Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Xavier Lemoine parle avec le FN et personne ne l'en empêchera
Le refus, par un candidat, des "points non-négociables" ne suffit pas pour conclure que, quoi qu'il arrive, "voter pour lui est un péché"

Le Magistère de l'Eglise catholique comparé à une charia

Certains lecteurs pourront être surpris de nombre important de personnalités ou associations catholiques dont le Salon Beige a relayé les appels à voter Nicolas Sarkozy ou contre François Hollande ou encore, dans une moindre mesure, à s'abstenir ou voter blanc. Cela correspond pourtant à une tendance réelle constatée depuis le 1er tour. Pourquoi, par souci d'objectivité, ne pas publier des appels à voter François Hollande ? Tout simplement parce qu'il est très difficile de trouver des personnalités qui choisissent cette option en affirmant pour cela leur foi catholique.  

C'est pourquoi je publie cette tribune de Francis Raugel, engagé au sein des Semaines sociales de France et du Mouvement chrétien des cadres et dirigeants et membre du PS dans laquelle il explique son soutien à François Hollande :

"Des déclarations récentes d’évêques appelant les catholiques à voter exclusivement [C'est faux, il n'y a aucune notion d'exclusivité, NDPC] en fonction de 3 critères "non négociables" (...), des textes diffusés sur les réseaux confessionnels ou sociaux faisant le panégyrique de l’action du Président actuel en matière de "défense des chrétiens", les appels au vote d’organisations confessionnelles sur ces mêmes critères …conduisent à poser la question suivante : Quelle est la conception des relations entre les catholiques et la société que portent ces personnes et organisations ? Sont-ils partisans de l’imposition d’une sorte de "charia" basée sur les valeurs anthropologiques catholiques au reste de la société, pourtant majoritairement non croyante ? [Qui a dit imposer ? Choisir un candidat en éclairant sa conscience en fonction de critères issus du Magistère n'est pas imposer, NDPC]  

Ils semblent oublier totalement un des enseignements fondamentaux du Concile Vatican II sur les rapports entre "droits de la Vérité" et "droits de la liberté". Le Concile en a largement débattu - notamment lors de la discussion du schéma sur la liberté religieuse (...). Et, in fine, il a massivement voté pour les droits de la liberté. Le fondement était que Dieu a fait l’homme libre : libre de le reconnaitre ou non, libre de pécher ou non, libre de l’aimer ou non. En conséquence nul ne peut, s’érigeant au-dessus de Dieu, imposer l’obligation d’appliquer "les droits de la Vérité".

Le Concile a donc refusé toute imposition d’une sorte de "charia" chrétienne à ceux qui ne se reconnaissent pas comme croyants. Cette leçon vaut pour aujourd’hui. Je voudrais aussi souligner que les propositions de François Hollande en matière anthropologiques ne constituent que des ouvertures de libertés respectant totalement les choix de chacun.

Mais, va-t-on me dire, les catholiques doivent-ils donc renoncer à faire prendre en compte les valeurs dont ils sont porteurs dans les choix politiques ? Le Concile et les Papes ont toujours lancé un appel très clair à l’engagement des chrétiens dans le dialogue avec la société mais un dialogue qui ne part pas de "points non négociables", qui ne cherche pas à imposer une "norme", un dialogue respectueux de l’autre, qui souhaite seulement faire partager des convictions parce qu’elles semblent un chemin de "mieux-vivre" pour tous."

Les lecteurs pourront constater à quel point le relativisme est un drame car il pousse des catholiques à penser que le Magistère est offert en option aux croyants...Francis Raugel n'a probablement jamais lu les encycliques et textes du bienheureux Pape Jean-Paul II, du cardinal Ratzinger ou de Benoit XVI sur l'engagement des catholiques en politique...

Mais chacun reste bien entendu libre de voter François Hollande dimanche....

