Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Les vandales de l'église des Clouzeaux sont des adolescents
Avec Hollande, les groupes d’influence de la culture de mort seront davantage écoutés

Pour prendre du recul : l'abstention à droite peut trouver un fondement antérieur à l'actuelle dualité du second tour

Voici une approche intéressante d'un étudiant qui démontre avec ses mots que le refus de voter peut trouver sa justification dans le refus d'un jeu qui se joue avec des dés qu'il juge pipés. Cette idée que l'on retrouve dans les commentaires de plusieurs lecteurs, pousse des gens de droite à s'abstenir de toute participation. C'est pourquoi, vos blogueurs continuant à respecter leurs lecteurs (cf notre post pour le premier tour et tous ceux qui ont suivi depuis) sans les considérer comme des moutons de Panurge dont il faudrait tout diriger jusqu'à la conscience, je vous propose de découvrir cet argumentaire dans l'esprit de vous présenter autant que possible, les points de vue fréquentés par notre "famille de pensée". Car c'est bien de cela dont il s'agit.

Morceaux choisis :

"Je suis le fruit de l’union "mixte", comme l’on dit aujourd’hui, d’un homme français "de souche" et d’une mère française d’origine algérienne. J’ai été élevé dans une tradition de gauche bobo, celle de la classe moyenne qui a lourdement pâti de la conjoncture économique récente. J’ai grandi dans la vénération des icônes socialistes, la détestation de la droite, nourri par un manichéisme qui a fait de moi, jusqu’à très tard, un idiot persuadé de la consistance de sa conscience politique ; élevé enfin dans l’antilepénisme viscéral et systématique, dans l’antiracisme imbécile et totalitaire, dans la bien pensance réductrice et le politiquement correct (...)

Je ne crois qu’aux hommes providentiels, aux personnalités remarquables et rassembleuses, à l’individu plutôt qu’au collectif ; je crois au mérite et à l’exemplarité, à la vertu et à la différence. Enfin j’érige en principe cet aphorisme de Léon Bloy : "Lorsque les hommes se réunissent, ils ne font ordinairement rien de noble."

En cela je suis un anarchiste, de droite et fondamentalement attaché à l’idée aristocratique (le gouvernement des meilleurs).

Si je ne prends pas la peine d’aller voter, c’est que je reproche à la démocratie indirecte de n’être pas démocratique, d’être le cache-misère de ce qui me semble être, aujourd’hui, un genre d’oligarchie. Donnons dans le populisme de basse-cour : les gens qui nous gouvernent sortent des mêmes écoles, se cooptent, et se cramponnent bien plus énergiquement à leurs mandats qu’à leurs principes premiers, au point qu’ils n’hésitent surtout pas à tomber dans la plus odieuse compromission lorsqu’il s’agit pour eux de ne pas perdre leur place.

Je constate en définitive que la Vème République a si prodigieusement dégénéré qu’elle ne sert plus aujourd’hui qu’à asseoir l’autorité et la fortune d’une certaine caste, d’une certaine élite, que je qualifierai bien volontiers de mondialiste et bourgeoise (...)

"Mais, si tu ne votes pas, qu’on me dira, tu te rends complice de ce que tu fustiges ! Tu assumes en fait de te taire !" Je répondrai que j’assume surtout de m’en foutre.

Tant que les médias, nos représentants politiques, nos "experts" nous offriront une parodie de pluralisme, maintiendront un clivage artificiel et trompeur, je refuserai de voter. Ce serait pour moi un parfait non-sens.

En parlant de clivage, il faudrait enfin faire prendre conscience qu’aujourd’hui en France, "gauche" et "droite" ne veulent plus rien dire ! Marine Le Pen n’a pas si tort de parler de système UMPS… Il y a à l’évidence plus de fondamentales différences, pour ce qui est de la gauche, entre Chevènement et Hollande qu’entre Hollande et Sarkozy ; symétriquement, il y a infiniment plus de différences entre Nicolas Dupont-Aignan et Sarkozy, qu’entre Sarkozy et Hollande… (...)

