent être comprises dans des limites extrêmement précises,. C'est ce que nous appelons le réglage en finesse de l'univers. Par exemple, au début de l'univers [dès le Big-bang] – pour que puisse exister la chimie de l'univers telle que nous la connaissons [et donc la vie] – le rapport des forces entre électromagnétisme et gravitation dut être ajusté à 1 sur 10puissance40 près.
Pour donner une idée de la précision 1/10 puissance40, imaginez que nous recouvrons toute la Russie [> 17.000.000 km2] de petites pièces de monnaie, puis construisons des piles de pièces sur tout ce territoire, et ce jusqu'à une hauteur égale à la distance de la Lune [~ 380.000 km] ; puis maintenant, prenons un milliard de systèmes comme celui-ci, enfin peignons une seule pièce en rouge. [le volume atteint est alors de ~650 millions de fois celui de la Terre !]
Alors, bandons les yeux d'un ami et demandons lui de la trouver [en un seul essai]. La probabilité qu’il "tombe dessus" est de l’ordre de 1/10puissance40. C’est vraiment une infime probabilité.»
(Interview Glad You Asked, 1.2008)

C'est pourquoi le Big-bang irrite tant les athées. Par exemple Sean Carroll (Caltech), cosmologiste et athée militant, s'indigne des caractéristiques extravagantes exhibées par le Big-bang et son déploiement:
- « Ce scénario sous le poids de son aspect ANTINATUREL donne le vertige, mais néanmoins il arrive en tête bien avant les autres en s’accordant si bien avec les données expérimentales… Pour les cosmologistes et physiciens des années à venir, un défi majeur sera de comprendre si ces aspects apparemment RÉPUGNANTS de notre univers [car puant la finalité!] relèvent simplement de coïncidences surprenantes, ou bien, reflètent réellement la beauté d’une structure sous-jacente que nous ne comprenons pas actuellement. » (2001)
Un peu plus tard, cet univers trop bien ajusté l'énerve toujours autant au point qu'il intitule une conférence (auprès de la National Sc. Foundation en 2007) "Preposterous universe" [préposterous ~ grotesque !]

Aussi, les cosmologistes athées font tout pour essayer de banaliser le Big-bang. Ainsi procède le médiatique Brian Greene (Pr. Columbia Univ.):
- « La notion de Big-Bang oublie quelque chose de diablement important : "le Bang". Elle nous dit comment l'univers s’est développé après le "Bang", mais ne nous donne aucun aperçu de ce qui aurait produit "le Bang" lui-même [évidemment pas question de supposer l'action d'un Créateur!]. Or, cette lacune a été finalement remplie par [...] la cosmologie inflationnaire. Elle a identifié une sorte particulière de source énergétique qui produirait naturellement une brutale dilatation de l'espace. [...]
Mais le seul détail qui importe pour nous est que la source énergétique s'avère être si efficace qu'il est pratiquement impossible de l’épuiser [par le seul Big-bang], ce qui signifie que dans la théorie inflationnaire, le Big-bang provoquant notre univers n'est probablement pas un événement isolé. Au contraire, cette source énergétique [de l’inflation] a non seulement produit notre Big-Bang, mais d'autres Big-bangs innombrables, chacun donnant naissance à son propre univers séparé du nôtre [et ayant ses propres lois et caractéristiques nées du hasard] lequel n’est plus qu’une bulle faisant partie d’un grandiose "bain moussant cosmique" [formé d’une multitude] d'univers. » (TED Conference, 28.2.2012)

Et voila, cette critique d'UN Big-bang prodigieux conduit à une infinité d'univers (multivers) aux caractéristiques quelconques, ce qui fait que dans le lot, il devrait bien en exister un qui soit aussi extraordinaire que le nôtre, si prodigieusement adapté à le vie. On espère ainsi noyer les caractéristiques infiniment improbables de notre univers, dans une infinité d'univers purement hypothétiques.
Donc plus besoin d'évoquer l'hypothèse d'un Créateur pour expliquer cette œuvre d'art qu'est le Big-bang. CQFD !

Conclusion: se méfier des critiques du Big-bang (dont l'étude qu'en fait Georges SMOOT, prix Nobel, le conduisit pourtant à dire en 2003 : « Si vous êtes religieux, c’est comme voir le visage de Dieu. ») elles ont toutes les chances d'aller dans le sens inverse de celui souhaité par les croyants.

Richard

Le BIG-BANG est une plaisanterie du même genre que la théorie:" La Nature a horreur du Vide".

Bernard S

Et mon grand bol de soupe primitive ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.