Commentaires

Antoine Vaudey

Si Sarkozy est président, il sera moins l'élu des cathédrales qu'Hollande ne sera celui des mosquées en pareil cas.

cb

Cela dit, tous ces commentaires contradictoires relèvent un peu de la cacophonie; d'autant qu'ils ne sont pas tous (et loin s'en faut !) du même niveau. Et que dire des commentaires des pékins de passage (dont je fais, certes, partie) !? C'est consternant. Etre catholique ne devrait pas empêcher de réfléchir intelligemment, de s'engager hardiment dans la cité et de prendre part au combat politique (hic et nunc), sans se retrancher derrière de faux-prétextes d'apprentis moralistes niveau bac-2.

Pharamond

La charia c'est: "crois ce que je crois et fais ce que je t'ordonne ou je te tue". L'Eglise ni aucun de ses ministres n'a proposé de rétablir la peine de mort pour ceux qui ne choisiraient pas de prendre en considération les points non négociables, elle n'a fulminé aucune condamnation. Mais ne nous trompons pas, ce que l'on sent dans cette réaction c'est un relent anti-cléricale venu d'une fosse vieille de deux siècles. Est-ce bien étonnant lorsque l'on fait ses affaires au sein du socialo-communisme?

Sancenay

une charia ultra-libérale volià qui serait original !

PK

Localement, chez moi, un ponte de l'équipe paroissiale vient bien d'envoyer à son carnet d'adresse un appel à voter Hollande (avec une justification de caniveau) et pourtant la personne en question est médecin (ancien responsable d'hôpital...
).

Je me demande si le PS a d'autres électeurs que de riches bobos ou de pauvres immigrés fraîchement naturalisés.

En tout cas, le relativisme continue de faire des ravages... mon seul espoir est qu'il n'est porté franchement que par la génération 68 qui s'éteint doucement...

Denis Merlin

Droits de la vérité et droits de la liberté ? Connais pas; bien que ces expressions soient entre guillemets, elles ne sont pas dans "Dignitatis humanæ". Comme d'habitude on utilise mensongèrement le Concile Vatican II. D'ailleurs seuls Dieu a des droits qu'il confère aux hommes. Une abstraction n'a pas de droit.

Le "dialogue" imposé aux laïcs, jamais entendu parler. Dois-je dialoguer pour savoir si on doit torturer ou simplement tuer ?

La liberté religieuse est un droit concernant la religion. Cette déclaration "Dignitatis humanæ "concerne l'ordre juridique juridique laïque.

Les trois points non négociables sont non des points de foi, mais des points de morale rationnelle fondés sur ce principe de ne pas faire aux autres ce que l'on ne voudrait qu'on nous fasse.

C'est valable pour la vie, pour le mariage et pour la liberté. Ce points ne sont pas exclusivement catholiques.

En attendant, ce petit monsieur donne une leçon de morale au Pape. Et il viole la liberté des croyants à croire et des hommes à revendiquer leurs droits et ceux des plus faibles qui ne peuvent s'exprimer.

NDN

Le Magistère nous dit que la liberté doit se conjuguer avec la Vérité. Une liberté sans Vérité est par essence anti-catholique. Françis Raugel est donc un anti-catholique car il "déconnecte" la liberté de la Vérité. Et cette Vérité, nous dit le Concile, chaque personne raisonnable peut en avoir connaissance. Encore plus pour la Loi Morale Naturelle.

Bernard Mitjavile

Quel confusion au niveau des mots! Ce Monsieur nous dit que Vatican 2 a reconnu que Dieu a fait l'homme "libre de le reconnaitre ou non, libre de pécher ou non, libre de l’aimer ou non." Bien sûr, cela n'empêche que Dieu par la voix des prophètes et saints a sans cesse appelé l'homme à ne pas pécher et à le reconnaître et à l'aimer. Il ajoute qu'"en conséquence nul ne peut, s’érigeant au-dessus de Dieu, imposer l’obligation d’appliquer "les droits de la Vérité"". Je ne vois pas en quoi faire part de ses convictions chrétienne est imposer une obligation sinon tous les hommes politiques de gauche comme de droite chacun défendant ce qu'ils croient être la vérité devraient se taire..
Le problème n'est pas d'être chrétien de droite ou de gauche mais d'avoir un minimum de logique dans ses propos.