Ces gens-là sont tous en phase avec la façon dont se construit l’Europe aujourd’hui, tous en accord avec la politique étrangère menée par la France depuis 10 ans, tous plutôt ravis de notre modèle social, tous vautrés dans un égalitarisme absurde rendant la République et ses institutions moins capables d’intransigeance que d’indigence… Vraiment : quand on voit Montebourg et Chevènement derrière Hollande, on comprend le réflexe tribal, mais beaucoup moins le renoncement politique immense…

Le véritable clivage d’aujourd’hui, est, il me semble, le suivant : il y a libéraux et antilibéraux ; souverainistes et mondialistes ; protectionnistes et libre-échangistes ; eurosceptiques et européistes ; ceux qui, en matière de politique étrangère, rêvent d’une France indépendante et inspirante dans le système international, et ceux qui la voient très à l’aise dans le giron américain (...)

C’est la raison pour laquelle la République démocratique est, aujourd’hui, un vaste cirque, un genre de tartufferie, un manège dangereux et piégeur. Ne cherchez pas pourquoi l’on crée toujours, à l’approche des scrutins, des "3èmes hommes". Bayrou en 2007, Mélenchon aujourd’hui : des outsideurs inoffensifs qui ne frappent, à bien y regarder, que par leur incohérence politique ; de petits faire-valoir que notre si belle démocratie utilisent pour faire croire au pluralisme…

Voilà aussi pourquoi l’on ressort, inlassablement, les petits sujets sociétaux sans la moindre importance : ces conneries sur le halal et autres joyeusetés essentielles, histoire de faire croire que les opinions des grands candidats divergent… En vérité, sur ce qui importe, ce qui est vraiment décisif, ils sont d’accord sur tout, et la ratification en catimini du Traité de Lisbonne en 2008, par l’UMP ET le PS, en est le plus frappant témoin (...)

Voilà pourquoi je ne vote pas. Parce que, comme Proudhon, je considère que la démocratie, telle quelle, ne fait que dégénérer en une simple compétition pour le pouvoir ; parce que comme Rousseau, je me méfie de la représentation ; parce que j’accepte l’idée de poser un regard critique sur la République et les dogmes inattaquables qui la fondent, et parce que comme Maurras je crois plus au fédéralisme décentralisateur qu'à la République centralisatrice et réglementeuse".

Commentaires

Max

Excellent.

jo Lebout

Pertinente analyse de terrain. Dommage qu'elle n'arrive pas à prendre de la hauteur et n'atteigne pas les causes profondes du désordre actuel : Le refus de Dieu, de l'ordre humain naturel, remplacés par des idéologies "libéralistes" avec, comme corollaire cohérent, la tyrannie de la quantité.
Mais je ne m'abstiens pas forcément pour autant... La difficulté est le fameux "si on ne vit pas comme l'on pense, on finit par penser comme l'on vit". À cet égard, vive le Salon Beige... qui pourrait cependant être plus conséquent avec les fondamentaux principes de "Quanta Cura"...

Jeanne Smits

Pour être complet, je crois qu'il faut citer la conclusion à laquelle parvient ce jeune homme si averti :

« Pour tout dire, j’aurais sans la moindre hésitation confié mon destin aux mains d’un homme comme De Gaulle. Vous aurez compris pourquoi. »

Nono

Merci pour cet article "alternatif". Je ne sais pas s'il est représentatif des lecteurs du Salon qui sont tentés par le vote blanc (parcours, motivations,...) mais au moins on a l'impression de pouvoir respirer. Peut-être ceux qui voteront blanc (j'en fais partie) se trompent-ils mais c'est un risque (et un "droit" j'allais dire) en démocratie. Mais surtout ces témoignages permettent d'affûter les arguments des uns et des autres: vive le dialogue!

btk

voila encore une belle analyse que je partage.. j'en suis aussi arrivee a m'en foutre totalement de ce qui adviendra en France... j'ai meme abandonne mon pays (que j'aime visceralement), puisqu'il m'a abandonne peu a peu, trahi qu'il fut et qu'il est par de mauvaises gouvernances et pour ne plus le voir s'auto-detruire, lui consacrant le meilleur de moi-meme ; mes prieres. J'y reviendrai un jour avec bonheur si mon pays refleurit l'odeur de la France de mes ancetres, de mon enfance... et quand Dieu le voudra, je serai prete.

david

Afin d'éviter un engorgement aux élections du 2ème tour,
Pour ceux qui votent pour Hollande doivent se présenter le dimanche 6 mai aux bureaux de vote.
Pour ceux qui votent pour Sarkozy devront se présenter lundi 7 mai.

Et Pour ceux qui votent pour Mélenchon, fallait y penser avant..

wilsdorf

Description courte mais pertinente du système politique "à la française".

Pas de regard religieux, certes, mais au moins, politiquement c'est un peu plus réaliste que l'habit de protecteur de la France dont certains habillent Sarkozy.

abiz

Et que fera cet etudiant lorsqu'il vivra dans une societe encore plus profondement enfoncee dans le relativisme moral et les deviances par ceux qui le gouvernent? Publier une seconde tribune sur le theme "je m'en fous, j'abhorre ce systeme"?
La problematique de cette election n'est pas celle d'un systeme mais d'un choix de societe: ne pas voter dimanche ne changera rien au systeme mais affectera la societe dans laquelle nous vivons tous.
Maintenant si cet etudiant vit sur une ile deserte c'est une autre histoire (encore qu'il faille bien compter sur le CNES et donc l'EN pour etudier dans ces conditions ;)

Cosaque

Merci pour cette recension pleine d'espérance politique pour notre jeunesse française.
D'autant qu'il s'agit d'une jeunesse métissée et intelligente.

Ceci sans arrière pensée d'abstention ou de vote mais d'élévation de pensée uniquement.

Denis Merlin

"C’est la raison pour laquelle la République démocratique est, aujourd’hui, un vaste cirque, un genre de tartufferie, un manège dangereux et piégeur."

Cette critique est pertinente. Mais il me semble que le véritable clivage n'est pas tellement sur l'Europe ou sur l'euro que sur la place de l'homme dans l'univers.

Il y a d'un côté ceux qui pensent que l'homme est digne, c'est-à-dire jamais utile, mais toujours un but car il a une vocation transcendante. Qu'il a donc droit à la vie, au mariage mystérieux et sacré, à la liberté d'enseignement et plus simplement à la liberté. Et de l'autre tous ceux qui pensent que l'homme n'est qu'un animal comme un autre dont l'intelligence ne peut atteindre la vérité, que donc tout est permis, sauf de se faire prendre.

Il y a aujourd'hui très clairement ce clivage entre deux camps, le camp de la destruction de la culture et le camp de l'édification, le camp de l'athéisme nihiliste et le camp de l'humanisme. Ces deux camps ne sont pas d'ailleurs d'un côté la droite, de l'autre la gauche.

Il est donc bien de critiquer, mais il est mieux d'édifier en s'apercevant que même les nihilistes sont des hommes qui ont une vocation transcendante.

HV

J'espere que ce texte aura le plus d'echo possible parmi les lecteurs du site du Nouvel Obs (son lieu d'origine), et le moins d'echo possible parmi ceux du SB, qui le reconnaitront pour ce qu'il est: incompatible avec l'enseignement des papes, notamment de Pie XII a Benoit XVI.

PK

C'est excellent car basé sur la raison... comme quoi, on peut aller assez loin uniquement sur la raison.

Cette personne est sur la voie de la sagesse : en continuant à creuser et développer son raisonnement, elle finira par rencontrer Dieu : c'est inéluctable.

C'est d'ailleurs le parcours de Maurras...

Ga

Voilà une approche plus qu'intéressante, et qui pour tout dire me conforte infiniment plus dans ma décision de ne pas voter que tout ce que j'ai pu lire à droite et à gauche ( sans jeu de mots ) me recommandant pour ne pas dire me commandant ( exemple le devoir moral de voter dixit le catéchisme N° 2240 ) de voter.

Or je me permets de recommander la lecture de la 2ème ligne de cet article N° 2240 et pour faciliter la tâche je cite ces 2 lignes ci-dessous :

2240 La soumission à l’autorité et la coresponsabilité du bien commun exigent moralement le paiement des impôts, l’exercice du droit de vote, la défense du pays :

Rendez à tous ce qui leur est dû : à qui l’impôt, l’impôt ; à qui les taxes, les taxes ; à qui la crainte, la crainte ; à qui l’honneur, l’honneur (Rm 13, 7).

Concernant l'honneur, est-il honorable d'organiser un référendum sur le traité de Lisbonne et de jeter le résultat à la corbeille.