LOUIS

Il faut relire le magistère depuis Léon XIII à J.P. II, Le socialisme y est dit inconciliable avec la foi. "Nul ne peux donner son soutien à l'idéologie socialiste même modéré"(Jean XXIII)
"C'est un remède pire que le mal" (Pie XI)

Denis Merlin

"Je ne vois pas en quoi faire part de ses convictions chrétienne est imposer une obligation sinon tous les hommes politiques de gauche comme de droite chacun défendant ce qu'ils croient être la vérité devraient se taire.. "

Mais bien sûr cher Monsieur son "papier" veut dire "taisez-vous". Il en est de même de tous ceux qui insultent ceux qui ne sont pas d'accord : "cathare" etc.

JCM

Il est consternant de voir quelqu'un qui se dit catholique mettre à égalité, au nom de la liberté laissée par Dieu à l'homme, le choix de croire ou de ne pas croire, d'aimer ou de ne pas aimer.
Oui l'homme est libre, mais ce Monsieur ne sait-il pas que selon ce qu'il fera de cette liberté, l'homme sera sauvé ou pas, que chacun est libre de choisir l'enfer ou le paradis ?
L'Église n'a jamais imposé les vérités de la foi dans l'histoire, mais elle ne les "propose" pas non plus comme il dit dans son jargon digne du comité de la jupe ; non, elle affirme avec autorité les vérités pour que que l'homme puisse y adhérer librement, seule voie certaine du salut.

Taurenne

Francis Raugel n'a rien compris... ou alors personne ne lui a expliqué. Le fondement de la Doctrine Sociale de l'Eglise (DSE) n'est pas la FOI mais la RAISON. Experte en Humanité, l'Eglise peut s'appuyer sur cette expertise pour en tirer des fondements de l'organisation d'une communauté humaine que ce soit une famille, une entreprise, une association ou un pays.
Un homme de bonne volonté (et qui réfléchit !) est tout à fait capable de comprendre la DSE.
Je suis consultant en management et j'utilise dans ma pratique des éléments de la DSE sans dire que cela vient de la DSE... et ça passe comme une lettre à la poste.

Si l'Eglise précise les 3 points non-négociables, ce n'est pas parce que cela vient de Dieu (raisonnement résumé par "Je suis contre l'euthanasie car l'homme est créé à l'image et à la ressemblance de Dieu, donc je respecte la vie humaine") mais parce que si une communauté élimine ses membres les plus fragiles, elle bascule dans la barbarie : chaque être humain est fragile et peut être amené de être euthanasié car d'autres vont considérer que sa vie est inutile. Conséquences ? Regardez ce qui se passe en Hollande : les vieux déménagent en Allemagne par peur d'être euthanasiés !!! Pas besoin d'être catho pour comprendre que l'euthanasie est une rupture grave de la CONFIANCE dans une société.
La société doit protéger les plus fragiles

De même pour l'union de personnes de même sexe : le problème n'est pas l'union d'adultes majeurs et vaccinés. Le problème est "Qu'est-ce que le mariage ?" Le mariage permet de protéger le plus faible : l'enfant à venir. Sans mariage, il est facile pour le père ou la mère d'abandonner l'autre parent et l'enfant. Regardons ce qui se passe en cas de divorce : outre les problèmes financiers, on règle surtout la question "Qui s'occupe des enfants ?" Or, en l'état actuel de la science, seuls un homme et une femme peuvent concevoir un enfant.
Donc ouvrir le mariage à des personnes de même sexe revient de fait à poser la question : un enfant peut-il être éduqué par 2 personnes de même sexe ?
Là encore, pas besoin d'être catho pour répondre à cette question...