Dans ces conditions comment croire un seul mot ou même un seul écrit de Nicolas Sarkozy et des autres, comment fonder un choix de vote sur un programme quel qu'il soit.

Pour finir on veut - suprême argument - m'interdire dans le futur de me plaindre de quoi que ce soit au motif que je n'ai pas voté. Argument que je réfute bien évidemment pour les raisons que je viens d'exprimer ci-dessus et qu'a fort bien résumé l'auteur de l'analyse que vous avez eu l'honnêteté de publier.

patrick

Ce second tour a tout d'une impasse, d'où la divergence des attitudes chez ceux qui partagent le même amour de la France. Néanmoins ceux qui s'abstiendront sont les plus proches de la logique cartésienne, éloignée des passions, tirant les conséquences des causes sans faire de la stratégie politicienne qui a pour faiblesse des effets sans aucune certitude. Voter comme on joue au billard est un phantasme: par ex si je vote pour le moins pire ("dans les promesses!!!")je vote quand même pour le pire car comme Aristote aurait pu le dire, le moins pire n'existe pas: c'est une construction qui est du domaine du jeu dialectique avec une dose de Freud et de Marx, tout le contraire de la pensée française et européenne. Croire qu'en votant pour un incertain moins pire, recule l'échéance du pire c'est aussi récompenser la preuve du pire en actes sous prétexte d'éviter le pire en promesses: c'est du billard à au moins deux bandes, c'est aussi se donner bonne conscience tout en votant contre ses convictions profondes, seule motivation rationnelle dans un acte de vote. Si un choix est entre le moins pire et le plus pire, c'est qu'aucune branche de l'alternative n'emporte notre conviction réelle. Pourtant si un système ne conduit qu'à cette alternative, c'est qu'il est vicié: voter dans ce cas est un signe de soumission et de soutien à ce cercle vicieux. En 2012 en outre il y a une incertitude économique d'une telle ampleur que les engagements électoralistes clientélistes cyniques n'ont qu'une faible probabilité d'être tenus: voter dans une impasse ne mène à rien sauf à encourager le vice du système. Dans ce cas renvoyer dos à dos les candidats jumeaux idéologiques qui ne se distinguent que le temps d'une querelle de famille liée à une course aux prébendes et aux fromages est l'attitude à la fois la plus logique et la plus naturelle. Rien n'empêche de croire qu'il y a une différence entre les deux grands partis, nous avons tous nos naïvetés et nos aveuglements: ainsi personne ne doit damner un électeur candide puisqu'il vote avec ses convictions. Qui peut se vanter de ne jamais avoir été abusé par des postures de candidats complétement mensongères? Par contre s'obstiner dans la candeur relève du syndrome de Stockholm: la pression des propagandes des politiques et des médias est telle que l'on en vient à confondre un non-choix avec un choix. Alors s'abstenir (ou blanc ou nul qui sont ignorés)pourrait bien s'avérer une authentique position révolutionnaire, la seule rationnelle, au second tour...

abiz

« Pour tout dire, j’aurais sans la moindre hésitation confié mon destin aux mains d’un homme comme De Gaulle. Vous aurez compris pourquoi. » Voila qui laisse sans voix a peine un mois apres les 60 ans des accords d'Evian.
Merci pour ce complement Madame Smits, qui achevera sans doute de convaincre les lecteurs quant a la puissance de raisonnement de ce brillant jeune homme.

AG

Les raisons de voter blanc sont différentes de celles de l'abstention motivée ici par le refus de cautionner un système dont l'édifice repose sur des mauvais fondements. C'est parce qu'on estime ne pas trouver de raisons proportionnées de voter pour l’un ou l’autre des candidats qu’on votera blanc. On peut trouver 20 raisons de voter Sarkozy mais si on estime qu’on ne peut en trouver une qui soit proportionnée de voter pour lui on votera blanc. Il y a donc peut-être quelques bonnes raisons de ne pas voter comme il y en a peut-être un peu plus de voter blanc et peut-être encore plus de voter Sarkozy. Par contre tôt ou tard notre conscience nous jugera sur les raisons morales qui ont motivé ce choix quel qu’il soit et je souhaite que ces raisons pour chacun soient moralement bonnes quand bien même il s’y trouverait des différences légitimes de l’une à l’autre ou même des erreurs d’appréciation sans faute morale, car la situation de la France au lendemain des élections dépendra certainement plus de la droiture des consciences sur lesquelles Dieu peut compter pour nous réserver des surprises que de tel ou tel vote.

Bainville

Présent ou J.Smits fait référence à la conclusion de ce jeune homme digne d'intérêt mais un peu désordonné:
"Confier son destin à De Gaulle sans hésitation"
Présent me semblait averti de la malfaisance du héros, mise en évidence récemment dans le génocide des harkis permis par De Gaulle.

Blandine

Analyse pertinente.
Mais il ne parvient pas à conclure.

Aujourd'hui, en 2012, la France est en grand danger.

Chaque électeur doit dont prendre ses responsabilités.
Rien n'est ni noir ni blanc, tout est gris.
Ce n'est pas en s'abstenant qu'on sauvera ce qui peut encore être sauvé, juste le temps de reprendre notre souffle pour d'autres luttes.

Voter blanc, c'est un peu dire "je m'en lave les mains".

Demain, la mort dans l'âme, j'irai voter pour le candidat qui me semble le moins pire.

Pas pour sauver ce système, juste pour éviter à la France de sombrer définitivement. Une sorte de repli temporaire sur une base arrière.

c

Ce qui n'empêche qu'en ne votant pas, et son raisonnement est logique, il se fait plus "royaliste que le roi".
Il faut même quand on a des idées de principes excellentes, ne pas rester dans une rigidité doctrinale inversée, dire que "l'on s'en fout" parce que l'un ou l'autre c'est la même chose, est plus une attitude de renoncement que de combat. C'est dommage pour un jeune.
L'on ne vote pas pour le système, l'on vote pour "dégommer" le plus dangereux des ennemis, en attendant de s'occuper des autres...
Donc pour l'instant il faut essayer de "dégommer" Hollande. Le tour du suivant viendra très vite, surtout face à l'ampleur des dangers, pour notre pays, la France, que nous devons combattre coûte que coûte (y compris par un petit détour demain au bureau de vote).
Sachant bien entendu qu'une France sans sa transcendance chrétienne et catholique et des enfants de France pour faire perdurer l'oeuvre de la longue lignée de ceux qui l'ont fait depuis des millénaires et pas que depuis 1789, voire Clovis, ne peut être très longtemps la France, quoi qu'en disent aujourd'hui la grande majorité des hommes politiques et plus spécialement cette caste UMPS tant honnie par de plus en plus de Français de conviction et de coeur qu'ils soient issus d'une longue lignée autochtone ou qu'ils le soient depuis moins longtemps.

petitjean

bravo ! bravissimo !!

mais, aux législatives il faudra voter pour le Rassemblement Bleu Marine

Marie

Très intéressant et très symptômatique d'une jeunesse post-soixante-huitarde qui se libère des préjugés dans lesquels elle a été éduquée.

A btk
Votre position est exactement à l'opposé de celle dont Jeanne d'Arc nous a donné l'exemple, et comme j'ai parfois dit à un de mes frères : quand le navire est en détresse, ce sont les rats qui le quittent !
Pardonnez-moi ces paroles un peu rudes, mais d'un point de vue féminin par dessus le marché, comment voulez-vous nous faire croire à nos hommes quand ils baissent les armes alors que nous sommes prêtes à un combat pour lequel la nature nous a en principe donné moins d'aptitudes.
La vie chrétienne n'est-elle pas d'ailleurs essentiellement un combat ? Un combat sprirituel d'abord, mais non un combat désincarné !
Il y a la place très particulière des saintes Thérèse de 'Enfant-Jésus, et il y a celle des Jeanne d'Arc. Les deux se complètent mais ce n'est probablement pas pour rien que l'anniversaire de la seconde se présente à ceux qui voudraient lâcher le combat, parfois au prétexte de le spiritualiser!