Philippe Edmond

"ne constituent que des ouvertures de libertés respectant totalement les choix de chacun"

Une personne qui se prétend socialiste devrait pourtant savoir qu'il est des libéralismes qui détruisent la liberté des plus faibles.

La liberté de tuer les vieux inutiles ne sera certainement pas toujours le respect du choix de chacun, tout comme la "liberté d'avorter" permet si souvent d'imposer l'avortement à contre coeur a des femmes pauvres et menacées d'une séparation.

chouan 12

socialiste vous avez dit: ce mot vient de social je suppose alors aller assassiner des vieux au nom d'une prétendue liberté, ce n'est pas du social, ça s'appelle du nazisme ou du bolchevisme au choix et traiter les évêques d'imposer une charia, ce prétendu chrétien devrait se rendre chez ses amis égyptiens tunisiens etc et il verrait ce qu'est la charia je lui suggère de lire le livre "le prix à payer", à mon humble avis aussi sec il s'encarte au FN!

Hugain

Consternant, mais ce monsieur reflète bien une part importante des catholiques qui donnent dans la connivence, j'allais dire dans la complicité, avec une doctrine d'irresponsabilité et de mort.
Cela est quelque peu piquant,par exemple les "cathos" bretons soutiennent depuis des lustres la gauche qui en réalité n'a que mépris pour le religieux, en général et la chrétienté en particulier.

mère de 6 enfants

il y a un catho qui appelle à voter Hollande; c'est.....François Bayrou!......

Nicolas

Moi qui croyais dans ma simplicité que les textes fondateurs et essentiels du christianisme étaient réunis dans un ouvrage, certes un peu ancien, certes un peu vieillot dans le ton, certes parfois un peu poussiéreux de la tranche supérieure, et intitulé Nouveau Testament. Voilà que M. Raugel m'apprend qu'il y a un texte qui à l'entendre est d'une dignité égale, sinon supérieure, et qui s'appelle « le Concile ». On se découvre parfois bien inculte...

Bernard S

Il oublie que c'est la Vérité qui rend libre.
Et il n'a pas à nous imposer sa propre charia (euthanasie, pseudo mariage, mainmise sur nos enfants, etc.)

chouan 12

Bayrou catholique, non mais vous rigolez, il s'arroge ce titre, mais il est pour l'avortement, le mariage homo et l'adoption et aujourd'hui en votant hollande, il est pour l'euthanasie. Son orgueil l'a trompé, il est fini, il peut aller garder ses chevaux

Bernard Mitjavile

@ Denis Merlin
Mais bien sûr cher Monsieur son "papier" veut dire "taisez-vous". Il en est de même de tous ceux qui insultent ceux qui ne sont pas d'accord : "cathare" etc.

C'est bien ce que j'avais cru comprendre. Les autres ont tout à fait le droit de faire la promotion de l'avortement et du mariage homosexuel tandis que les chrétiens n'ont qu'à se taire. Ce n'est pas la peine d'être catholique pour avoir une telle conception de la liberté, il suffit d'être communiste.
PS Ayant des racines dans le Roussillon, j'ai de la sympathie pour les cathares même si leur théologie comporte bien des erreurs et je ne considère pas qu'être traité de "cathare" soit une insulte.

jo Lebout

Ce quasi-criminel (tel Lénine qui imposa le mensonge comme règle de dominance) me rappelle une autre fofolle :

Hier, 2 juin 2008, dans l’émission « Le grand rendez-vous Europe1-TV5 », Madame Bachelot, ministre de la Santé, était interrogée sur le mariage annulé de Lille. En réponse à une question portant sur le mensonge, comme cause principale de cette annulation, elle a qualifié cet argument de « subterfuge » et ajouté :
« ...le droit au mensonge, c’est aussi un droit fondamental de l’être humain... » (Salon Beige 02 juin 2008)
Tartufferie du manichéisme droite-gauche...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.