RL

En attendant, demain c'est le clivage mariage homo / non mariage homo. L'Europe, l'économie, c'est secondaire et il n'y a effectivement aucune différence

btk

@ Marie,

je ne suis pas Jeanne d'Arc
(et je suis effrayee quand des Catholiques, au nom de Jeanne d'Arc se disent prets a prendre les armes et faire couler le sang ; notre Saint-Pere nous appelle toujours a la non-violence)
je fais partie des humbles qui forment l'arriere-garde des justes combats, celle de ceux qui tiennent en main le Saint Rosaire, la plus belle et la plus efficace des armes,
l'Armee de Marie, assistee de St Michel Archange, est plus forte que toutes les armees du monde !
Je n'ai jamais abandonne la Confiance et l'Esperance.
et je vis dans un pays ou on prie le Saint Rosaire devant les avortoirs... (qui a part le petit groupe du Dr Dor en France le fait ?? combien de Catholiques sur combien de millions de Catholiques francais ??)

Le Christ est Roi

Voyez-vous ça ! Le Christ est Roi encore frappé par la censure.

Qu'ai-je encore dis qui mérite un tel traitement ?

Toujours pas le bonheur de vous plaire...trop combatif à votre goût, Cher Lahire, là où il n'y a que la vérité qui dérange et blesse...

[Je viens de vérifier. Tous vos commentaires reçus sont en ligne. Un problème au moment de l'envoyer?
Je sais que je peux avoir la main rude, mais pas ce coup-ci.... ;-)
JL]

Elzéar

@jeannesmith, @abiz, Votre information sur la conclusion de notre étudiant est intéressante pour mieux connaître le jeune homme en question. Elle n'est d'aucune utilité pour la compréhension de ses réflexions. C'est sur ces dernières que l'on aurait aimé vous lire. Certainement pas sur la " réductio ad gaullistum " que vous en faites. Elle ne rend pas à l'objectivité ce qui lui est dû.
Notre étudiant est sans doute trop jeune pour avoir vécu les trahisons et mensonges gaullistes qu'il repère assez mal visiblement. Il a le temps d'apprendre. Par contre, il a parfaitement bien repéré les mensonges et trahisons de nos hommes politiques actuels. Et cela fait honneur à son sens du discernement. Avec un tel sens, il découvrira tôt ou tard la filiation qui existe entre les gaullistes d'hier et ceux d'aujourd'hui qui sont parfois bien meilleurs élèves que leurs maîtres (j'entends dans le genre gaulliste ).

Le Christ est Roi

Dont acte !

Où ça, çà et là, je n’en vois aucun sur ce fil ?

Une fois n’est pas coutume, c’est une réponse plutôt sympa de votre part, je m’attendais à moins, la polémique rien ne telle pour maintenir son esprit en éveil, n’est-ce pas Cher Lahire…

[oui, et à qui le dites-vous!? Mais je vous avoue qu'un peu de sommeil ne fera pas de mal... après ces semaines de campagne! ;-) JL]

Horace

@petitjean

Je vous cite : "aux législatives il faudra voter pour le Rassemblement Bleu Marine"

Ne comptez par sur moi ! Je ne voterai pas pour un parti qui va favoriser l'élection d'un candidat socialiste.

Je connais des électeurs de droite avec lesquels j'échange régulièrement qui comme moi, ont voté le FN au 1er tour pensant qu'il s'agissait d'un parti de droite ! Nous sommes tous atterrés que le FN cherche maintenant à favoriser l'election d'un candidat socialiste par calcul politique. Quelle déception d'avoir accordé son suffrage à un tel parti !

Je vous prédis un échec aux législatives (de nombreux électeurs de droite ne vont pas oublier de sitôt les discours violemment antisarkozystes du FN dans l'entre-deux-tours) et je m'en réjouirai, ce ne sera que justice.

Le Christ est Roi

Charmant dialogue cornélien.

Et mes coms, vous les publiez ou pas !? Merci !

[C'est fait pour ceux que j'ai... JL]

Bainville

Le niveau élémentaire du logiciel anti droite nationale de certains est fatigant par son caractère répétitif.

On a compris, mais laissez aux autres leur part de liberté.Leur culture et leur réflexion étant peut être inversement proportionnelle à leurs interventions

Le Christ est Roi

Pause sourire Cher Lahire :

http://www.youtube.com/watch?v=oRVTTvGi6Rs

Jean Belmondo

l'auteur est victime de :"le mieux est l'ennemi du bien"

il semble ne pas percevoir que voter blanc, c'est aider Hollande à être président 5 ans,

il semble ne pas voir le risque accru de faillite de notre pays avec Hollande

(toute la détresse sociale que les plus pauvres subiront de manière particulière à cette occasion)

abiz

@Elzear
"Il a le temps d'apprendre." mais se permet quand meme de prendre des positions tres tranchees. Nommer De Gaulle avec un air entendu ("Vous aurez compris pourquoi...") en ignorant cet aspect de l'homme est assez crasse.

"Par contre, il a parfaitement bien repéré les mensonges et trahisons de nos hommes politiques actuels."
Ce que l'homme de la rue resume en "Tous pourris". Profondeur d'analyse remarquable.

Bref, la credibilite de l'auteur ne m'incite guere a entendre son message, meme si la question merite d'etre posee. C'etait le sens de mon deuxieme post (le premier etant plus axe sur la question elle-meme)

 RAYMOND

Je suis d'accord avec vous et c'est pourquoi j'ai voté au premier tour pour le candidat qui répondait à vos critères c'est-à-dire Marine Le Pen. Amicalement.

Ad Aeterna

A Horace : Si Sarko perd, il sera le seul responsable de son échec, pour n'avoir tenu les promesses d'aujourd'hui.... déjà faites il y a cinq ans. Il n'y a dans mon vote blanc, aucune revanche ni aucune réjouissance. Puissiez-vous y réfléchir pour les législatives. Et puis soyez conséquent : Marine et les électeurs du FN devraient voter Sarko qui répète à l'encan qu'il ne veut aucun accord, ni même aucune discussion avec le FN.... ben voyons! Il veut mon vote mais refuse de discuter avec ceux en qui je mets principalement ma confiance (pour autant que je puisse le faire). C'est LUI le SEUL responsable de mon vote, par son mandat, et par son refus de la main tendue.

J'admire ceux qui votent sur un programme, alors qu'on a l'expérience des faits.
On parle beaucoup de morale, et à juste titre, mais on oublie un autre sujet tout aussi important : le changement de population. Bien plus rapidement encore avec Sarko, la France disparaît sans un bruit.

C'est cornélien pour chacun, mais voter Sarko, c'est aussi voter Hollande, les effets sont simplement moins visibles et moins rapides, la dose léthale est plus douce. Elle reste mortelle.

clovis

Comme le fait justement remarquer Jean Belmondo, voter blanc c'est favoriser Hollande. Il est aisé de s'en convaincre en faisant une simple opération d'arithmétique élémentaire. Essayez de faire taire vos passions dans un sens ou dans l'autre et amusez-vous à faire ce petit calcul. Vous pourrez ensuite mesurer le risque qu'entraîne le vote blanc dans les conditions du vote de demain, et vous décider "en votre âme et conscience". Après avoir voté, reprenez vos passions si vous y tenez, mais avant de voter faites un petit calcul.

Ad Aeterna

A Horace bis : je ne sais pas si mon premier commentaire va passer. Je voulais rajouter que Sarkozy restera le seul responsable de son échec, tout comme le RPR et l'Udf avaient été les seuls responsables de la perte des régions en 1997 pour avoir refudé les alliances avec le FN.

PG

@ Lahire
Faire défendre aussi maladroitement l'abstention et par un article tiré d'un journal de gauche, c'est faire l'impasse volontairement sur le vote blanc. Or au premier tour, le SB a promu le vote blanc, ou l'abstention, alors que les dangers qui se présentent avec HOLLANDE étaient combattus par M LE PEN, au prétexte que si on n'est pas totalement PNN dans son intentionnalité (interprétation maximaliste contestable et qui faisait fi de la gradualité et du moindre mal), on ne peut recevoir les suffrages catholiques.
Et voilà maintenant qu'un personnage qui est bien en déça de M LE PEN, et dans son programme officiel de campagne et dans ses actes durant 10 ans comme ministre et comme président (rien de cette intentionnalité d'abolition de la loi VEIL qui aurait manqué à M Le Pen) devient catho compatible.
Et on détourne la réflexion sur ce que le SB avait appelé le vote ''dissident'' (blanc ou abstention) en confiant sa défense à qq un de gauche dont les raisons ne peuvent en effet convaincre : cette manière de débattre sur ce sujet, surtout à la dernière minute, me parait contestable, par une déformation de perspective et une inégalité évidente du niveau d'argumentation.

[
1 - Le SB n'a jamais rien prôné. Que vous cherchiez à nous faire dire ce que vous souhaitez relève de votre propre interprétation.
2 - Présenter l'option "abstention" n'est ni la cautionner, ni la prôner. C'est mettre sur la table, les raisons qui motivent de gens de notre camp. Ce qui permet de comprendre leurs motivations, de savoir qu'ils existent et de leur répondre.

Pour ces 2 raisons, faire le procès du SB n'a aucun sens et tombe hors sujet.
JL]

btk

A Marie, Pour la France

(Par Admin le dimanche 22 août 2010)

O France, ô ma patrie ! Si tu avais conservé la foi… Si tu étais restée la noble fille de l’Eglise… Si tu avais persévéré à chasser de ton sein ces maîtres, qui enseignent en souriant le mépris de la loi du Seigneur, l’oubli de ses bienfaits, la profanation du dimanche, l’incrédulité, le blasphème, le luxe et l’amour effréné du plaisir ;


Que tu serais grande et puissante aujourd’hui !… Que tes enfants seraient heureux !…

Que ton nom serait béni parmi les nations !…

Mais que sert un regret stérile ?…Veux-tu revenir à la paix, veux-tu retrouver ta noblesse et ta grandeur ?…

Lève les yeux vers l’Etoile de la France : invoque Marie !

Appelle à ton secours Celle qui t’a comblée de tant de grâces et de faveurs !…

Reviens !… Tout n’est pas perdu pour toi, si tu retournes au Dieu de tes pères ; si tu sais recourir au Refuge des pécheurs, à l’Espérance des désespérés, à celle qui veut bien encore être appelée Reine de France…

Reviens ; reconnais seulement tes fautes, rends-lui ton cœur, et Elle est assez puissante pour te réconcilier avec Dieu, pour t’obtenir de nouvelles bénédictions de son divin Fils, et te rétablir près de Lui dans le haut rang que tu as perdu.

O Marie, ô notre Reine, nous périssons !…

Sauvez-nous par un grand coup de vos miséricordes !…

Montrez à Jésus la foi de Clovis, le zèle de Charlemagne, la piété saint Louis, la consécration de louis XIII, le vœu du roi martyr à son Cœur sacré !…

O Marie ! Nous implorons votre toute puissante intercession.

Délivrez votre peuple, touchez les endurcis, éclairez les aveugles, ressuscitez les morts à la grâce…

Afin que tous ensemble nous poussions ce cri de reconnaissance et d’amour :

O Notre-Dame de France, ô chère Libératrice, Régnez sur nous, Vous et votre Fils !

Amen

http://www.priere-pour-la-france.com/post/2010/08/22/A-Marie%2C-Pour-la-France

Horace

Le mépris et la suffisance qu'affichent certains pour leurs contradicteurs en dit long sur les intentions du parti de droite nationale qu'ils soutiennent.

PG

@ Horace
Tout cela est plus complexe que vous ne le dites : soit on ne regarde que l'élection obtenue à n'importe quel prix, le pouvoir pour le pouvoir en qq sorte, , soit on établit des accords d'idées, ou tout au moins des rapprochements à minima.
Il serait donc temps que l'UMP sorte de son splendide isolement : en se coupant et du centre et du FN, N. SARKOZY n'a pas choisi, il a cru pouvoir aller vers celui qui serait le plus utile au second tour, et cette absence de convictions profondes semble l'avoir fait se condamner lui-même.

Horace

@PG
Je m'intéresse assez peu aux convictions profondes de Sarkozy ou de Hollande, qui peut prétendre les connaître du reste ?
Par contre j'ai lu les programmes des deux candidats et en tant que catholique, je suis inquiet de l'élection d'Hollande (euthanasie, mariage et adoption homosexuels entre autres) qui semble se confirmer maintenant. Sarkozy était le moindre mal. Dommage que St Thomas d'Aquin ne soit plus lu aujourd'hui.
Je vais prier pour la France.

John Deckard

"Je ne crois qu’aux hommes providentiels, aux personnalités remarquables et rassembleuses, à l’individu plutôt qu’au collectif"
Eh oui, c'est bien là le problème : renvoyer à d'autres notre responsabilité et la solution à nos problèmes. Toujours tout attendre du "magique" (Dieu, l'Homme Providentiel, le miracle ...etc) au lieu de faire vivre et laisser parler la parcelle divine qui nous anime.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.